Merlin, Michel Rio

 1989

 michel-rio-merlin

Comme vous le savez, j’ai fait un master de littérature médiévale, je suis donc fan de tout ce qui concerne les contes de la Table Ronde. J’avais entendu parler l’année dernière de Michel Rio et de sa trilogie Merlin, Arthur, Morgane et j’avais donc bien l’intention de la lire. Mais ces livres n’étaient pas facile à trouver ou bien plutôt cher. Et je suis ravie d’avoir trouver le premier tome à un prix dérisoire ! Non seulement il est extrêmement court, mais j’ai en plus été assez déçue, même si je ne regrette pas de l’avoir lu, malgré tout.

Au début, je me suis dit, chouette, c’est plutôt bien écrit, poétique, ça va être sympa. Mais en réalité, j’ai trouvé le style trop travaillé, trop poétique, mais sans contenu. Il y a des faits, des phrases vides de sens, mais pas la moindre émotion, à aucun moment du roman !

L’histoire racontée par Michel Rio est très classique et suit la légende populaire à peu de chose près. On commence avec la naissance de Merlin, les premiers rois guerriers qui précèdent la venue d’Arthur, la conception de celui-ci, son éducation, la conception de Mordred, la table ronde, la rencontre de Merlin et Viviane, le mariage d’Arthur et Guenièvre, l’apparition de Lancelot, l’adultère de la reine, la bataille finale. C’est à peu près tout ce que contient le livre, sans trop de fioriture. Sans magie non plus, Merlin est un simple conseiller. Alors, je me demande, et cela pique ma curiosité, que va-t-il se passer dans les autres tomes ? La même histoire (encore), aussi linéaire, mais d’un autre point de vue ?

Après, il est vrai que la médiéviste (amateur) que je suis à bien remarqué que Rio connaît ses classiques sur le bout des doigts, les références aux textes médiévaux sont nombreuses et respectés. Mais je ne pense pas que ce texte pourrait plaire à quelqu’un qui n’aime pas trop les contes de la table ronde et pour quelqu’un qui ne connaît pas, se serait même l’effet inverse ! Honnêtement, il y a de bons passages (et même une bataille bien décrite, vers la fin, le seul moment où il se passe vraiment quelque chose qui est décrit sans que cela soit expédié en deux lignes), mais ce texte ne vend pas du rêve.

Cet article, publié dans Fantasy/SF, Lecture, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Merlin, Michel Rio

  1. Ping : La Magie dans les légendes arthuriennes | Girl kissed by fire

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s