16 lunes

 Kami Garcia et Margaret Stohl

Lorsque Sublimes Créatures est sorti au cinéma, j’en ai entendu parlé et ça avait éveillé ma curiosité, sans plus. Et puis, lors d’une soirée d’ennui, je l’avais téléchargé et regardé. Je n’avais pas été super emballée, c’est rien de le dire.

Mais à Noël, ma sœur m’a offert le livre, alors je l’ai lu.

Voici le résumé pour ceux qui ignorent de quoi ça parle : Ethan vit dans la petite ville de Gatlin, très portée sur la guerre de Sécession. Un jour, une nouvelle arrive au lycée. Mais elle est la nièce du vieux Macon, retranchée dans sa maison de Ravenwood et la jeune Lena est d’emblée rejetée par les cheerleaders et tous les gens cool du lycée, dont fait partie Ethan puisqu’il fait partie de l’équipe de basket. Pourtant, il est attiré par la mystérieuse jeune fille. Rapidement, il se rend compte qu’elle est bien plus que ce qu’elle paraît être.

Et attention je vais spoiler, mais on le comprend très vite et dès les premières minutes du film : Lena est une enchanteresse. Elle sera Appelée lors de son anniversaire de ses seize ans et saura à ce moment si elle rejoindra les forces de la Lumière ou des Ténèbres. Évidemment, les adolescents tombent amoureux, amour impossible entre un mortel et une enchanteresse.

 livre-16-lunes

Premier point : le titre. En fait, je suis allée voir sur Internet et le titre original est Beautiful Creature, traduit en Sublimes Creatures pour le film, ce qui a une certaine logique. Mais 16 lunes ? D’accord, c’est joli, mais lorsqu’on compte en lune, ce sont des mois, pas des années ! Donc ça n’a aucun sens, il faudrait faire 16 fois 12 = 192 lunes, ça a moins de classe, d’accord. Mais en tout cas, 16 lunes, aucun sens. Et j’ai vu qu’il y avait une suite, en anglais Beautiful Darkness, Beautiful Chaos et Beautiful Redemption. Ok. Évidemment, en français, ils ont essayé de garder la même logique : 17 lunes, 18 lunes et 19 lunes. Mais cela impliquerait que Lena a respectivement 17, 18 et 19 ans et je n’ai pas l’impression qu’autant de temps se passe entre tous les tomes.

Deuxième point : le roman est écrit à la première personne, mais on se trouve dans la tête d’Ethan. Alors déjà, je trouve que ça fait un peu Twilight (c’est le mortel follement amoureux de l’être mystérieux qui raconte l’histoire), mais en plus a fonctionne moins bien. Tout d’abord, c’est écrit par deux femmes et destiné essentiellement à un public de filles adolescentes ou jeunes adultes. Alors se retrouver dans la tête d’un garçon ? Eh bien pourquoi pas, mais ça ne peut pas être totalement honnête. Entre nous, est-ce qu’un lycéen de 16-17 ans, qui a une petite amie depuis plusieurs mois n’espérerait pas une seule fois une relation plus poussée qu’un baiser volé ? Même Bella dans Twilight a clairement des désirs plus sexués… donc bon…

Et puis, le fait que ça soit un garçon à la place d’une fille, j’ai lu parfois que c’était plus original… ce n’est pas parce que dans Twilight c’est un personnage féminin qui raconte l’histoire que c’est une généralité. 16 lunes est également souvent comparé à Harry Potter et même si HP est un récit omniscient, à la 3ème personne, on est clairement du point de vue de Harry, donc un garçon. Entretien avec un vampire d’Anne Rice est un récit d’un vampire homme à un journaliste et de ce que je sais, Vampire Diaries est tenu par un des frères… donc de ce côté-là, je dirais que ce n’est ni plus, ni moins original, c’est juste une question de goût.

Troisième point : l’histoire dans le film a été complètement bâclée pourtant, je pense qu’il a mieux réussi sur les deux autres points où le livre s’est totalement planté, bien plus que mes chipotages précédents.

Toute la tension du livre réside dans le fait que Lena redoute l’anniversaire de ses seize ans où elle sera Appelée et saura si elle deviendra Ténèbres ou Lumière.

Depuis qu’on la voit la première fois, elle a marqué sur sa main le nombre de jours qui la séparent de son anniversaire. Le compte à rebours est omniprésent dans le livre. Pourtant, a aucun moment je n’ai ressenti ce sentiment d’urgence. Lorsqu’on a envie d’arrêter le temps, de retourner dans le passé, de trouver une solution. Par exemple, sur un temps plus court on ressent beaucoup plus cette émotion dans Harry Potter et la Coupe de feu lorsque Harry cherche à tout prix comment respirer sous l’eau. Alors que là, dans tout le livre, alors que ça pourrait rendre le livre haletant, eh bien, il n’y a aucun marqueur de cette urgence, de ce sentiment d’inéluctable.

Et deuxième point : pourquoi Lena a-t-elle peur ? Parce qu’en gros, tout ce qu’on nous dit c’est «  la Lumière, c’est bien, les Ténèbres, c’est pas bien ». Si on analyse les indices laissés par le livre, voilà ce qu’on a :

du côté de la Lumière, on a l’oncle Macon : il est mystérieux, pas forcément très sympathique, haï par tout le village. Le reste de la famille de Lena est assez peu détaillé, les femmes sont effacées, elles ne sortent jamais du manoir, elles semblent assez faibles. Mais elles sont gentilles. Mouaif…

Et les Ténèbres ? Et bien on voit Ridley. Mais à part des tenues assez osées et une sucette à la bouche, que fait-elle ? Elle séduit les gens, elle devient la reine du bal, au final, pour une fille qui ressemblait à Lena puisqu’étant sa cousine, elles vivaient ensembles jusqu’aux seize ans de Ridley, donc ayant eu la même vie, rejetée d’écoles en écoles, elle a enfin ce que les filles désiraient : de l’attention, de l’admiration de la part des filles « cool », une vie normale. Certes, elle peut manipuler les gens, persuader les gens de se suicider, mais elle ne le fait pas. Donc finalement, les Ténèbres, ça a l’air plutôt cool, ils ont l’air de bien s’amuser et de ne pas être trop méchants.

Donc pourquoi Lena s’inquiète donc autant de devenir Ténèbres ? Franchement, j’ai trouvé que c’était vraiment mal exprimé dans le livre.

En revanche, le film s’en sort mieux sur ces points là, puisque le suspens est mieux ménagé et Ridley est au moins montrée une fois comme une tueuse (même si je l’ai trouvée un peu massacrée sur le début du film).

 beautiful-creatures-character-poster (1)

Mais n’allez pas croire, le livre m’a tout de même réservé une bonne surprise. L’intrigue est plus complexe alors que le film en a coupé une bonne partie, notamment tout ce qui concerne la partie sur Ethan et Geneviève. Notamment la fin du film a été totalement réécrite, réinterprétée et si le film retombe sur ses pieds, c’est je trouve maladroit et inutile.

Dans le livre, l’écriture n’est certes pas exceptionnelle et la narration un peu lente, mais ça se laisse lire et la fin est assez sympa. J’ai même envie de découvrir la suite, pourquoi pas, donc entre l’intrigue magique, amoureuse et les personnages qui se mettent en place il y a un potentiel que j’espère se voir se développer !

Cet article, publié dans Fantasy/SF, Lecture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour 16 lunes

  1. Kimysmile dit :

    Je n’avais pas tellement apprécié cette lecture 🙂

    J’aime

    • je t’avoue que ce livre ne va pas rentré dans le top 5 de mes livres préférés et que je ne le relirais sûrement jamais, mais j’essaye toujours d’avoir un regard assez objectif de regarder autant ce qui est raté que ce qui est réussi, on m’a appris ça en lettres, et je sais que ce livre a du succès auprès des ados, alors je me dis que si je deviens libraire ou bibliothécaire, il faut aussi que j’apprenne à être objective et conseiller selon leurs goûts 😉

      J’aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s