Bilan, 1 mois en librairie

Voilà déjà un peu plus d’un mois que je travaille en librairie, il est temps de faire le bilan. Déjà, une bonne nouvelle, j’ai été acceptée pour y faire mon apprentissage, et à l’école, et par la librairie. Et même les gens avec qui j’ai passé l’entretien ont été impressionné par ma motivation et mon baratin et avaient décidé de me trouver une autre librairie si celle où je suis ne voulais plus de moi parce que j’aurais totalement le potentiel pour devenir une bonne libraire, ça fait plaisir à entendre (surtout après mes échecs répétés en bibliothèque!)

Donc, j’avais plus d’expérience en bibliothèque, voilà donc les différences que je vois :

déjà, en bibliothèque, y’a un truc magique même si personne n’y fait attention, ce sont les côtes ! Si vous ne savez pas où ranger un bouquin (est-il histoire ou essais ? Album jeunesse, ou tout petit?) il suffit de regarder les chiffres sur la couverture et hop, c’est rangé. Certes, c’est pénible à apprendre, mais ça aide ! Alors que là, c’est plus dur de savoir comment la collègue a essayé d’y ranger, d’autant plus que les rayons, les tables, ça change très souvent !

6a0133f3c0e2ec970b017ee70a9b94970d-450wi

En librairie, il y a également un gros travail sur la réception, quasiment tous les jours. Sur ces livres, un gros tiers sont des commandes (de clients, de médiathèques), certains sont envoyés par les éditions alors qu’on avait rien demandé, certains sont du réassort et enfin il y a des nouveautés. Il faut donc tout entrer dans la base et tout ranger. Et trimbaler les cartons qui pèsent parfois plus de 20 kilos, donc quand on en a 10, c’est lourd !

Et il y a également un travail quasi identique sur les retours pour faire tourner le fond de la librairie, donc on refait des cartons ! Oui, si vous n’aimez pas porter des cartons, ranger, avoir les mains pleines de poussières, ce n’est pas fait pour vous !

lot-de-10-cartons-livre

En librairie, à part peut-être dans les grandes librairies (ce qui doit également être le cas dans les toutes petites médiathèques, mais je n’ai pas expérimenté), il faut faire soi-même le ménage, donc aspirateur deux fois par semaine avant l’ouverture, laver les sols (et encore j’ai échappé au lavage des vitres qui sont très grandes et très hautes!).

Et il y a la vente. Eh bien, je ne trouve pas qu’il y ait beaucoup de différences entre le conseil et la vente, simplement, vous ne pouvez pas dire au client « ce livre est sympa, mais il ne vaut pas le coup d’être acheté ». En revanche, vous êtes d’autant plus convaincant si vous avez vraiment aimé un livre.

Du coup, il faut se distribuer entre collègues pour lire les nouveautés, selon les rayons et tout. Rien que dans le mois de mai, j’ai lu 10 romans ! Et j’en suis à mon troisième pour juin ! Et ce n’est qu’un infime pourcentage de ce qu’il y a dans la librairie !

10269584_749598981739844_820947664864814545_n

Il y a également la caisse, les réservations, les commandes et les papiers cadeaux. Attention, pour Noël, je serais prête pour tous les emballages !

Et bientôt, ça sera le retour des livres scolaires, le pire moment de l’année, les jeunes apporteront leurs anciens livres, les mettront en dépôt et lorsqu’ils les auront vendu achèteront les livres de l’année suivante avec ce qu’ils auront récupéré en sous et leur carte M’Ra… on va bien s’amuser !

Alors, ça tente encore du monde, le métier de librairie ?;) (j’espère que oui !)

Publicités
Cet article, publié dans Expériences diverses, Un peu de tout, un peu sur moi, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Bilan, 1 mois en librairie

  1. Sarah dit :

    Coucou! Si tu vas dans une grande librairie, plus de cartons, enfin tu as juste les livres de ton réassort à ranger mais des petites mains dans des entrepôts font tous les boulots à ta place 😉 Et le logiciel de la librairie te dis à peu près où ranger le livre (bon parfois les collègues n’en font qu’à leur tête et aussi parfois le classement de l’ordi est débile mais tu peux le changer toi-même). Et tu as raison, quelqu’un aspire le sol etc. mais tu dois quand même dépoussiérer tes rayons régulièrement ^^! Enfin là on dirait que je fais l’apologie des grandes librairies mais en fait pas du tout, j’irais même jusqu’à dire que les petites choses dont tu te « plains » sont justement celles qui font le charme du métier et qui font que tu connais par cœur ta librairie et que tu es un libraire et non pas un simple vendeur comme souvent dans les grandes librairies (après il y a les libraires appliqués qui sont aussi au top dans les grosses chaînes hein !)
    Tu es dans quelle ville et dans quelle librairie?
    Bisous bisous Kiwis

    J'aime

    • Hello !
      oui, ne t’inquiète pas, je ne me plains pas vraiment et comme tu dis, je pense que c’est plus intéressant de tout faire dans une petite librairie. Le seul vrai problème, c’est comme on est des franchisés, et qu’on est lié à la librairie de Lyon, on ne peut pas bidouiller le logiciel (il a été tout re-bidouillé récemment, sauf que le chef il a pas pensé à certains trucs : par exemple, on a une seule catégorie pour tous les grands formats essais, que ce soit de l’histoire, de la géo, de la politique, de la société, du terroir, ou des cartes géographiques, guide du routard, etc !)
      du coup, pour répondre à ta question, je suis à la Procure de Valence, au soleil ^^ (et il fait super chaud en ce moment !)

      et toi, tu en es où ? tu profites du soleil aussi ? ^^

      J'aime

  2. salveena dit :

    Super ton article! ^^
    Félicitations pour tes un mois! :3
    C’est vrai que la limite vente/conseil doit pas toujours être simple à gérer. J’adore mon libraire, tout simplement parce qu’on sent sa passion des livres…Et sa culture sans bornes! 😮
    Promis, si un jour je passe pa ville, je viens faire un coucou (et me ruiner ^^)

    J'aime

  3. Lullaby dit :

    C’est intéressant, cet article sur les coulisses des librairies ! 🙂 Bravo pour ce travail !
    Etant bibliothécaire, je vois les petites différences mais ça reste un métier du livre et ça, ça n’a pas de prix de bosser au milieu des étagères ❤
    Bonne poursuite en librairie ! 🙂

    J'aime

  4. Ping : Sommaire | Girl kissed by fire

  5. Lunaire dit :

    Merci pour cet article sur les coulisses du métier… mais ça ne fait que conforter mon envie! ^^ Je suis étudiante et j’ai essayé toutes les « grandes » librairies pour trouver un petit job à côté, jamais eu de réponse mais je ne perd pas espoir :). Il n’y a que le côté vente/conseil qui me fait un peu peur… je crois que je serais trop honnête avec les gens ^^
    Bonne continuation!

    J'aime

    • ça s’apprend ! essaye de te renseigner pour la formation à la CCI de Lyon, pour un apprentissage, c’est vraiment bien, non seulement pour être en librairie, et les cours de vente, justement ^^

      J'aime

  6. LadyButterfly dit :

    Et c’est à ce moment-là, après t’avoir lue pendant des mois que je m’aperçois que nous avons fait à plus de 20 ans d’écart quasiment le même parcours d’étude. (j’ai simplement failli devenir bibliothécaire et j’y ai travaillé rapidement). Je ne regrette aucunement mon choix ….si ce n’est une chose: il y a très peu d’embauche en librairie (mes ex-collègues et contacts encore en activité sont en galère permanente même avec l’expérience). Le bassin d’emploi où l’embauche reste encore viable est en région parisienne.
    Sinon, le métier de libraire reste le même (plus informatisé que dans les années 90, bien sûr).
    C’est un job passionnant, crevant mais si j’avais juste un « conseil » (je n’aime pas le mot mais bon, allons-y): toujours garder en tête que devenir libraire reste très difficile et se souvenir que les bibliothèques embauchent en CDD/CDI des personnes qualifiées dans les métiers du livre (donc, sans concours). Etre contractuel(le) est une bonne idée (meilleure que de désespérer devant le peu d’offres d’emploi en librairie). De plus, pur l’avoir testé, les responsables de médiathèques, bibliothèques sont très souvent intéressés par une expérience de libraire (un regard neuf ).
    Quant à la vente, c’est double: cela s’apprend, certes mais il y a un côté « j’aime ça et je m’amuse à le faire ». (Et le conseil, tout est basé sur la connaissance du produit; ici du livre et un minimum de psychologie face au client). Donc: lire énormément.

    J'aime

    • Oui, j’avais vu qu’il y avait des similitudes dans nos expériences !
      Depuis cet article, j’ai mieux pris en main de métier et maintenant je dois trouver un emploi, mais comme tu dis, ce n’est pas facile en ce moment.
      De toute manière, je cherche j’espère pouvoir trouver quelque chose et si c’est temporaire pouvoir au moins pour me mettre le pied à l’étrier !
      (et je pense lire pas mal 😉 )

      Aimé par 1 personne

      • LadyButterfly dit :

        Oui, pour la lecture, je ne me fais pas de soucis ^^
        Ensuite, j’avoue que je n’ai pas décrit mon parcours (par fainéantise, parce que je l’ai déjà fait auparavant sur d’autres blogs , etc…) mais, oui, c’est assez similaire. Bien sûr, je pourrais encore le faire ….mais bon..

        Tu as complètement raison: déjà trouver qque chose de temporaire, c’est un début (et un bon). Et tu as aussi la chance de passer un diplôme en alternance. Ce sont vraiment les diplômes et qualifications de type professionnel qui apportent le +. Mon choix s’était porté sur la licence pro (à Mulhouse, qui existe toujours) pour la même raison.

        J'aime

      • Oui, c’est aussi pour ça que j’avais choisi un master pro, mais il n’a pas été vraiment valorisé. J’espère que l’alternance le sera plus !

        Aimé par 1 personne

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s