Le Voile de Téhéran

Parinoush Saniee‏

2015

9782221130971

Incroyable, je ne pensais pas être la 1ere à faire la critique de ce livre paru début janvier et dont un bandeau a été rajouté, précisant qu’il est devenu un best-seller mondial. Et pourtant, il semble être un fantôme sur internet et en tout cas sur Babelio.

J’avais été quant à moi été attiré par la magnifique couverture et la 4ème. en réalité la 4ème de couv’ est vrai mais ne couvre qu’une infime partie du roman. L’héroïne, Massoum, vit dans une famille très traditionnelle de Téhéran, où elle se bat pour poursuivre ses études, notamment finir le lycée. mais elle tombe amoureuse d’un jeune pharmacien, qu’elle croise tous les jours en allant au lycée. Ils échangent d’innocents regards qui sont un jour surpris par les frères de la jeune fille. Elle est alors obligée de se marier.

Dans sa malchance, il ne s’agit pas de Saiid le jeune pharmacien, dans sa chance, ce n’est pas non plus le brutal boucher proposé par son frère; dans sa malchance, elle ne rencontre pas son mari avant le mariage, dans sa chance, c’est un homme cultivé qui n’avait pas plus envie qu’elle de ce mariage et qui ne la touche pas, ne revenant que plusieurs jours après la cérémonie.

Massoum commence alors une étrange existence. son mari dont elle ne sait quasiment rien la pousse à continuer ses études et fait lui-même partie d’un groupe de rebelles, des activistes contre le Shah qui mènent de dangereuses actions. Lorsqu’elle tombe enceinte, une, puis deux fois, Hamid se désintéresse totalement de ses enfants, et lui reprochent même qu’ils sont un encombrement lui empêchant de faire ses études, la ramenant dans le schéma d’une femme traditionaliste. le mouvement prend de l’ampleur, la vie devient dangereuse.

Durant toute le roman, Massoum reste une femme instruite et forte, mais malgré tout, elle fait passer sa famille, ses enfants surtout avant elle, et malgré tout, elle est conditionnée par les hommes qui l’entourent. à aucun moment, elle n’arrivera à se défaire de leur emprise pour vivre heureuse.

Ce roman est bien écrit, et plutôt instructif sur cette période, même si comme l’héroïne, on est complètement en dehors de la politique, on y a qu’un regard indirect, un regard de femme dans ces pays-là. je pense que du coup, ça permet de vraiment se rendre compte ce qu’elles peuvent vivre là-bas, leur impuissance et l’injustice qu’elles subissent. d’un autre côté, ça alourdit un peu le récit, car il n’y a que rarement de l’action, on est en tant que lecteurs spectateurs d’une spectatrice.

 

Cet article, publié dans Histoire/Romans Historiques, Lecture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Le Voile de Téhéran

  1. J’aimerais beaucoup le lire. Je pense que j’y serai très sensible. En effet, c’est la première fois que j’en entends parler 😉 Merci à toi pour cette découverte !

    J’aime

  2. Bernieshoot dit :

    un regard intéressant d’une spectatrice impuissante.
    je partage sr mon groupe FB « Livres Ô Blog »

    J’aime

  3. Blue Edel dit :

    Belle critique qui donne envie d’en savoir encore plus.
    Merci !!

    J’aime

  4. Herb'au logis dit :

    je veux bien le lire
    aussi, à l’occasion, effectivement, dans le même ordre d’idée « jamais sans ma fille » est à lire, et aussi l’histoire de Mahala

    J’aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s