Marche ou Crève

391510

S; King

Avec Running Man, Marche ou Crève (la traduction « littérale » de The Long Walk) est un des livres bien à part dans les romans de Stephen King. Premièrement, ils font partis des rares romans de Stephen King que je conseillerais à tout le monde, même ceux qui n’aiment pas cet auteur. En effet, ces romans ne font pas peur, ils ne sont pas gores, ils sont courts, donc vraiment accessibles pour tous ! Idéaux pour aborder cet auteur qui empêche parfois de dormir la nuit.

De plus, les thématiques abordées ont été carrément remises à la mode avec Hunger Games ! Une citation trouvée dans ce tome-là résume d’ailleurs parfaitement l’esprit de ces deux romans et d’Hunger Games également :

« L’ultime jeu serait celui où le concurrent perdant est tué » Chuck Barris, créateur de jeux télévisés, animateur de The Going Show.

Comme j’ai déjà lu Running Man y’a longtemps, je vais vous en parler ici très brièvement. Le héros, Ben Richards, est totalement fauché et pour faire vivre sa femme et sa fille, il s’engage pour un jeu télévisé très particulier « La Grande Traque ». Le principe est simple, il doit fuir et poster une vidéo tous les matins, pour donner signe de vie. Il est pourchassé jusqu’à ce qu’on le retrouve et qu’on le tue. Plus longtemps il survit, plus d’argent il pourra accumuler afin de faire vivre sa famille.

Dans Marche ou Crève, il s’agit également d’un jeu télévisé aux règles simples et efficaces. Des jeunes garçons volontaires postulent pour faire partie des marcheurs. Il n’y a que peu de règles : les participants doivent marcher (à plus de 6,5km/h) sans s’arrêter, le plus longtemps possible. S’ils ralentissent ou s’ils s’arrêtent, ils ont un avertissement. Après le 3ème avertissement, ils sont simplement abattus. 99 mourront, le 100ème gagnera la longue marche et pourra obtenir tout ce qu’il a jamais souhaité. Mais à quel prix ?

Ray Garraty s’est engagé pour la longue marche. Au fil des pages, on fait sa connaissance et celle de plusieurs autres participants, tous de jeunes hommes entre 15 et 19 ans. Pourquoi sont-ils là ? Pourquoi ont-il choisi de jouer leur vie alors qu’ils étaient conscients qu’ils n’auraient qu’1% de chance de survie ? Quel prix pouvait valoir le coup de marcher sans s’arrêter, sans dormir, sous la menace des armes, pendant des centaines de kilomètres, pendant quelques longs jours d’affilés, pourtant tellement courts lorsqu’il s’agit des derniers de sa vie ?

Ce qui est absolument fascinant et horrifique dans ce roman c’est que contrairement à Running Man, les personnages n’ont en fait aucune raison valable d’avoir commencé la longue marche. Entre pulsion suicidaire, désir de gloire et inconscience ; les garçons marcheront et tenteront de s’occuper en parlant. Amitiés et conflits et rivalités se succéderont ; lutte contre la mort, les douleurs, la fatigue et les peurs, mais aussi désir de vivre se mêleront dans ce roman révélant des émotions fortes. Chaque mort plonge les personnages dans de plus intenses introspections, retraçant les 7 phases de l’acceptation de la mort (le choc, le déni, la colère et le marchandage, la tristesse, la résignation, l’acceptation, et la reconstruction), mais aussi des réflexions sur la vie, l’au-delà et sur ce que vaut les existences de chacun.

La fin est quelque peu attendue, j’aurais bien aimé savoir la suite ; mais évidemment, dans ce genre de livre c’est le voyage qui compte plus que l’arrivée.

En tout cas, le roman se dévore et il est quasiment impossible de le lâcher avant la fin. On est entraîné dans la marche, obligé de marcher avec les garçons et on reconnaît le talent de King puisqu’on ne s’ennuie pas une seconde malgré des cycles qui auraient pu paraître un peu répétitifs.

Cet article, publié dans Fantasy/SF, Lecture, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Marche ou Crève

  1. Kimysmile dit :

    Un classique que j’aimerais lire 🙂

    J'aime

  2. Je l’ai moi aussi lu il y a un sacré bout de temps (je devais être au collège!), mais je me souviens l’avoir adoré et lu d’une traite également. En parallèle, j’étais sur Rage du même auteur, que je te conseille très fortement si jamais tu ne l’as pas encore lu. Il est dans la veine de Marche ou crève dans le sens où il se dévore très rapidement et n’est – heureusement – pas comparable au niveau habituel de gore dans les romans de Stephen King.

    J'aime

  3. totorotsukino dit :

    j’ai beaucoup aimé aussi! c’est vrai que c’est différent de ce que fait King d’habitude!

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s