Interview exclusive de Lucile Tallon, auteur de Royaume Burlesque

Hier je vous ai parlé de cette jolie découverte, Royaume Burlesque, de Lucile Tallon. Elle a gentiment accepté de répondre à cette petite interview !

17443543-cover-page-001

Bonjour, Lucile, tu viens de publier ton premier recueil de Novella, quel effet ça fait ?

Bonjour, je suis très excitée ! Honnêtement je ne m’attends pas au succès mais je suis tellement ravie d’être arrivée au bout de cette aventure, d’avoir sauté le pas et d’avoir enfin un support pour partager mes écrits à mes proches, amis et à tout autre curieux qui tomberait dessus.

Pourrais-tu te présenter en quelques mots ? On aime bien savoir qui raconte les histoires qu’on lit !

Je suis quelqu’un de très curieuse, je m’intéresse à un tas de domaine et n’ai pas le temps de tout faire, ce qui me frustre. Je suis aussi très observatrice d’où mon goût pour les descriptions pointilleuses. Au-delà de ça, je m’investis beaucoup pour la planète et les animaux.

10616134_1545877938976147_6383321608805090767_n

D’ailleurs, peux-tu expliquer brièvement le mot Novella ? Ce n’est pas un genre très connu en France…

En effet. C’est un genre hybride à mi-chemin entre la nouvelle et le roman. Trop long pour l’un, trop court pour l’autre. En raison du coût d’impression, les éditeurs français sont moins « fans » de ce genre mais avec l’essor des e-books, les petites maisons d’éditions commencent à repopulariser le genre. Les Anglos-saxons en revanche apprécient beaucoup ce genre ( » Le Chien des Baskerville  » d’un certain Sir Arthur Conan Doyle par exemple) qui permet, contrairement à la nouvelle, de développer plusieurs personnages et plusieurs actions, tout en ayant un rythme différent du roman.

J’ai fait le choix d’une novella pour  » Royaume Burlesque  » parce qu’il s’agit d’un texte philosophico-poétique. Je ne voulais donc pas assommer le lecteur avec un écrit trop long mais avoir suffisamment de place pour développer tout ce que je souhaitais.

De quoi parlent tes histoires ? Donne-nous envie !

J’ai beaucoup développé les thèmes de la mort et de la folie humaine. La mort parce qu’elle nous est inconnue, j’apprécie donc de l’imaginer, de la façonner telle que je souhaiterais qu’elle soit ou ne soit pas. La folie parce qu’elle permet le doute : ce que je lis est-il réel pour le personnage ou est-il fou ? En général, j’aime intégrer des faits réels pour ancrer l’histoire dans notre monde, rendre le lecteur plus proche alors qu’il est en train de lire un genre de l’imaginaire. J’aime beaucoup les genres de l’imaginaire car ils sont une autre fenêtre sur notre monde, ils permettent de le concevoir et de le percevoir de mille et une manière différente.

Comment te vient l’inspiration ?

Alors ça… Bonne question. Je ne sais tout simplement pas. J’ai une idée de base qui surgit d’un seul coup mais je ne sais jamais comment ça va finir. Ensuite je me prépare un thé, je me mets devant mon écran et c’est comme si mes doigts dépassaient ma pensée.

Pour ce qui est des émotions de mes personnages, je n’ai pas de meilleur modèle que moi-même. Que se passe t-il dans mon corps physiquement et mentalement quand je vis tel ou tel événement ? En fait, je pense qu’il y a beaucoup de moi dans ce que j’écris…

Pourquoi l’autopublication ?

J’ai longuement hésité. Je voulais vraiment passer par la voie royale de l’édition à compte d’éditeur. Alors j’ai envoyé mes écrits, j’ai participé à des appels à texte. Mais j’ai toujours été refusée. Une fois, j’ai été à un cheveu qu’une de mes nouvelles (Objectif fantaisiste présente dans le recueil) soit publiée mais la concurrence est rude dans les appels à texte. La directrice de collection m’a contacté personnellement, contrairement aux autres participants refusés, pour m’encourager à continuer. Je me suis donc dit qu’en ayant retenu l’attention de professionnels, je pouvais légitimement partager mes écrits à d’autres.

Y aura-t-il un livre papier ? Parce que je ne suis pas la seule à préférer le tenir dans mes mains !

Oui ! Ce n’est qu’une question de temps. Il y a un problème dans le téléchargement du fichier. Lorsqu’il sera validé, je dois ensuite en commander un pour inspecter tout cela avant de le valider et le mettre en vente.

Et comment faire ? Je suis sûre que certains sont curieux de savoir comment tu as vécu cette expérience et ce que tu en as retiré ?

Il faut d’abord choisir la plate-forme qui nous convient le mieux par rapport à ce qu’on souhaite. J’ai choisi Lulu.com car il délivre un ISBN dans l’immédiat et parce qu’ils diffusent sur Amazon (pour la version papier). Ensuite il y a un gros travail de mise en page à faire soi-même pour ressembler à un « vrai » livre et pour ne pas passer pour un amateur. Il y a quand même beaucoup de règles à suivre. Il faut faire attention aux mentions légales également qui doivent obligatoirement figurées sur un livre et pour se protéger. Pour finir, si le livre papier comporte un ISBN, il faut envoyer un exemplaire à la BNF. J’ai également choisi le format e-book pour toucher un plus large public.

A côté de cela, comme on est seul, il faut faire sa propre communication. J’ai créé un site internet, une page facebook, une page Babelio… qui vont en premier lieu marcher grâce au bouche à oreille. Et bien sûr il y aura des jeux concours pour gagner des exemplaires dédicacés. Je compte enfin participer à de petits salons et foires aux livres, le proposer aux libraires et bibliothèques de mon coin.

Et maintenant ? Tu as de nouveaux projets en tête ?

Je pense à peut-être écrire un roman dans la continuation de la nouvelle La Symbiose des âmes car je pense qu’il y a du potentiel à approfondir dans cet univers que j’ai créé. Affaire à suivre, ce n’est qu’une idée pour le moment.

Vous avez été séduit ? achetez dès maintenant son livre en version numérique ou papier ici !

Retrouvez-la sur son site et suivez-la sur son facebook !

Publicités
Cet article, publié dans blog amis, Divers témoignages, Fantasy/SF, Lecture, Liens, Ma vie de (presque) ancienne étudiante et de (bientôt) nouvelle jeune active, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Interview exclusive de Lucile Tallon, auteur de Royaume Burlesque

  1. Kimysmile dit :

    Trop chouette ce genre d’interview ^^

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s