21 Janvier 2016 : Racontez une légende que vous aimez bien

La-danse-des-fées-legende-et-conte.com_

Franz Zatzka

Kelly était au lit, mais n’avait aucune envie de s’endormir. Aveline s’assit près d’elle et proposa :

« Tu veux que je te raconte une histoire ?

– Oui ! » L’enfant remonta la couverture jusque sous son menton et la fixa avec de grands yeux.

« On raconte l’histoire d’un homme. Son nom change selon les légendes, alors comment souhaites-tu l’appeler ?

– Octavio, répondit-elle sans hésiter.

– Octavio ? C’est ton amoureux à l’école ? » Kelly rougit et ordonna :

« Raconte-moi l’histoire!

– D’accord, mais tu ne perds rien pour attendre, jeune demoiselle. Alors, Octavio est un jeune homme très doux, on dit qu’il était berger, mais dorénavant, ce métier n’existe plus. Disons qu’il était boulanger, pourquoi pas. Un jour, il était allé en montagne pour trouver une plante dont le pistil aurait parfaitement aromatisé l’une de ses pâtisseries. Mais son pied glissa sur une plaque de verglas et il tomba.

Lorsqu’il se réveilla, une jeune fille était penchée sur elle. Elle avait de grands yeux pâles, était grande, mince, et incroyablement belle. Son corps svelte n’était vêtu que d’une fine tunique, d’un blanc éclatant.

« Bonjour, Octavio, dit-elle d’une voix mélodieuse.

– Comment connaissez-vous mon nom ?

– Je t’attends depuis des siècles, Octavio. Tu es l’homme que j’aime. Viens, suis-moi ! »

Elle le prit par la main et au contact de cette chair tendre et fraîche, Octavio se retrouva debout sur ses pieds. Plus aucune douleur ne troublait ni son corps, ni son esprit.

Il suivit la fée, car s’en était bien une, qui l’emmena près de ses sœurs. Là il y avait de la musique, des chants, des danses, des rires, et un festin comme il n’en avait jamais vu.

Alors il chanta, dansa, ria et mangea, sous l’oeil amoureux de la fée.

Mais après un jour ou deux, il demanda :

« Ma douce, j’aime plus que tout être ici, mais ma famille doit s’inquiéter. Nulle fiancée, rassure-toi, simplement mes deux vieux parents. J’aimerais les voir, les rassurer, puis je reviendrais et jamais je ne te quitterai. »

Mais la fée refusa tout d’abord, elle avait peur que s’il s’en allait, jamais il ne reviendrait. Pourtant, après mainte supplications et baisers, elle accepta.

Elle ne demanda qu’une seule chose : qu’il ne mange rien de ce qu’il pourrait trouver là-bas. Pourquoi ? C’était sa condition. Peut-être que lorsqu’il serait affamé, il reviendrait vers elle, tout simplement.

Octavio promit tout ce qu’elle souhaitait. Bientôt il se retrouva sur la montagne, et regardant cette fois où il mettait les pieds, redescendit vers son village. Mais celui-ci ne ressemblait pas à ses souvenirs. Il était plus grand. Pourtant, dans les souvenirs, on a plutôt à exagérer que minimiser. Etrange.

Il demanda alors où habitaient désormais ses parents puisqu’ils semblaient avoir déménager.

L’homme le regarda sans comprendre :

« La famille Setteurtois ? Jamais entendu parlé ! Et toi, Michel, ça te dit queque chose ? » Le Michel en question était un petit vieux qui fumait la pipe avec application.

« Ouaip, c’t’une vieille légende. Les Setteurtois avaient un gamin, à peu près ton âge, à c’qu’on dit. Il a disparu dans la montagne, jamais r’venu. On dit qu’les fées l’ont enlevé. Mais c’tait déjà y’a 200 ans, à c’qu’y paraît ! »

Octavio chancela et remercia d’une voix peu assurée. Il fit demi-tour et lui revinrent en mémoire les légendes de son pays. Que ceux qui sont enlevés par les fées ne reviennent jamais. Il était revenu, après seulement deux jours… mais le temps des fées semblait être différent de celui des humains, voilà pourquoi elles étaient toujours jeunes. Elles n’étaient encore qu’à leur jeune âge lorsque l’humanité avait vu naître et mourir des millions.

Malheureux d’avoir appris ainsi la mort de ses parents, Octavio attrapa sans y penser une pomme bien rouge. Il la frotta sur sa tunique en imaginant le chagrin de ses parents. Comment tout cela était-ce possible. Il croqua dans la pomme et la mâcha longuement. Lorsque le jus frais et gorgé de sucre coula dans sa bouche, il se souvint alors de l’avertissement de la fée. Il cracha la pomme, mais le mal était fait. Son corps sembla se dessécher d’un seul coup. Il n’eut pas le temps de rejoindre la rivière, sa peau était devenue parchemin, ses chairs rabougris, ses muscles incapables de le porter. Ses cheveux tombèrent et il s’effondra sur le sol. À peine conscient, il sentit son corps se déliter autour de lui et redevenir poussière qu’il aurait dû être depuis deux cent ans. »

Kelly avait bu toutes les paroles d’Aveline.

« Mais elle est triste ton histoire ! Pourquoi il n’est pas revenu vers la fée ?

– Parce qu’il a désobéi. Et lorsqu’on ne respecte pas les règles du jeu, il arrive des choses terribles ! Allez, dors maintenant, on ne sait jamais, une fée a peut-être décidé de t’ensorceler si tu ne t’endors pas assez vite ! » Kelly la regarda dubitative, mais ferma les yeux.

Aveline l’embrassa sur le front et quitta la chambre sur la pointe des pieds.

Sujet du 22 Janvier : Mini-fanfiction

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 21 Janvier 2016 : Racontez une légende que vous aimez bien

  1. Herb'au logis dit :

    Comme je suis une passionnée des plantes, voici aujourd’hui une petite histoire sur le plantain. Quelques précisions tout d’abord : il en existe plusieurs espèces. Deux des plus courantes chez nous sont le plantain lancéolé (feuilles en forme de lance) et le plantain major (à feuilles rondes).
    Je vous renvoie sur mon blog, à la fois pour le conte, et pour consulter, si vous le désirez, une fiche plus détaillée sur la plante https://herbaulogis2.wordpress.com

    J'aime

  2. Herb'au logis dit :

    sympa ton conte
    mais les fées, c’est exigeant… finalement, les sorciers, ça a l’air plus cool !

    J'aime

  3. Je suis ravie d’avoir l’occasion de pouvoir présenter une fois encore cette légende qui est en train de nous faire reconsidérer bien des choses… et là j’ai quitté pour un moment mon récit avec Agathe et sa famille…
    http://randonnezvousdansceblog.blogspot.fr/2016/01/defi-365-jours-decriture-21.html

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s