26 Janvier 2016 : Dernière phrase d’un roman

A part mon grand roman, j’ai fini la plupart des petits romans et nouvelles que j’ai écrites. Je m’aperçois en revanche, qu’il y en a beaucoup que je n’ai jamais retapé entièrement sur l’ordinateur. Alors voilà un état des lieux, ça ne sera pas très littéraire aujourd’hui, mais amusant, je l’espère (je ne vous ai pas tout mis, ça aurait été trop long ^^)

Avant 15 ans

Ma Yan : (achevé sur papier, pas sur word) C’est moi qui te consolerai pour que tu meures sans regrets, je t’aiderais car tu es une de mes dernières filles…

Le Secret : (2 tomes achevés sur papier, un qui n’a jamais dépassé les deux premiers chapitres ; deux chapitres (et encore) tapé sur ordinateur : Car la guérisseuse… (oui, la pharse n’est même pas complète).

Sénéhat ou l’Amazone (achevée sur papier, incomplet sur l’ordinateur, ça finit donc sur une note plutôt positive) Unis, ils rentrèrent dans leur clairière qui devint leur maison.

the end

Période Fac

Miaprev : trilogie de nouvelles, achevées et sur papier et sur ordinateur :

A l’aube d’une nouvelle lune : Bientôt, l’ombre du Treizième revint planer sur la ville. Ombre protectrice et terrifiante sous la lune. Sous l’œil nacré de Séléna.

Darks Leopards :

When have I last looked on

The round green eyes and the long wavering bodies

Of the dark leopards of the Moon ?”

Nuage crépusculaire : Wan Xia avait envie de chasser, elle voulait sentir dans sa bouche le goût du sang. Ce goût métallique, prix et récompense de sa liberté nocturne.

Fleur de Neige, trilogie de nouvelles qui se suivent :

Fleur de Neige : Fleur de Neige rentra chez elle et prit dans la salle de bain, les cachets qu’utilisaient sa mère pour dormir. Et les avala tous et se jeta sur son lit.

Pardallys : « – Je suis enceinte de trois mois ! » annonça Pardallys à Pierre de retour de chez le médecin.

Fleur de Pourpre : Elle arracha l’arme et posa sa tête sur son bras replié avant de s’abandonner au froid et à la mort neigeuse.

end

Romans les plus aboutis :

La Marque des Obéissances :

1ere partie : Malvenn : Un avenir, dur et lumineux, sans illusion et difficile à atteindre, lui tendait les bras.

2nde partie : Lisbeth et Kinuito : — Enchantée, Zi Yu. Je suis le sergent Élisabeth-Kinuito Malvenn. »

Epilogue : Un détail la gênait et elle passerait le temps qu’il faudrait pour éclaircir cette histoire.

La Marque des dragons : « Je suis revenue. »

La Petite marchande de souveirs (nouvelle) : Entre ses lèvres glissaient un mot qu’elle comprenait à peine « Theodora ».

Sujet du 27 Janvier : Animal blanc

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour 26 Janvier 2016 : Dernière phrase d’un roman

  1. Herb'au logis dit :

    sourire? pas toujours drôle ta prose : enfin, il est vrai qu’on n’a pas lu ce qu’il y a avant (on ne demande que ça d’ailleurs!)

    voici mon texte :

    LIRE

    – « Alizée ? …
    – Mmm
    – A-LI-ZEE, c’est l’heure !!
    – Oui, M’man, j’ai bientôt fini mon livre… »

    « Ah bon ? Ça y est, j’en suis déjà à la dernière phrase ? Eh bien il ne s’est pas trop tracassé cet auteur ! 200 misérables petites pages, et c’est déjà fini ? Et puis on n’y comprend rien, pourquoi ça se termine comme ça, en queue de poisson ? » Alizée est frustrée, comme souvent…

    Lire, lire, elle adore lire. Elle passe même presque tout son temps à ça (sauf quand elle galope sur le dos de son zèbre). Elle lit partout : sous l’arbre à palabres (même si les adultes discutent à perte de vue, elle ne les entend pas), en attendant la consult avec le sorcier (ça permet de patienter), dans les transports en commun (une heure de bus tous les jours pour aller à l’école. Elle n’a même jamais vu le paysage), à table (et là, sa mère n’est pas du tout d’accord), le matin avant de se lever, aux WC (comme Papa), le soir avant de s’endormir.

    Elle dévore, elle n’en a jamais assez…

    Alors quand arrive la dernière page, elle soupire toujours. C’est vrai, quoi, l’histoire aurait bien pu continuer. Elle ferme le livre à regret. Ferme les yeux aussi. Et elle invente une suite, une fin différente, elle brode, elle arrange à sa façon. Elle remodèle les personnages, change les lieux, bref, elle réécrit le livre. Elle le trouve bien plus beau ! D’ailleurs, quand elle sera grande, elle sera écrivaine !

    Aimé par 1 personne

  2. LadyButterfly dit :

    Très bonne idée!

    J'aime

  3. Isa dit :

    j’ai un petit manuscrit quelque part, il faudrait que je le retrouve mais il fait partie du passé alors je vais le laisser, où qu’il soit

    J'aime

  4. Quelle productivité ! Pour ma part je n’ai jamais écrit de roman, ni même de nouvelle, alors j’ai utilisé la dernière phrase d’un bouquin comme thème du jour.
    https://lafabriqueasourires.wordpress.com/2016/01/26/365-jours-decriture-26/

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s