14 Février 2016 : Lettre ou poème d’amour

750727Capturede769cran20130719a768141627

(ça faisait longtemps que je n’avais pas repensé à ce passage de mon (futur) roman. La lettre est adressée à Shanna que vous avez rencontré plus tôt et qui a eu décidément une vie sentimentale compliquée)

Lorsque tu trouveras cette lettre, je ne serais plus là. J’aurais pu te dire tout cela plus tôt, mais tout était tellement compliqué.

Lorsque je t’ai rencontrée, j’ai su. Immédiatement. Tu étais celle que j’attendais. Que je n’attendais pas, d’ailleurs, mais peu importe, tu étais là et j’ai décidé de te suivre jusqu’au bout du monde.

Faire la guerre si tu le souhaitais, traverser un désert, rester à tes côtés. J’ai dû aussi assister au défilé de tes amants… Mais j’y reviendrais.

Tu dois te demander pourquoi tu as trouvé cette lettre plutôt que moi.

Il y a quelques années, j’ai eu une vision. Je ne crois d’ordinaire pas à ce genre de chose, pourtant, pour l’instant, elle s’est avérée exacte. J’ai trouvé à Rhianon’ la cité de mon songe, le petit lac avec la cité endormie dans ses profondeurs. J’ai aussi rencontré Ethrall, il était dans ma vision.

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi je dois te tuer. Je n’en ai aucune intention. Je suppose que ça sera un accident.

Mais le futur n’est pas figé dans le temps. Il reste une solution pour te sauver la vie. Je te perdrais à jamais, c’est vrai, mais après tout, je n’ai jamais pu obtenir plus que ton amitié. Je ne me plains pas, je reconnais que je n’ai jamais rien fait pour que tu puisses t’en douter.

Quand tu as quitté Eloën pour te marier enfin avec Llewhelyss, j’ai su que je n’aurais jamais ma chance. Mais tu n’aimais pas Llewhelyss, il était simplement le père de ta fille. Déjà marié, lui aussi, la fidélité, ça n’a jamais été votre fort.

Quand tu as repoussé Lei, je le pensais encore. Mais nous étios tous deux en manque d’affection, tous deux amoureux de toi… les choses se sont faites naturellement.

Ethrall aussi a été séduit par ton charme. Il aurait pu te plaire… mais tu as rencontré Marwâhn. Lorsqu’il est arrivé, j’ai su, nous avons su, que nous n’avions plus aucune chance. Je pense qu’il est le seul qui t’a apporté l’amour dont tu avais besoin.

Nous nous sommes consolés, avec Ethrall. Ce n’était peut-être pas de l’amour, mais après tout, nombre de couples fonctionnent parfaitement sans amour.

Pourtant, tu es la seule que j’ai jamais aimé. Je voulais que tu le saches. Tu sauras que mon amour a été le plus fort, aussi fort que celui de Marwâhn, car pour te sauver, je n’hésiterais pas une seule seconde à me sacrifier.

Ne t’inquiète pas, je ne suis pas triste, au contraire même, je fais pour toi plus que je n’aurais jamais pu faire. Je vais rejoindre la cité au fond de l’eau. Celle qui m’attire depuis que je suis arrivée à Rhianon’. Peut-être que j’y vivrais heureuse à jamais.

Garde moi dans tes souvenirs.

Je t’aime.

Sayama »

La jeune femme à la peau d’ébène quitta sa cape. Ses cheveux noirs glissèrent jusqu’à sa taille, épousant ses formes généreuses et sensuelles. Elle n’hésita qu’une minuscule seconde et son pied franchit le miroir liquide. Le sol était un peu en pente, Sayama avait déjà de l’eau jusqu’à la taille lorsque son pied trouva la première marche de la cité oubliée.

Sujet du 15 Février :

pas sûre que ça marche, je vous copie-colle le lien en dessous

http://9gag.com/gag/ayn2WDb

Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour 14 Février 2016 : Lettre ou poème d’amour

  1. Herb'au logis dit :

    eh beh c’est d’un drôle tout ça… ceci dit, c’est vrai, la vie n’est pas drôle!
    pour ma part, ce sera peut-être un peu plus tendre…

    Le petit paquet

    Michael, toujours en quête de nouveaux timbres pour sa collection était allé fouiller dans le grenier, car il y avait vu de vieux courriers.

    Il y avait trouvé, serré par un ruban aux couleurs fanées, un petit paquet de lettres. Il semblait que les timbres venaient de l’étranger. Il redescendit sa trouvaille et la montra à Mutti.

    Celle-ci défit le ruban et découvrit les lettres. Elles étaient toutes écrites de la main de son père à elle. Elle comprit et raconta alors à son fils l’histoire de ses grands-parents.

    Lorsqu’il avait reçu son ordre de mobilisation, le grand-père de Michael avait épousé sa grand-mère, et huit jours après, il était parti à la guerre. C’était ce qui était arrivé à de nombreux fiancés de l’époque. Serait-ce pour longtemps ? Nul ne le savait, mais c’était probable, cette guerre n’en finissait plus.

    La mère de Mutti était bien sûr en grand souci, comment pouvait-il en être autrement ? Tant de jeunes hommes ne revenaient pas…On racontait tant de choses horribles se passant sur le front.
    Quant à son père, il n’avait pas l’âme très patriotique. En d’autres temps, il se serait certainement déclaré antimilitariste. Mais il n’avait pas le choix.

    Au moment de la séparation, il a promis à sa jeune épouse de lui écrire tous les jours.

    Ce qu’il fit.

    Elle ne recevait pas tous ses courriers régulièrement. En tant de guerre, les services habituels sont eux aussi perturbés. Certains jours, la boîte aux lettres restait vide, si vide. D’autres jours, plusieurs missives arrivaient ensemble.

    Le père de Mutti est resté absent pendant de longs mois. Sa mère a essayé de vivre comme elle a pu, une vie de jeune femme mariée, mais sans mari. Heureusement, les lettres de son époux l’aidaient à garder courage, même si ce qu’il racontait était parfois tellement inquiétant qu’elle n’en dormait pas la nuit suivante.

    Chacune de ces lettres les rapprochaient un peu plus l’un de l’autre, renforçaient leur amour. C’est ce que lui avaient raconté ses parents, un jour qu’ils avaient évoqué cette période si difficile.

    Aujourd’hui, Mutti, ce petit paquet d’amour dans les mains, demanda à son enfant de laisser les lettres serrées par leur petit ruban et d’aller les remettre dans le grenier. Elle lui fit comprendre que c’était le jardin secret de ses grands-parents, qu’il fallait le respecter.

    Des timbres, il pourrait en trouver ailleurs.

    Michael comprit, et se promit que le jour où il aurait une amoureuse, lui aussi, il lui écrirait souvent pour qu’elle sache à quel point il l’aimerait.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : 365 jours d’écriture – Lettre ou poème d’amour | I'm a Lady Butterfly

  3. eva dit :

    Oh oh, ton héroïne a une vie bien compliquée… Il est touchant ton texte. J’ai une amie qui a recueilli des lettres de son grand-père écrites dans les tranchées… c’est très émouvant, un trésor de famille. Mon propre grand-père (plus jeune que le sien) n’a pas fait la guerre de 39-45 parce qu’il était gendarme, et faisait son travail à Paris. J’ai été très fière le jour où j’ai rencontré ses anciens voisins qui étaient juifs et avaient été sauvés par lui, nous avons pleuré ensemble à ces souvenirs (mon grand-père était récemment décédé). Voici mon texte
    http://randonnezvousdansceblog.blogspot.fr/2016/02/defi-365-jours-decriture-45.html

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s