Le 18 Février 2016 : Céladon

Ceramics-embossed-longquan-font-b-celadon-b-font-font-b-vase-b-font-modern-fashion-home

(c’est aussi le nom d’une céramique de Chine et de cette couleur bleue-claire-verte)

familièrement et ordinairement avec ironie, amant délicat et vigoureux.

(bon, ça sera court cette fois!)

Aveline était dans le petit salon. Sa cliente habituelle était repartie après une longue nuit de discussions à n’en plus finir. La jeune femme l’appréciait beaucoup, rien de plus agréable après tout que d’être payée pour discuter, boire le thé et manger des pâtisseries et entendre des histoires. Plus reposant en tout cas que d’enchaîner une dizaine de clients dans la nuit.

Malheureusement pour son repos, plus heureusement pour ses finances, un client l’attendait depuis plusieurs heures.

Maggie lui rappela :

« Allez, au travail, tu dormiras après ! Ton céladon t’attend ! »

Aveline acquiesça en souriant et se leva pour rejoindre l’homme qui l’attendait. Mal dégrossi, plutôt brut dans sa manière de parler, il faisait peur aux autres filles, mais Aveline avait compris qu’il était surtout timide et mal à l’aise.

Le prenant par la main, elle l’entraîna dans sa chambre.

Sujet du 19 Février : En retard !!!

(en espérant que cette fois ce sujet ne me porte pas la poisse!)

Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le 18 Février 2016 : Céladon

  1. Herb'au logis dit :

    Étant originaire de Saint-Étienne, je connais bien la région du Forez. Honoré d’Urfé y situe son roman « l’Astrée », dans le village de ses ancêtres, la Bâtie d’Urfé. Ce roman, dont je n’ai absolument rien lu (il a 5399 pages…), est pourtant la gloire du pays. Des petits chemins de randonnée ont été tracés pour se promener dans les paysages décrits par l’auteur. Parmi les 200 personnages, il en est un qui est devenu célèbre, ne serait-ce que parce qu’il a donné son nom à une couleur, un vert pâle légèrement grisé. Céladon portait un habit de berger agrémenté de rubans de cette couleur qui faisait allusion à son tempérament fade.

    Non loin de là, dans la plaine, un autre village se nomme Boën sur Lignon (on prononce Boin), le Lignon étant la rivière qui arrose cette région.

    Lorsque j’étais ado, une de mes grandes amies habitait là. Nous rêvions bien sûr toutes les deux du prince charmant… elle l’a rencontré. Je ne sais plus où… Sur les petits chemins de La Bâtie ? Peut-être…A un des concerts donnés au Château de la Bâtie d’Urfé ? Le festival des Nuits d’été n’existait pas encore. Plus vraisemblablement dans ce que nous appelions alors une « boum ». Ressemblait-il à Céladon ? Langoureux, il devait l’être, délicat aussi surement (nous étions romantiques à l’époque !) Fade ? Certainement pas : leur histoire s’est même enflammée parfois, j’en avais les échos régulièrement !

    J’ai perdu de vue cette amie, nos routes se sont séparées, mais je crois bien que les deux adolescents amoureux ont fini par se marier. Que sont-ils devenus ? Vont-ils encore se promener sur les petits chemins du Forez, le long du Lignon ?

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Le 21 Mars 2016 : Violet | Girl kissed by fire

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s