Le 14 Mars 2016 : Drame

jpg_mj1-9dcda

(j’ai eu une nouvelle idée, on verra où ça me mène, mais Emma entre en scène !)

Après le lycée, Emma s’était inscrite dans une fac de droit. A la télévision, elle avait toujours admiré les avocats qui défendaient la veuve et l’orphelin et s’était dit qu’elle pourrait en faire de même. On lui avait fait remarquer depuis qu’elle était enfant qu’elle avait toujours de bons arguments.

Alors sans se poser beaucoup plus de questions, la voilà qui était inscrite en fac. La première année se passa bien. Elle apprenait des choses intéressantes, même si la plupart des cours ne la passionnaient pas. Cela se ressentit d’ailleurs sur ses notes, limites, mais elle passa en seconde année. Entre autre parce que le charmant Émile était l’un des meilleurs de la promotion et qu’elle n’était pas insensible à son charme.

Ils commencèrent à sortir ensemble en octobre. Mais rapidement Emma se rendit compte qu’Émile était un petit génie imbu de lui-même, qui profitait de ses capacités intellectuelles pour sortir dans les bars tous les soirs et regarder les gens de haut. Emma qui avait besoin de travailler énormément à la BU pour réussir et encore, moyennement, n’arriva pas à tenir le rythme et bientôt son petit ami se moqua de ses piètres résultats.

Lorsque les résultats des partiels de janvier tombèrent, elle se rendit compte qu’elle n’avait la moyenne dans aucune des matières, et de loin. Elle avait perdu du poids à force de sortir et de travailler sans résultat, occultant ses nuits. Émile la quitta, à moins que cela ne fusse elle, mais peu importait au final.

Elle avait quinze jours de repos avant que le semestre ne recommence. Durant ce temps, elle resta couchée dans son lit, refusant de sortir, nauséeuse, angoissée, déprimée.

Sa mère décida finalement d’aller la voir alors qu’il ne restait qu’un week-end avant la reprise et qu’Emma était pâle comme une morte :

« Écoute, je sais que tu as passé un mauvais semestre, mais c’est peut-être le bon moment pour repenser à ton avenir ? Tu as réellement envie de devenir avocate ? Ton semestre est raté, tu vas devoir passer les rattrapages. Je sais que tu as été distraite, je ne te reprocherais pas d’avoir voulu profiter de ta jeunesse, mais l’année dernière non plus tu n’avais pas eu d’excellents résultats. Si encore je te sentais passionnée par tes cours, mais j’ai plutôt l’impression que tu t’ennuies ferme ! Est-ce que ça ne serait pas l’occasion de changer d’orientation ? »

Emma la regarda avec de grands yeux, incapable de croire que sa mère ne lui faisait aucun reproche. Elle n’avait jamais réfléchi à faire autre chose. Elle le dit et sa mère proposa simplement :

« Ce n’est pas un drame, tu es encore jeune ! Mieux vaut repartir sur de bonnes bases maintenant plutôt qu’à 35 ans après avoir fait un métier que tu n’aimais pas durant plusieurs années ! Réfléchis-y, d’accord ? Si tu veux prendre un semestre pour toi, pour voyager, faire des stages, essayer de trouver ta voie, avec ton père nous sommes d’accord. Ce n’est pas parce qu’à notre époque on change plusieurs fois de métier qu’il faut que tu t’escrimes à faire quelque chose que tu n’aimes pas ! »

Sujet du 15 Mars : Petite robe verte

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le 14 Mars 2016 : Drame

  1. Le drame attendu est arrivé ! mais ça devrait s’arranger par la suite…
    http://randonnezvousdansceblog.blogspot.fr/2016/03/defi-365-jours-decriture-74.html

    J'aime

  2. J’adore ce texte pour la façon dont tu l’as écrit mais aussi pour les personnage d’Emma et de sa maman qui me plaisent beaucoup ! J’espère les retrouver de temps en temps (mais pas au dépens des autres que j’aime tout autant) ! Voilà pour moi :https://lafabriqueasourires.wordpress.com/2016/03/14/365-jours-decriture-74-drame/

    J'aime

  3. Herb'au logis dit :

    comme quoi, ça existe les parents compréhensifs !

    La dame (éplorée) :
    Il est parti, il m’a quittée…
    Que vais-je devenir ? Je suis abandonnée.

    Le poète :
    Allez, allez, vous verrez,
    Il ne faut rien dramatiser
    Tout finira bien par s’arranger.

    La dame (sanglotant) :
    Mais au contraire, c’est bouleversant.
    Reviendra-t-il ? Et quand ?

    Le poète :
    Ce n’est pas en dramatisant
    Que l’on retrouve son amant.
    Laissez faire le temps.

    La dame (hystérique) :
    Il était volcanique,
    Qu’il était beau, mon Henrique !

    Le poète :
    Si vous alliez en Martinique !
    Ce serait très romantique
    Et bien moins dramatique.

    La dame (perdant son calme) :
    Il voyage sans moi, il n’a pas d’âme,
    Il a préféré partir avec une autre femme…

    Le poète :
    Cet amant-là ne vaut pas que l’on se pâme,
    N’en faites pas tout un drame,
    Belle et gente Dame.

    Aimé par 1 personne

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s