Le 18 Mars 2016 : Mini scène de théâtre

quote-une-piece-de-theatre-une-comedie-une-tragedie-un-drame-cela-doit-etre-une-sorte-de-victor-hugo-180786

(on retrouve Aveline, sinon, vous auriez réclamé ^^ surtout que le sujet de demain ne se prête pas bien à son univers!)

(Aveline est assise près du feu de cheminée, un livre à la main. Kelly arrive, jette son cartable sur le sol et se blottit dans un autre fauteuil.)

Kelly : Aveline, pour l’école, il faut que j’écrive une mini scène de théâtre. Mais j’ai vraiment aucune idée !

Aveline : Eh bien, on dirait que les cours de littérature te donnent du fil à retordre !

Kelly (en grimaçant) : Je sais. Je préfère les sujets imposés, lorsqu’on doit juste travailler une forme particulière, je sais jamais quoi écrire !

Aveline (en se redressant un peu) :Si ce n’est que ça, je peux t’en donner des idées !

Kelly (pleine d’espoir) : Oui !

Aveline : Tu peux écrire une scène de la vie quotidienne, avec ton papa, par exemple. Tu sais, lorsque tu lui parles, mais qu’il est tellement concentré sur autre chose qu’il répond n’importe quoi. Tu peux inventer une scène qui se passerait dans la nature, entre le chant du vent, les gémissements des hautes herbes et le bourdonnement des insectes. Tu peux écrire sous forme de théâtre un conte, une légende que tu aimes bien ! Tu peux inventer une discussion entre des objets, la table de la cuisine et les chaises, pourquoi pas. En théâtre, n’hésite pas à être farfelue et à proposer un point de vue inédit, je suis sûre que ta Maîtresse sera contente !

Kelly (après un instant d’intense concentration) : Merci, mais maintenant… j’ai trop d’idées !

Aveline : Alors file écrire, tu me montreras tout ça après !

(Kelly attrape son cartable et file à l’étage, l’esprit bouillonant d’objets parlants

Sujet du 19 Mars : Doliprane ou aspirine

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le 18 Mars 2016 : Mini scène de théâtre

  1. Herb'au logis dit :

    bon, moi, j’ai un peu les mêmes difficultés que Kelly. Et personne ne m’a soufflé des idées.
    voilà ce que ça a donné quand même:

    Contestations

    La scène se passe dans les nuages, au Paradis. Le Bon Dieu somnole doucement sur son trône, les Saints qui ne sont pas en mission sont rassemblés autour de lui. Les discussions vont bon train, menées par le chef des Saints, Saint-Pierre.

    Saint-Pierre : Dis donc, Patrick, hier, quand tu es rentré, tu n’étais pas très …clair.

    Saint-Patrick (un trèfle à la bouche) : ben, c’était le jour de ma fête. Partout en Irlande, il n’y en avait que pour moi : de la musique, des danses…

    Saint-Pierre : et des bières et du whisky…tout de même, quand on la responsabilité d’un pays entier, on essaie de se tenir un peu mieux.

    Saint-Béron : c’est sûr ! Moi, je n’ai qu’un tout petit village perdu dans la montagne, quand on fait la fête, on est plus sage !

    Saint-Médard (assis dans un nuage de pluie) : vous, vous avez la chance d’être patron d’un lieu, avec des gens qui pensent à vous au moins le jour de votre fête. On attend le mien avec appréhension : « s’il pleut à la St-Médard, il pleut 40 jour plus tard »

    Saint Barnabé : eh oui, heureusement que je suis là : « Mais vient le bon saint Barnabé qui peut encore tout raccommoder »

    Sainte-Barbe : alors moi, je suis bien la patronne des Stéphanois, et des pompiers, ils sont sympas, OK, mais pourtant chaque fois qu’on se plaint de quelque chose, on dit « oh, c’est la Sainte-Barbe ». J’en ai vraiment assez, j’ai donc fait un petit changement, je me fais appeler Barbara, ça sonne mieux.

    Saint-Pierre : vous n’êtes jamais contents. Vous devriez vous estimer heureux d’avoir une place de choix au Paradis, ce n’est pas à tout le monde que ça arrive.

    Sainte-Blandine (caressant son lion) : pour le gagner, j’ai bien failli me faire dévorer, moi! Heureusement que je suis tombée sur un gentil minou. Mais il a tout de même fallu passer par le gril et me faire encorner par un taureau.

    Saint-Pierre : On n’a rien sans rien. Moi, je me suis fait crucifier. Et j’ai même demandé à être la tête en bas, par humilité.
    (secouant ses clefs) : Allez, assez discuté. Au boulot tout le monde, il y a encore de quoi faire sur terre.

    Un coup de tonnerre retentit. C’est le Bon Dieu qui se réveille en sursaut.
    Le rideau (couleur du temps) se referme lentement.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai fait court, ça t’évitera d’avoir à prendre un doliprane ou une aspirine !
    http://randonnezvousdansceblog.blogspot.fr/2016/03/defi-365-jours-decriture-78.html

    J'aime

  3. PS : hâte de découvrir la scène écrite par Kelly !

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s