Le 29 Mars 2016 : Nain monstrueux

rouelle

Parmi les dames d’Eilantha, certaines auraient bien suivi la chasse des hommes. Mais elles trouvèrent une petite clairière, avec un ruisseau en son centre, des troncs d’arbres tombés bien moussus pour s’asseoir dessus.

Elles déballèrent le pique-nique, en vérité un festin de pâtés de volaille, légumes croquants, fruits venus du sud, et surtout multitude de pâtisseries, confiseries et petits gâteaux dont ces dames raffolaient.

Il y avait une joyeuse ambiance, chacune se servait avec les doigts et partageaient ses découvertes culinaires, mangeant les plats dans n’importe quel ordre.

L’alcool apporté, bien que léger, les rendait plus gaies, surtout sous le soleil radieux de ce milieu de journée.

Elles avaient presque fini leur repas, se préparant courageusement pour paresser sous l’astre du jour, lorsqu’une petite ombre sortit de la lisière des bois. Les jambes tordus, le torse vrillé et rebondi, l’homme avança vers la lumière. Son visage était de guingois, un œil quasiment fermé par une paupière tombante, l’autre éveillé et malicieux. Sa bouche elle aussi penchait sur un côté, comme comme déséquilibrée par un nez noueux et trop large. Une touffe de cheveux partait en tout sens, dévalant jusque dans son dos.

Il éclata d’un rire puissant et s’avança vers les jeunes femmes.

Le discours qu’il leur tint, nulle ne s’en souvint. Sinon qu’une grande joie les tenait lorsqu’elles se réveillèrent de leur sieste.

Un présage néfaste dirent certains hommes. Les femmes n’y crurent pas, mais après tout, il était bien connu qu’elles appréciaient la présence des nains…

(ces deux textes font bien sûr référence aux classiques de la littérature médiévale avec la forêt, le cours d’eau, la chasse au cerf blanc et le nain. J’espère que cette minuscule entrée dans ce monde vous aura plût!)

Sujet du 30 Mars : ça rime avec quoi ?

Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le 29 Mars 2016 : Nain monstrueux

  1. Herb'au logis dit :

    aucun nain n’est jamais venu me tenir des discours pendant mes siestes… mais il faut dire que je ne suis pas une grande dame !
    mon nain à moi vient d’un autre monde

    A l’aube, dans une petite ruelle encore sombre du village, une ombre se faufile furtivement. L’être qui cherche à se dissimuler doit être vraiment petit car il ne dépasse pas des bosquets qui entourent les cases.
    Lorsqu’il arrive près de celle du sorcier, il marque une hésitation. Puis finalement, il s’engouffre dans la maison, sans frapper.
    « Que t’arrive-t-il, Luzolo ? Tu es bien matinal.
    Oh, Grand Sorcier, je n’en peux plus. Hier soir encore, des enfants se sont moqués de moi. Certains m’ont même jeté des pierres. Ils disent que rien qu’en me regardant, ils ont une vision de l’enfer. Je sais bien que mon aspect est repoussant. Xoud, je t’en prie, aide-moi, je voudrais tant être comme tout le monde.
    Ecoute, Luzolo, je veux bien t’aider, mais je ne pourrai pas faire de miracle. Tu es né nain, je ne pourrai pas te faire grandir, même avec tous mes pouvoirs. Il y a des choses qu’on ne peut pas changer.
    Je sais bien hélas ! Mais Grand Sorcier, ne peux-tu rien faire au moins pour mon visage ?
    Avec l’aide de quelques plantes, je pourrai peut-être rendre à ta peau un aspect un peu plus agréable. Mais il va falloir que toi aussi tu y mettes du tien. Si tu continues à te négliger, à ne jamais te laver, on aura beau mettre tous les onguents possibles, tu auras toujours autant de pustules, de croûtes et de plaies.
    Et mon dos ? Tu as vu comme je suis bossu ? J’ai le cou enfoncé, les jambes tordues…
    Oui, je sais, ce sont des malformations de naissance. Mais tu sais, si dans ta tête, tu t’acceptes un peu plus, tu verras que tu vas te redresser. Ta bosse sera toujours là, mais on la verra moins parce que tu regarderas les gens en face, et non par-dessous comme tu le fais jusqu’à présent. Si tu es capable de te regarder, les autres te verront eux aussi autrement.
    Tu crois vraiment ? Je suis bel et bien monstrueux, ils n’ont pas tort ceux qui le disent.
    C’est là qu’est le problème. Ne les laisse pas dire. Tu sais, ta mère t’a donné un joli prénom.
    Ah ?
    Il signifie : Volonté…Alors, fais honneur à ce prénom. Si tu décides que ton aspect extérieur n’est pas le plus important, les autres le comprendront aussi. Si tu cesses de te cacher comme si tu avais fait quelque chose de mal, alors, on te découvrira, on verra ton vrai visage, celui du dedans.
    Tu es sage, Xoud. Merci. Vraiment. Tu m’as remonté le moral. Je vais essayer, promis. Mais je veux bien un peu de ta crème quand même… »
    Le jour s’est maintenant levé. Luzolo ouvre la porte. Le soleil rentre à flot dans la case. Le petit homme sort, droit, d’un pas assuré, et la tête haute. Il sourit.

    Aimé par 2 personnes

  2. Herb'au logis dit :

    faut ce qu’il faut !

    J’aime

  3. Par ici quelque nain monstrueux !
    http://randonnezvousdansceblog.blogspot.fr/2016/03/defi-365-jours-decriture-89.html

    Je dois avouer que je ne me souviens plus de la place du nain dans la littérature médiévale… le reste oui, mais pas le nain…

    J’aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s