Le 18 Avril 2016 : Pouvoir du nom

Microsoft-Word1

Le pouvoir des noms… un pouvoir un peu oublié, de nos jours, mais on disait auparavant que connaître le véritable nom de quelqu’un, c’était avoir un certain pouvoir sur lui. Cette idée est parfois reprise dans les romans de fantasy, notamment dans les superbes contes de Terremer, d’Ursula Le Guin. En effet dans ses romans, les personnages ont deux noms, celui qui est publiquement utilisé, et le véritable nom. Le dévoiler est une preuve de confiance totale et d’intimité. Ainsi, pour espérer vaincre un dragon, il faut connaître son véritable nom, sinon, vous n’avez aucune chance.

Le nom reste par essence l’identité propre d’une personne. Ainsi, les esclaves étaient renommés, pour leur faire perdre leur identité. À l’heure d’internet, tout le monde utilise des pseudos. On retrouve là le pouvoir du nom, car si on connaît le véritable nom de quelqu’un, d’autant plus s’il l’a utilisé sur internet, on peut alors retrouver de nombreuses informations, qui, tombées entre de mauvaises mains, peuvent faire pas mal de dégâts.

Il faut aussi se souvenir des justiciers ou super héros qui ne donnent évidemment jamais leur vrai nom, histoire d’être un peu tranquille. De tout temps, c’est aussi ce que faisaient les prostituées, qui étaient obligées de céder leurs corps, mais non pas leur « âme ». D’ailleurs, d’après ce qu’on voit dans les séries (je précise, au cas où), c’est toujours le cas, de même que dans les clubs de strip-tease : dévoiler la chair comme outil de travail, mais se préserver le plus possible.

De la même manière de nombreux auteurs écrivent sous un pseudonyme, certaines femmes notamment n’ont pu publier qu’en changeant leur nom.

Le nom, c’est aussi comme le physique, la première chose qu’on voit. Aussi, n’est-il pas étonnant que certaines personnes publiques (des artistes en règle générale) change leur nom (et/ou leur physique) pour mieux se vendre ou qu’on ne se moque pas d’eux.

Et vous, donnez-vous toujours votre véritable prénom lorsque vous rencontrez des gens (sur internet, qui vous abordent dans la rue, etc) ?

Sujet du 19 Avril : Halecret : n. m.  Ancien terme de guerre. Espèce de corselet, de fer battu, composé de deux pièces, pour le devant et le derrière.

Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le 18 Avril 2016 : Pouvoir du nom

  1. Herb'au logis dit :

    Non, moi, je ne donne pas forcément mon nom à qui que ce soit (dans la rue, internet ou aux pubs par téléphone).
    Mais, également, je ne prends le nom de personne. Je m’explique : à ma naissance, j’ai reçu le nom de mon père. Je l’ai porté, et je le porterai toute ma vie. Le nom de naissance est le seul à être officiel. C’est celui que nos parents nous ont transmis. Actuellement, les jeunes parents ont même la possibilité de donner soit le nom du père, soit celui de la mère à l’enfant. C’est donc un vrai choix, une vraie transmission. Pour ma part, donc, je respecte cela. Mon nom n’est pas celui que je trouve le plus beau au monde, mais il est celui avec lequel j’ai toujours vécu, celui qui m’accompagne quand on fait ma connaissance, pour un examen scolaire ou médical, etc… celui donc qui donne une image de moi.

    Je me suis mariée, et je n’ai pas changé. Je trouve toujours bizarre d’être Mme Machin, épouse Truc, voire veuve Bidule, divorcée Chose…Lorsque l’on a perdu de vue une fille plus jeune, c’est un véritable jeu de piste pour la retrouver, elle a parfois changé 2 ou 3 fois de nom ! Une situation qui m’a vraiment fait rire une fois : deux cousines se retrouvent dans une réunion de famille. Quelqu’un appelle : Monique Bidule, deux Monique se retournent en même temps, et l’une dit à l’autre : « ah non, c’est moi qui m’appelle Monique Bidule maintenant, ce n’est plus toi ». Si avec ça on ne développe pas des troubles de la personnalité… Et le pire à mes yeux, mais il est vrai que c’est une façon de parler qui se perd un peu, c’est lorsque la femme porte non seulement le nom de son mari mais aussi son prénom : vous êtes devenue Mme Charles Martin : ce n’est plus du mariage, c’est de la fusion ! Sachant qu’au cours de la vie de Charles, il y aura peut-être deux ou trois Mme Charles Martin ! Ceci dit pour les personnes qui ont du mal à suivre les événements familiaux du dit Charles, c’est plus facile, cela leur évite de se tromper…

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s