Le 18 Mai 2016 : Orage

4177795223

image

J’adore les orages, surtout en été. L’orage du soir qui apaise de la chaleur brûlante de la journée. On rentre du travail, de cours, de l’école ; on a eu chaud toute la journée dans nos vêtements qui collent aux jambes, les cheveux qui s’engluent sur les nuques ; on est remonté courageusement dans une voiture, un train, un bus bondé, pire, un métro. Et là, au moment de sortir une petite brise se faufile dans la masse immobile d’air chaud. Le vent se lève, le ciel s’assombrit. Un éclair jaillit, déchire le ciel, déchire le marasme des pensées immobiles. Le tonnerre gronde et s’annonce. Il s’insinue jusque dans la moelle, il fait vibrer les chairs. Le vent se lève, plus dynamique, fait claquer les cheveux, soulève les jupes.

Les premières gouttes s’écrasent avec violence, en quelques secondes on est trempé. Pas grave, tant pis, même sous la pluie, il fait encore chaud. On rigole, on saute par-dessus une flaque déjà formée et s’abrite sous un toit.

Dans quelques minutes, on sera au sec, on ré-enfilera une petite robe légère, se débarrassant avec plaisir des jeans et la pluie étant déjà terminée, on nettoiera la table en plastique avant de mettre le couvert dehors. On s’installera devant une bonne salade de tomates, profitant de l’air doux et moins lourd, espérant simplement que la pluie ne revienne pas durant le repas…

Sujet du 19 Mai : Association d’idées :

île déserte (le retour ^^)

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le 18 Mai 2016 : Orage

  1. Herb'au logis dit :

    Juin 2003, canicule

    « On est samedi, donc demain pas d’école. De plus c’est la fête des pères. On pourrait faire une petite soirée qui change. Ça vous dirait d’aller un peu plus haut, camper dans la montagne ? On aurait moins chaud ! »

    Cela fait presque un mois qu’il fait une chaleur peu ordinaire, on étouffe, on cuit ! La proposition est accueillie avec enthousiasme. Et comme on vient juste de faire l’achat d’une nouvelle tente, c’est l’occasion d’aller l’essayer.

    Nous voilà partis. Oh, pas bien loin. Il y a près de chez nous un endroit magique. L’orée d’une forêt, quelques pâturages, et une falaise d’où la vue est époustouflante.
    Allez, on prépare un pique-nique du soir. On prend les pyjamas et les sacs de couchage (on ne sait jamais !) et nous voilà partis.

    Ça fait tellement longtemps qu’on n’a pas eu un peu de douceur, que Papa propose qu’on couche à la belle. Il est vrai que le ciel étoilé est magnifique. Mais… nous, Maman et les filles, on a quand même dans l’idée que, sur le matin, on pourrait avoir un peu frais. Et puis la tente est neuve alors, on voudrait bien l’essayer. Papa n’est pas pour. On insiste un peu, et, comme on est trois contre un, on finit par avoir gain de cause !

    On monte la tente donc, et on pique-nique tranquillement. Le soir tombe, la température fraîchit enfin. On s’installe dans nos duvets, à la belle. Mais au bout d’un moment quelques gouttes nous alertent. Papa ne veut rien entendre, ce n’est qu’une ondée de rien du tout…Il tombe de plus en plus de gouttes. Nous finissons par convaincre notre homme des bois, et nous nous rentrons sous la tente juste à temps.

    Bien nous en pris ! Un orage comme on n’en a rarement essuyé éclate. La pluie tambourine sur la toile. Qui rapidement se met à être traversée. Eh bien ! La tente toute neuve ! On n’a pas fait une affaire !

    Soudain, des coups de tonnerre énormes. Nous avons senti le sol trembler, vibrer ! Il y a, tout proche, au bord de la falaise, un pylône pour les radios amateurs. Vraisemblablement, la foudre est tombée dessus. C’était vraiment impressionnant !

    Le lendemain matin, le ciel bleu était de retour, comme si de rien n’était. La canicule reprenait ses droits…

    J'aime

  2. Quand j’étais petite, j’avais une peur affreuse de l’orage. En fait, ça m’a duré longtemps. Puis un jour que j’en ai parlé à mon médecin homéopathe, il m’a donné des granules pour ça et depuis, je n’ai plus cette angoisse.
    voici ma courte version
    http://randonnezvousdansceblog.blogspot.fr/2016/05/defi-365-jours-decriture-139.html

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s