Le 13 Juin 2016 : Abraxas : (a-bra-ksas’), n. m. Pierre précieuse sur laquelle étaient gravés des caractères et qu’on portait en amulette.

collier-pendentif-collier-aventurine-pierre-3992763-p1030637-031ed_big

En revenant, Aveline décida de passer par le village. Elle avait idée d’acheter une petite pâtisserie pour Kelly, mais arriva devant un étal d’un tout autre genre. Au milieu des babioles, des étoffes colorées et des épices, elle trouva un médaillon avec une pierre rouge en pendentif. Même si le marchant espérait qu’on croit qu’il s’agissait de pierre précieuse, elle se rendit vite compte que cela n’en était pas, mais la transparence de l’objet jetait de jolis reflets. Elle la saisit et avisa de petites gravures. Les symboles étaient illisibles, incompréhensibles, mais elle ne put s’empêcher de les trouver fascinant.

« C’est un charme de bonne fortune, ‘dame. I faut le porter autour du cou, pour protéger du mauvais œil. Et quand z’êtes malades, faut verser d’la tisane dessus, les symboles vous guériront ! »

évidemment, Aveline n’en crut pas un mot, mais elle acheta malgré tout l’objet.

Le soir, elle l’offrit à Kelly :

« Tiens, c’est un porte-bonheur. J’espère qu’il te portera réellement chance et que ta vie sera longue et heureuse ! Dans le pire des cas, c’est un joli collier tu ne trouves pas ? »

L’enfant se jeta dans ses bras et Henry secoua la tête, la jugeant trop gentille avec sa fille.

Sujet du 14 Juin : Dehors il pleut

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le 13 Juin 2016 : Abraxas : (a-bra-ksas’), n. m. Pierre précieuse sur laquelle étaient gravés des caractères et qu’on portait en amulette.

  1. Herb'au logis dit :

    En l’an 1382, Jehan, le tailleur de pierre portait à son annulaire droit une pierre bien différente de celles qu’il travaillait tous les jours. C’était une gemme fine, ambrée et transparente.

    Si on la regardait de près, on pouvait découvrir de fines gravures : un étrange animal à tête de coq, avec un corps d’homme mais dont les deux jambes sont des serpents. Un curieux nom était également inscrit : « Abraxas ».

    Jehan n’aurait su donner une signification exacte de ces inscriptions. Le Templier qui lui avait offert cette bague en remerciement du magnifique travail qu’il avait exécuté pour lui, lui avait expliqué que si on décomposait ce mot selon le système de numération grecque, on arrivait au chiffre de 365. Ce talisman le protégerait ainsi tout au long de l’année.

    Du jour où elle lui avait été donnée, la bague ne quittait donc sa main, cette main, si habile à faire jaillir des merveilles de la pierre.

    Aimé par 1 personne

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s