Le 16 Juin 2016

85096e9ab99873d24d03e2859c883117-d30b1ud

Bon, l’image est jolie, mais si vous avez des chats, vous le savez, plutôt fausse. Le chat il est SUR le livre, au mieux, il essaye de servir de marque-page, au pire, il essaye de faire travailler votre imagination en vous permettant de lire environ un mot sur 50.

Je profite de cette image pour donner quelques nouvelles. Comme vous le voyez, le rythme du blog c’est un peu ralenti. Pour plusieurs raisons : premièrement, je lis certains livres, notamment dans le domaine de la spiritualité, que je ne chronique pas, ça fait donc moins d’articles. Deuxièmement, j’ai des week-ends bien chargés depuis pas mal de temps, entre le déménagement et tout ce qu’il faut mettre en place en suite, des week-ends chez des amis, de la famille, etc. Pas le temps de m’ennuyer ! Troisièmement, les fameuses grèves de train, depuis un mois déjà ! Devant faire preuve d’originalité pour avoir un toit pour dormir le soir, je ne prends plus aussi souvent le train et je lis donc un peu moins. Quatrièmement, je travaille maintenant 6 jours par semaine, donc le lundi après-midi en plus du reste, et en ce moment, ça fait 5h de travail, pour quasiment 4h de trajet. Autant dire que le temps me manque un peu. J’aimerais écrire aussi de nouveau quelques articles sur des séries (j’ai du retard !) ou d’autres sujets, mais on verra lorsque j’aurais l’esprit libéré de ces histoires de transport !

Parce que pour vous faire une idée voilà une semaine « typique » :

Lundi, je décide d’aller en voiture jusqu’à Meyzieu pour prendre les transports en commun (soit 40-45 min de trajet). J’arrive, les trams sont en grève. Aucun moyen d’aller sur Lyon. J’ai dû reprendre la voiture, pour l’emmener dans un autre parc TCL plus près du métro, qui heureusement fonctionnait. Bilan, plus d’1h45 de trajet. Le soir, de nouveau le métro et la voiture. à part un orage torrentiel (60km/h sur l’autoroute), je suis rentrée finalement assez vite.

Mardi, voiture jusqu’à Meyzieu, tram, métro… et la même chose dans l’autre sens le soir.

Mercredi, train à 8h58 le matin (je commence à 12h !) évidemment en retard, mais j’ai de la marge ! Arrivée sur Lyon vers 9h45, plus qu’à faire trois courses, trouver un pique-nique et commencer le boulot à 11h30 (oui, je commence soit 3/4 d’h plus tôt quand je fais l’ouverture, le temps de faire la caisse, le ménage, etc; soit 1/2h plus tôt en semaine, le temps de faire aussi le ménage mais de voir un peu ma collègue que sinon je ne ferais que croiser le temps d’arriver et qu’elle parte !). Le soir, covoiturage de prévu à 20h15 (je finis à 19h), 1h de route à peu près, ça ne fait pas rentrer plus tôt !

Jeudi, rebelotte avec le train. On verra s’il est aussi en retard, si je peux m’asseoir dedans (c’est pas toujours le cas, mais au moins à l’aller il ne met que 25 minutes). Ensuite, je ne sais pas trop ce que je ferais avant d’aller bosser (lire au hasard ^^). Le soir, heureusement, j’ai une amie qui m’héberge (et qui me supporte entre une et deux fois par semaine ces temps-ci !), il faut quand même reprendre le métro et le tram.

Vendredi, tram et métro, facile. Le soir, je vais retenter le covoiturage, de toute manière il n’y a PAS de train après 19h12 et il me faut un gros quart d’heure de marche pour rejoindre la gare, sans parler du temps dont j’ai besoin pour fermer boutique. Donc impossible. Pas de car de substitution, rien.

Samedi, j’hésite encore. Je vais sûrement prendre la voiture, mais peut-être la gare directement vers le métro, ça sera plus rapide, même si je vois traverser une partie du périph’. On verra à l’inspiration !

et Dimanche (non, je ne travaille pas ; si cet article va avoir un lien avec l’image), on va normalement chercher notre nouvelle minette, mais en Haute-Savoie pour simplifier les choses, à 2h de route de chez nous ! J’espère qu’elle n’aura pas trop le mal du transport !

Voilà, avec tout ça, il faudrait faire des courses, mais je ne vois pas vraiment quand je pourrais trouver le temps, d’autant plus que lundi, je dois être sur Lyon dès le matin !

C’est la fin (j’aimerais bien que la grève s’arrête enfin, oui !) de mes mésaventures, chaque semaine je pourrais en raconter autant ! Sans parler des perles avec les clients, ou du boulot que j’ai (la semaine dernière braderie pendant 4 jours donc beaucoup de monde, et là gros retours en perspective, sachant qu’en plus mes livraisons arrivent tard dans l’après-midi, pour arranger mon organisation !)

Sujet du 17 Juin : mangata (suédois) reflet du clair de lune sur l’eau

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le 16 Juin 2016

  1. Herb'au logis dit :

    que faire pour te soutenir? on pense à toi…
    et voilà de quoi te changer les idées :

    C’est l’histoire de deux petits chats minuscules…

    Leur maman s’était débrouillée pour que ses petites maîtresses soient auprès d’elle et les avaient mis au monde en ronronnant. Ils étaient donc tout pleins d’amour.

    En grandissant, ils ne quittaient pas les petites filles. Ils s’installaient tout en rond, chaudes petites boules de poil, au creux de leur bras ou de leur cou, sur leur genoux. Quand elles faisaient leurs devoirs, ils s’installaient sur un cahier ou au milieu des crayons et surveillaient le bon déroulement des opérations. Ils trouvaient cette occupation bien étrange. Les stylos laissaient des traces bizarres sur le papier. C’était pourtant bien plus amusant de les faire rouler et tomber par terre !

    Quant aux livres, ils se demandaient bien pourquoi leurs maîtresses passaient tant de temps à les contempler. Elles tournaient les pages de temps en temps, mais à quoi cela pouvait-il bien servir puisque c’était pareil partout ? Il arrivait quelque fois que, passionnées par ce qu’elles lisaient, ils avaient beau faire : ronronner, s’installer sur les pages, griffer, sauter, elles étaient tellement absorbées qu’elles ne s’intéressaient plus à eux. Eux si mignons ! Bien plus que ces trucs sans odeur et sans chaleur, un comble !

    Lorsqu’ils en avaient assez de faire des câlins sans retours, ils sautaient à terre et allaient batifoler dans la pelouse, se chamaillant et faisant des roulades, tout emmêlés. Les fillettes ne tardaient pas à les rejoindre et leur apprenaient mille jeux : attraper un bouchon en plein vol, se cacher dans l’herbe haute, courir après les papillons ou les sauterelles…

    Ils finissaient exténués et ne tardaient pas à rejoindre la poche de l’une d’elle ou l’écharpe de l’autre, s’y blottissaient et partaient au pays des rêves des petits chats. Quant à leurs amies, elles pouvaient enfin retourner à leurs livres, tranquilles pour un instant !

    J'aime

  2. Suis de tout coeur avec toi… J’espère que la situation va bientôt se débloquer…
    Voici mon petit texte qui, j’espère, te changera les idées, mais ça va être très rapide…
    http://randonnezvousdansceblog.blogspot.fr/2016/06/defi-365-jours-decriture-168.html

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s