Le Lecteur de Cadavres

9782246800705-X_0

Antonio Garrido

Avec ce bon pavé, Antonio Garrido nous fait découvrir les premiers pas de la médecine légale, dans la Chine du Moyen-Âge au XIIIe siècle.

Ci est un jeune homme fasciné par la manière dont le juge Feng résout des enquêtes en observant les morts. Malheureusement, il est obligé de quitter les études pour suivre s famille. De là, il ne lui arrive que des mésaventures, son frère est accusé de meurtre, ses parents meurent, il se retrouve en fuit, en charge de sa sœur de 8 ans malade, obligée de trouver des petits boulots et à chaque fois que ça commence à aller bien, tout devient pire. Jusqu’à ce que l’empereur en personne qui a entendu parler de lui le fasse venir pour résoudre une série de crime, ce qu’il a plutôt intérêt à faire et bien, car sinon, c’est sa tête qu’il risque !

Ce roman est vraiment très dense (et d’ailleurs assez long), à vu de nez moins de la moitié du roman se consacre à l’enquête au palais, mais tout est lié, depuis les premières pages jusqu’aux dernières. On ne s’ennuie pas, même si parfois on est un peu frustré que le personnage nous « cache » ses découvertes et de devoir attendre plusieurs pages avant de comprendre. En revanche, la vie quotidienne est bien décrite et on entre totalement dans cet univers particulier des débuts de la médecine légale. O20n apprend vraiment des choses, sans trop tomber dans le gore.

Le travail de l’écrivain est d’autant plus remarquable qu’il s’inspire d’un personnage qui a réellement existé, mais dont on a retrouvé qu’une très courte biographie. L’invention est donc la majeure partie du roman, mais l’appui sur les faits historiques et les techniques de l’époque sont très justes.

Les personnages sont sympathiques même si parfois un peu stéréotypés, le fait que le héros ne ressente pas la douleur m’a semblé parfois intéressant, mais surtout trop facile (d’autant plus de ce que je sais, les gens (rares) qui ne ressentent pas la douleur, ne ressentent RIEN DU TOUT : ni le chaud, ni le froid, ni les besoins corporels, ce qui n’est pas tout à fait le cas de Ci dans le roman.

La fin m’a également paru un peu longue (100 pages avant j’avais l’impression que ça allait bientôt se finir), mais dans l’ensemble ce roman se lit vraiment très bien et change un peu des environnements classiques des romans policiers.

Il n’est pas récent, alors, l’avez-vous déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, Policier/Thriller, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s