Le 24 Septembre 2016 : Revisiter un conte pour enfant

vous connaissez l’histoire de la fille qui a un énorme syndrome de page blanche ? Eh bien voilà 20 minutes que je fixe cette page.

Alors en vrac :

le grand méchant loup version renard, donc grand méchant renard, donc BD déjà écrite.

La petite sirène pour la transformation en humaine

et voilà, plus rien.

Donc désolée, aujourd’hui je vous encourage à faire mieux que moi et regarder une série, genre Grimm ou Once Upon a Time pour voir ceux qui ont plus d’idées que moi !

Sujet du 25 Septembre : utiliser un mot rare/ancien/qui n’a pas d’équivalent dans une autre langue

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le 24 Septembre 2016 : Revisiter un conte pour enfant

  1. Herb'au logis dit :

    Il était une fois un ogre très riche, très très riche. Et comme tous les riches, il souhaitait le devenir encore plus. Il habitait dans une forêt, allait souvent dans une grotte pour aller vérifier que le magot qu’il y avait caché était toujours là : ma cassette, disait-il, ma cassette.

    Cet ogre avait sept filles, vous vous rendez-compte ? Sept filles à marier, sept noces à payer, sept dots à donner.

    Un jour qu’il se promenait dans sa forêt domaniale, au détour d’un chemin, il se trouva nez à nez avec tout un groupe de petits hommes pas plus grands qu’un pouce. Ils chantaient « Nous sommes les Petits Poucets, eh oh, eh oh, on s’en va au boulot ! ». Curieusement, ces petits hommes semblaient heureux. L’ogre haussa les épaules. Le boulot…sa devise à lui c’était plutôt « travailler le moins possible pour gagner le plus possible », et il réfléchissait toujours intensément à cela.

    Sur le chemin du retour, il fut étonné de trouver, parsemés sur le sol, plein de petits cailloux. Plus exactement des pierres précieuses, magnifiques ! Accélérant le pas, il rejoignit la troupe des petits hommes, toujours chantant, cette fois « eh oh, eh oh, on rentre du boulot ». Ils traînaient derrière eux des petits charriots remplis des pierres qu’ils venaient d’extraire de la mine.
    Tout d’un coup, une lumière se fit dans son esprit calculateur : les Petits Poucets étaient sept. Et il avait sept filles. A marier. Il ne le se fit pas dire sept fois ! Il suivit les petits cailloux qui l’emmenèrent à la demeure des sept petits hommes et leur proposa à chacun une de ses sept filles en mariage.

    Les Petits Poucets réfléchirent chacun de leur côté puis firent un débriefing commun. Et pour une fois, c’est l’opinion de Grincheux qui l’emporta : « non, non, non, nous avons déjà Blanche-Neige, ça nous suffit bien, elle est gentille et s’occupe bien de nous, que ferions-nous de sept femmes supplémentaires ? » Ils renvoyèrent l’ogre mécontent dans ses foyers et surtout lorsqu’ils revenaient du boulot, ils prenaient bien garde à ne plus semer de petits cailloux, pour que plus personne ne retrouve leur trace.

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s