Le 29 Septembre 2016 : Escarpins

femme-chaussons-pantoufles-en-forme-de-renard

c’est pas des escarpins, mais c’est plus confortable !

Llwynog avait enfin réussi à prendre une apparence plus ou moins humaine, mais il lui restait encore beaucoup à apprendre. Se tenir droite, porter élégamment un verre de vin (breuvage d’ailleurs traître, on l’a vu avant-hier ; ça peut aussi provoquer des accidents de voiture, on l’a vu hier ; mais Llwynog était encore loin d’être prête pour apprendre à conduire)… L’esprit de feu lui demanda ensuite d’essayer de marcher avec des escarpins (personnellement, je ne trouve pas que c’est une très bonne idée, d’apprendre à marcher droit, en hauteur, après trois verres de vin). D’ailleurs l’exercice se révéla périlleux et Llwynog regretta vite ses pattes aux coussinets confortables !

Sujet du 30 Septembre : décrire un personnage féminin

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le 29 Septembre 2016 : Escarpins

  1. Herb'au logis dit :

    Sur l’escalier le Prince était vraiment rêveur : il tenait dans sa main une minuscule chaussure qu’il avait trouvée là, apparemment abandonnée en toute hâte. Qui pouvait bien l’avoir perdue ? Et pourquoi n’y en avait-il qu’une seule ? Curieux, vraiment curieux, se disait-il.

    Il décida de savoir à qui pouvait bien appartenir cet escarpin esseulé. Il lança donc un avis de recherche et se mit en voyage avec cette seule idée en tête.

    Il alla partout, demandant autour de lui qui portait des escarpins. Il vit des centaines de jeunes filles toutes plus belles et fines les unes que les autres. Aucune n’avait dans son armoire l’autre soulier.
    Cela tournait à l’obsession, à l’enquête policière. Qui, mais qui donc ? Où, mais où donc ?

    Il parcouru ainsi le monde entier, découvrit de nombreux pays exotiques, fit connaissance d’un nombre incalculable de jeunes filles, et de vieilles filles. Il commençait à se faire des cheveux blancs, aurait-il un jour la réponse à sa question ? Il en perdit le sommeil, le boire et le manger.

    Puis un jour, il finit par renoncer, il se décida à rentrer, bredouille. Il n’en saurait jamais plus.

    Il fit faire une magnifique vitrine. Il installa le mignon petit escarpin sur un coussin de velours rouge. Bien souvent, il entrait en contemplation, il rêvait… Il vieillit ainsi sans jamais savoir pour qui il avait tant couru…

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s