Le 23 Octobre 2016 : Brouillard

355376-admin

ça, je connais ! Dans les campagnes de nombreuses chapes de brumes s’accrochent un peu partout, aux toits, aux routes, au sommet des arbres, au coin d’une montagne, derrière un clocher. Mais elles sont farceuses, elles aiment jouer à cache-cache, sauf que qu’elles n’ont pas vraiment compris le principe, elles préfèrent cacher la route aux voitures plutôt que de se cacher elles-mêmes.

Elles me rappellent aussi l’automne. Dans l’idéal, il faut un joli paysage avec des feuilles rouges, des courges dans un champ est encore l’idéal, quelques silhouettes d’arbres bien dessinées et un petit brouillard délicat pour saupoudrer le tout !

Je vous laisse rêver à l’automne ! Soit sur les chemins, soit sous une couverture chaude avec un thé et un bon bouquin !

kzlds1pipm9q1mtyaelpcptn28y

Sujet du 24 Octobre : Ville perdue au fond d’un lac

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le 23 Octobre 2016 : Brouillard

  1. Ping : Le 23 Octobre 2016 : Brouillard — Girl kissed by fire | Le Bien-Etre au bout des Doigts

  2. Herb'au logis dit :

    L’automne nous apporte des belles journées. La lumière est dorée, les feuilles se parent de mille nuances : jaune, ocre, marron, rouge, violet, pourpre… Les paysages sont un enchantement pour les yeux.
    Mais quand, comme nous, on habite au-dessus d’un marais, alors un certain nombre de jours disparaissent complètement dans le brouillard. Lorsque ce n’est qu’une petite brume légère, il peut s’évacuer rapidement. Mais la plupart du temps, c’est plutôt la purée de pois. Il est épais. Le paysage n’existe plus, on ne distingue plus rien, parfois même pas la maison d’en face.
    De me dire que nous nous gelons, alors qu’au village d’à côté, à peut-être seulement trois ou quatre kilomètres (parfois ce n’est même qu’une affaire de centaines de mètres…), le soleil est resplendissant et réchauffe le paysage, de me dire que nous ne verrons rien de ce qui nous entoure, que tout est gris et sans relief (il faudra parfois attendre jusqu’à midi pour qu’il se lève, voire toute la journée) alors que plus loin les couleurs éclatent joyeusement dans une si belle luminosité, ça me met dans tous mes états ! Je suis en colère ! Je suis en rogne ! Je rage !
    Je préfère le mauvais temps, au moins on sait à quoi s’en tenir, et c’est partagé ! Le brouillard, c’est souvent rien que pour nous. Le brouillard, je déteste !

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s