Le 31 Octobre 2016 : Un monstre sous le lit

mail1

Sous les lits, il y a beaucoup de choses ! Évidemment des moutons, c’est quand même plus pratique de les ranger sous le lit quand on veut pouvoir les compter la nuit ! Sous mon lit il y a aussi des pieds de lit. Je le signale, parce que dans le précédent, il n’y en avait pas en plein milieu et que mes orteils s’y cognent à chaque fois ! D’ailleurs, c’est une mauvaise idée de laisser traîner des orteils, parce que sous les bouts de couette qui dépassent il y a des pattes griffues ! Le monstre se cache, frétille et bondit sur les orteils imprudents. Il emprisonne sa proie entre ses griffes et plonge ses petites dents dans la chair tendre ! Et lorsqu’on essaye de retirer le pied, le lit proteste d’un miaulement vexé !

Faîtes attention à vos pieds ! Ces monstres ont tendance à se multiplier sous les lits !

Sujet du 1er Novembre : Moustache

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le 31 Octobre 2016 : Un monstre sous le lit

  1. Herb'au logis dit :

    Comme beaucoup de petites filles, j’ai dû regarder sous mon lit avant de me coucher pour voir s’il n’y avait pas de monstres…Non, il n’y en avait pas trop, il fallait simplement que je me dépêche de rentrer dans le lit, et là, je ne craignais plus rien.

    Mais j’avais une autre inquiétude. Dans l’appartement où j’habitais, les chambres étaient distribuées par un long couloir, qui tournait et débouchait sur un hall d’entrée, sur lequel donnaient les toilettes. Lorsque, par hasard, je devais me lever la nuit pour y aller, j’avais toujours une appréhension au tournant du couloir. Juste là derrière, n’y avait-il pas quelque chose de caché dans l’ombre, prêt à bondir sur la petite innocente et fragile fillette que j’étais ?

    Les envies étant parfois impératives, je prenais mon courage à deux mains, et je me précipitais jusqu’aux toilettes, rassurée seulement une fois arrivée !

    Je crois bien que cette angoisse infantile m’est longtemps restée ! Je me revois jeune adulte en train d’hésiter à passer l’angle, puis à rire toute seule de ma peur !

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s