Le 21 Novembre 2016 : Vieille photo

5528368lpw-5545000-jpg_3807806

Les vieilles photos, c’est amusant à regarder. Celles d’il y a 10-20 ans, pour voir ce qui a changé (on a grandi, changé de coupe de cheveux, les vêtements ne sont plus du tout à la mode…) ; celle des parents, grands-parents, arrière-grand parents.

Celles des lieux qui ont tellement changé.

Celles des gens célèbres d’il y a longtemps (le pire ce sont les écrivains ou les peintres, on n’imagine jamais la tête qu’ils avaient!)

ça me fait aussi penser aux photos étranges et très anciennes, comme les photos des freaks ; comme celles qui ont inspiré Miss Peregrine et les enfants particuliers.

Ce qui m’amuse aussi, c’est d’imaginer ce que je penserais des photos d’aujourd’hui lorsque j’aurais 50 ans de plus !

Sujet du 22 Novembre : Morigan

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le 21 Novembre 2016 : Vieille photo

  1. Herb'au logis dit :

    La plus vieille photo de famille que je possède représente mes ancêtres paternels.

    Une petite est installée sur les genoux de sa grand-mère. Elle est habillée de blanc (c’est la seule), fantaisie pour les petites filles ? Elle est très jeune (deux ans peut-être). Ce doit être Marguerite-Noémie. Un autre enfant, certainement Jean-Antoine, dans les cinq, six ans se tient debout à côté. Ces enfants étaient les frère et sœur de mon grand-père, ils sont morts jeunes, de la diphtérie, terrible épidémie de 1894, comme leur petit frère Pierre qui ne devait pas encore être né sur cette photo. Ce qui me permet de dater la photo : elle a dû être prise entre 1888 et 1891.

    Cette grand-mère est donc mon arrière-arrière-grand-mère, la grand-mère de mon grand-père ! Elle a un visage bien particulier, presque asiatique. D’où cela peut-il bien venir ?

    Derrière, les parents se tiennent debout. L’homme, moustachu, le front haut, droit, juste derrière sa mère. Il est en costume, celui du dimanche certainement, chemise blanche et cravate. La femme, en robe noire, longue, un peu guindée, se tient derrière son fils aîné.

    Aucune de ces personnes ne sourit. A l’époque, tout le monde n’avait pas un appareil photo dans sa poche, les selfis n’étaient pas encore inventés, il fallait se rendre chez le photographe. Se faire prendre en photo était un événement, l’instant est donc solennel.

    J’aime bien cette photo qui me parle de gens dont je connais peu de choses, mais que cette prise de vue me rend présents. Ils n’ont certainement jamais imaginé qu’un jour j’existerai et que je parlerai d’eux. Quel sera celui qui regardera des photos de moi dans cent ans ?

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s