Le 8 Décembre 2016 : Bougie

giphy-19

Après la confection des biscuits à la cannelle (et autres goûts grâce à la participation de Kelly), ils s’attelèrent tous ensembles à la confection des bougies. Traditionnellement, il fallait allumer une énorme bougie chacun et la laisser brûler chaque soir les 15 jours précédents la nuit la plus sombre. Outre le fait d’avoir de quoi s’éclairer et de se remonter le moral avec une lumière (et une bougie souvent très décorée, elle-même placée dans un bougeoir sculpté, taillé, décoré d’années en années), c’était aussi l’occasion de prendre un petit peu de temps pour soi. Chaque soir, on allumait sa bougie et tandis que la flamme dansait devant les yeux, on méditait, priait, faisait le bilan de l’année passée, fixait les objectifs de l’année suivante. Certains s’adressaient à leur divinité, d’autres à leurs ancêtres ou leurs proches disparus. En cette nuit la plus sombre, la frontière entre les deux mondes était, paraît-il, plus fine que jamais.

Mais auparavant, c’était surtout l’occasion de passer un bon après-midi en famille pour créer sa bougie !

Sujet du 9 Décembre : Marché de Noël

Publicités
Cet article, publié dans Défi 365 jours d'écriture, Ecriture, Travail d'écriture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le 8 Décembre 2016 : Bougie

  1. Herb'au logis dit :

    Le 8 décembre, à Lyon, on met des « lumignons » sur les fenêtres. Ce sont des petites bougies telles celle que l’on met dans les chauffe-plats, mises dans des verres colorés, fabriqués spécialement à cet usage. Les lumignons étaient allumés en remerciement à la Vierge qui aurait protégé la ville de la peste. C’est donc une fête religieuse, dans la région autour de Lyon (la Loire, le Dauphiné…).
    Lorsque j’étais petite, j’habitais dans un tout petit village et à l’époque, il n’y avait vraiment aucune distraction. Ce jour-là était donc vraiment différent des autres et avec ma mère nous faisions parfois un petit tour dans les rues pour admirer les fenêtres enluminées. Je me souviens d’un 8 décembre particulièrement froid. Il y avait de la neige, et la rue était complètement verglacée. Nous nous raccrochions l’une à l’autre pour ne pas tomber ! Et nous étions bien les seules dans la rue à nous promener.
    Nous n’aurions jamais imaginé que quelques années plus tard, la tradition, récupérée et transformée pour le tourisme, attirerait des foules toujours plus compactes et envahissantes. Voici notre 8 décembre dénommé maintenant « fête des lumières ». A Lyon, il y a des guirlandes, des jeux de lumières, des spectacles qui peuvent d’ailleurs être magnifiques, mais les petites bougies à la flamme tremblotante, si humbles et fragiles, ont disparu du centre-ville.
    Et qui connait encore l’histoire des lumignons ?

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s