Le fou de New-York

1540-1-5

M. O’Brien

Non loin de New York, Billy un géant qui aime s’occuper des défavorisés rencontre un jeune homme amnésique. Il se fait appeler Francisco et n’a aucun souvenir de son passé. Certains faits historiques semblent également avoir disparus de sa mémoire, comme les attentats du 11 septembre 2001. Billy le ramène dans son étrange chez lui et fais tout ce qu’il peut pour lui faire retrouver la mémoire.

Je connaissais de nom l’auteur, qui a écrit des thrillers, et la présentation de cette couverture étant la même que pour ces précédents romans, je ne m’attendais pas du tout à quelque chose de ce type ! J’ai été vraiment séduite par l’écriture, par les personnages et leurs fêlures, par l’histoire en elle-même. Je l’ai lu en deux fois, et toute la première partie a été un véritable coup de cœur, j’ai moins accroché à la partie du roman où le héros se souvient enfin. Tout le flashback manquait du souffle et de la beauté de la première partie et je n’ai pas aimé (avis personnel, c’est très bien pour le roman, mais j’en ai été frustrée) par la fin de cette partie.

Bref, une très belle découverte, un auteur dont j’essayerai sûrement de lire d’autres romans ! Si vous ne connaissez pas, embarquez directement à New-York sous la neige avec ce roman !

Publicités
Cet article, publié dans Histoires de vie, Lecture, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le fou de New-York

  1. rp1989 dit :

    ça a l’air vraiment pas mal :).
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    J'aime

  2. Ed dit :

    Moi aussi surpris, mais on retrouve la finesse de l’auteur et sa capacité à nous faire voyager dans son imaginaire, à nous prendre avec lui ; (je suis fan) : tout ça pour dire que je te conseille vivement « voyage vers alpha du centaure » et la trilogie du « père Elija ».

    J'aime

  3. Ed dit :

    j’ai presque fini la ; l’idylle à Paris est belle aussi. O’brien élève le lecteur.

    J'aime

  4. Ed dit :

    Je venais de lire un Denis Labayle juste avant ; histoire d’un chirurgien à Paris sous l’occupation…dilemmes de soigner untel ou untel…. ; pas mal, mais enchainer avec un O’brien redonne une bouffée d’air.

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s