La Première fois qu’on m’a embrassé je suis morte

Colleen Oakley

La première fois qu’on a embrassé Jubilée, elle est morte. Ou presque en tout cas. Un choc anaphylactique violent l’a emmené à l’hôpital ! En effet, Jubilée est allergique aux êtres humains, un contact provoque des éruptions cutanées, un échange de salive peut la tuer. Aussi, depuis 9 ans, elle vit seule chez elle, n’osant plus sortir. Mais lorsque sa dernière rentrée d’argent disparaît, elle n’a plus aucun choix que de devoir affronter le monde extérieur.

De son côté, Eric vient de divorcer, sa fille refuse de lui parler et il a du adopter le fils de son meilleur ami, Aja, un garçon secret, difficile à comprendre, mais terriblement attachant.

J’avais envie d’un livre léger et agréable à lire, cette histoire est parfaite. Même si le principe de base, l’allergie aux êtres humains, est original, l’histoire en elle-même est assez classique. Ça n’empêche qu’elle est vraiment très sympa. Jubilée est vite attachante avec ses petits défauts et ses craintes. Même si elle a tourné le dos au monde en se cloîtrant chez elle, on peut admirer le fait qu’elle ne se soit jamais laissée allée, qu’elle ait continué ses études, s’est occupée de sa maison, etc. Elle est capable d’affronter ses peurs et d’aller de l’avant.

Eric a lui aussi des défauts et un lourd passé, et il tente de faire de son mieux. Ses maladresses sont touchantes lorsqu’il essaye de se rapprocher de ses enfants. Aja a une personnalité vraiment attachantes, j’ai beaucoup aimé ce personnage.

La relation qui naît entre les trois personnages, qui ne peuvent se toucher, apporte évidemment une autre dimension. Est-il possible d’aimer et d’être aimé sans avoir le moindre contact ? Les relations parents-enfants sont également bien exploitées dans ce roman qui n’est pas qu’une romance !

Dans l’ensemble, j’ai vraiment passé un super moment avec ce roman. Les seuls défauts que je lui reproche, c’est quelques coïncidences trop faciles. Par exemple, Jubilée n’a jamais travaillé et dès le 1er jour, elle trouve un boulot en bibliothèque. Alors certes, la raison est expliquée et se tient, mais malgré tout. De même la manière dont la relation se noue entre les personnages, c’est fluide, facile, trop facile peut-être. La fin a le même défaut, agréable, mais trop facile.

Donc un bon roman, très agréable à lire, qui aborde des sujets intéressants. Ne vous attendez pas à un roman très profond et sérieux, mais si vous avez envie de détente, de passer un bon moment, il est idéal !

Cet article, publié dans Histoires de vie, Lecture, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour La Première fois qu’on m’a embrassé je suis morte

  1. Ce roman m’intrigue, si je passe devant je me laisserai peut-être tenter !

    J’aime

  2. unetrentenairecelibataireetalors dit :

    Tu m’as donné envie de le lire 😉

    J’aime

  3. C’est une idée originale en effet. Après lecture de ton avis, je pense que ce roman pourrait me plaire. Cela a l’air d’être un bon petit feel good. 🙂

    J’aime

  4. Je n’avais pas encore vu d’avis sur ce roman, et ce titre m’intriguait. L’idée a l’air originale.

    J’aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s