Circé

Madeline Miller

Circé est la fille du Titan Helios. Si elle n’a pas le pouvoir de son père, ni les charmes et manières de sa mère, elle se découvre finalement un don pour la « pharmaka » l’utilisation des herbes qui soignent ou empoisonnent. Exilée sur une île, elle voit de loin le temps qui passe, et rencontre malgré tout héros de ce monde, comme Dédale et bien évidemment Ulysse.

La première fois qu’on m’a conseillé ce livre, ma réaction a été de dire, « zut, il est publié par une toute petite maison d’édition, j’ai raté la parution, je ne pourrais jamais le lire alors que le sujet m’intéresse ! » Mais finalement, les droits on été racheté en pocket et j’ai pu mettre la main dessus !

Le début du roman est sans doute la partie qui m’a le moins séduite. Même si je connais bien la mythologie greco-romaine, j’ai trouvé qu’il y avait de nombreuses longueurs. La mise en place des personnages est un peu complexe et surtout Circé est très jeune et semble longtemps faire du sur place. Ce n’est que lorsqu’elle est exilée sur son île qu’enfin l’histoire commence, avec un véritable souffle. La jeune femme/nymphe/sorcière s’affirme et même si elle est encore parfois crédule et fait des erreurs, sa personnalité s’affirme. Bien vite les aventures s’enchaînent et on ne peut bientôt plus lâcher le roman.

Uniquement du point de vue de Circé qui ne peut pas bouger de son île (sauf une fois), on a les principaux mythes grecs qui gravitent autour d’elle. Comme avec Médée par exemple, qu’elle rencontre, mais la fin de l’histoire n’arrive que bien plus tard. Evidemment, c’est autour du personnage d’Ulysse qu’une bonne partie de l’histoire tourne. J’ai beaucoup aimé la façon dont le mythe était écrit et réécrit, puisqu’on a à la fois le point de vue d’Ulysse, celui de Circé et la façon dont elle-même le raconte selon l’interlocuteur.

Avec Circé, qui est un personnage intéressant mais assez peu exploité dans l’Odyssée, Madeline Miller revisite ici les mythes, en apportant une voix féminine. Même si de nombreux mythes greco-romains ont des hommes pour héros, certaines femmes sont très puissantes et l’auteur arrive totalement à rendre justice à Circé. Je sais qu’elle a auparavant réécrit le mythe d’Achille du point de vue de Patrocle, je ne l’ai pas lu, je suis assez curieuse de savoir ce que ça donne, même si je ne suis pas une grande fan d’Achille !

En tout cas, je vous le conseille vivement, même si les premières pages sont un peu longues, persistez un peu dans la lecture, ça vaut vraiment le coup !

Publicités
Cet article, publié dans Histoire/Romans Historiques, Lecture, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Circé

  1. tampopo24 dit :

    Même réaction que toi quand j’ai découvert ce livre et ravie de pouvoir prochainement l’acquérir en poche du coup 😀

    J'aime

  2. lucile dit :

    Il est top!
    Moins cependant que « Le Chant d’Achille » qui est juste magnifique! 🙂

    J'aime

  3. J’adore la mythologie grecque donc je pense que je vais me régaler avec ce livre ! Je compte bien vite l’acheter en poche.

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s