Et le mal viendra

Jérôme Camut et Nathalie Hug

Même si ce livre peut se lire indépendamment d’Islanova, je vous conseille de le lire, avant si vous pouvez, je trouve que ça facilite la compréhension et je vais d’ailleurs me baser en partie dessus pour mon petit synopsis.

Durant les attentats du Bataclan, Morgan Scali a essayé de s’enfuir avec sa femme, qu’il tenait par la main. Mais arrivé à la porte, il s’aperçoit qu’elle n’est plus là. Le flic à l’entrée, Julian Stark, lui interdit de re-rentrer et d’aller la chercher.

10 ans plus tard, on retrouve Morgan Scali à la tête d’une ZAD sur l’île d’Oléron, qui devient bientôt l’état indépendant d’Islanova dont le but est de faire prendre conscience aux pays riches des problèmes d’eau dans les pays sous-développés ce qui entraîne la mort de milliers d’enfants tous les jours.

Si Islanova est surtout du point de vue de Julian et de sa famille puisque sa fille rejoint la ZAD, Et le mal viendra balaye une plus longue période. On suit à la fois Morgan Scali après la perte de sa femme, son voyage en Afrique d’où il tirera ses convictions, la mise en place d’Islanova, mais aussi l’après, notamment du point de vue de Julian.

C’est d’ailleurs cette construction un peu éclatée qui pourrait perdre le lecteur, surtout s’il n’a pas lu Islanova et n’est donc familier ni avec les personnages (qui sont nombreux) ni avec le sujet, même s’il est réexpliqué ici, et plus en détail.

Ce qui fait la force de ce roman, c’est le point de vue de ces deux hommes, Morgan Scali et Julian Stark, que tout semble séparer et qui ont pourtant des problématiques similaires, notamment concernant leur famille. Les deux hommes ont perdu les femmes qu’ils aimaient, ils ont chacun une fille et un garçon (même si Leny n’est que le beau-fils de Julian, il le considère comme son enfant) qui vont prendre des chemins diamétralement opposés, influençant sur les deux pères.

Mais le coup de maître, c’est le traitement du sujet écologique au milieu de ce thriller. L’eau est le sujet principal et on voit que les auteurs se sont beaucoup renseignés avant d’écrire. On peut à la fois le lire comme un manifeste, mais aussi une mise en garde, une explication de comment un homme muni des meilleures intentions peut devenir un terroriste. Rien n’est tout blanc ou tout noir, chaque personnage a ses objectifs, ses convictions et ses faiblesses.

J’ai mis un peu plus de temps à rentrer dans ce tome que dans Islanova parce que je n’arrivais pas à trouver le temps de lire plus de 10min d’affilée et avec tous les personnages, les différentes époques, etc, c’est quand même un peu complexe, donc je vous conseille vivement de prendre le temps pour l’attaquer et plonger dans ce roman ! vous ne le regretterez pas !

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, Policier/Thriller, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Et le mal viendra

  1. christineditemarmara dit :

    Tu fais très bien d’avertir le lecteur, car lorsque le début est un peu laborieux, personnellement je suis tentée de fermer le livre. Merci infiniment pour ta chronique. 🙂

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s