Comme un loup solitaire

Jodi Picoult

Luke Warren est un spécialiste du comportement des loups. Il a d’ailleurs vécu avec une meute sauvage durant plus de deux ans. Mais il a un accident de voiture avec sa fille Cara. La jeune fille est blessée tandis que son père sombre dans le coma. L’ex-femme de Luke, Georgie, appelle alors leur fils, Edward, parti après une dispute en Thaïlande et jamais revenu depuis 6 ans. Avant la dispute, avant même le départ dans la meute, Luke avait confié à son fils le soin de prendre les décisions médicales qui s’imposaient s’il avait un souci. Mais c’était 6 ans auparavant. Depuis Cara a grandi et vécu avec son père et pour elle, un miracle va arriver.

Même si c’est un roman plus ancien de Jodi Picoult, il a été republié en poche et ayant découvert l’auteure il y a maintenant 3-4 ans/romans, j’avais bien envie de lire celui-ci aussi. On retrouve dans ce livre les éléments qui font le succès de ses livres : un roman polyphonique, qui mêle deux sujets, l’un de société, l’autre nous faisant découvrir un autre univers, ici, celui des loups.

L’histoire commence juste après l’accident. D’un côté il y a Cara, la fille encore mineure de Luke, qui a vécu les dernières années avec lui (après le divorce de ses parents, l’éloignement de son frère, le remariage de sa mère et la naissance des jumeaux), qui est donc la personne qui semble le connaître le mieux et dont l’attachement est très fort. De l’autre côté, Edward, plus âgé, parti après une dispute dont on ne connaître la réelle teneur qu’à la fin du roman, et qui n’a plus eu de contact avec son père depuis. Gravitent autour d’eux, Georgie, leur mère mais qui n’a plus aucun droit sur son ex-mari et est déchirée entre ses deux enfants, Joe le nouveau mari de Georgie, ainsi que tous les juges, avocats, etc qui deviennent concernés par cette affaire. Et évidemment, Luke, au centre du roman, qu’on retrouve par flashback, avec ses loups.

Encore une fois j’ai été séduite par l’histoire. Les personnages sont très attachants et humains. La question posée (faut-il débrancher Luke ou attendre un miracle pour qu’il se réveille, prenant le risque qu’il ne puisse de toute manière plus rien faire par lui-même, prisonnier dans son propre corps ?) est difficile et la réponse est loin d’être manichéenne. Qu’il s’agisse des enfants ou des personnes qui devront finalement trancher, rien n’est simple.

Les passages avec les loups sont également sublimes, j’ai appris énormément de choses et ça permet de créer des passages en pleine nature, plus légers, nous éloignant de l’hôpital. Jodi Picoult arrive toujours à traiter de sujets graves avec beaucoup de justesse, sans jamais tomber dans le pathos ni en plombant le livre, on a tout le temps envie de continuer à lire et les quelques 500 pages se dévorent.

C’est vraiment une auteure que j’apprécie et une nouvelle fois, je n’ai pas été déçue ! si vous ne la connaissez pas encore, je ne peux que vous encourager à la découvrir !

Cet article, publié dans Histoires de vie, Lecture, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comme un loup solitaire

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s