Hunger Games : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur

Suzanne Collins

10 ans après la guerre qui a détruit Panem, Coriolanus Snow a 17 ans. Il fait parti de la noblesse qui essaye de sauver les apparences, mais sa famille est ruinée et il a aussi souvent faim que les gens des districts. Mais pour la première année, la haute juge des Hunger Games décide de modifier un peu la formule pour l’instant très basique, et de donner à chaque tribu, un mentor parmi les étudiants de Panem. Coriolanus Snow se retrouve donc être le mentor du tribu féminin du 13. Une catastrophe ? peut-être pas, car la jeune fille semble avoir un sacré caractère !

J’avais hâte de lire cette préquelle, c’est rien de le dire ! Même si je ne m’attendais pas à ce que l’histoire soit centrée sur Snow avant de voir le synopsis du livre, j’étais curieuse de voir comment tout se passait bien des années avant Katniss ! et comme je ne m’attendais pas à quelque chose en particulier, j’ai été bien surprise !

Le roman se découpe en 3 parties (un peu comme le 1er Hunger Game) : avant le jeu, pendant les Hunger games et après.

J’ai beaucoup aimé les 2eres parties qui sont très rythmées et dynamique. La 3ème est plus déséquilibrée, d’autant plus que malgré certaines longueurs, elle est presque trop rapide sur la toute fin.

J’ai également beaucoup aimé tout le background qui est bien travaillé. On arrive dans un pays encore marqué par la guerre et en reconstruction. La faim est omniprésente, et pas seulement par les jeux. Ceux-ci ne sont pas du tout ceux qu’on a connu avec Katniss, il a fallu 75 ans pour y arriver et ce n’était pas aussi cadré dès le début, on sent une véritable évolution. Même si j’ai trouvé qu’il y avait peut-être un peu trop de clins d’œil appuyés à la trilogie originale (la référence à la plante, katniss, qui donne son nom au personnage est pour moi vraiment de trop ; mais il y a beaucoup de « coïncidences » qui veulent expliquer pourquoi Snow a autant Katniss en grippe.

Concernant le personnage de Snow, si j’ai trouvé certains aspects cohérents et réalistes ; d’autres le sont moins, surtout ses réactions vers la fin (qui ont malgré tout une certaine logique, mais qui sont peut-être amenées de façon maladroite).

Mais dans l’ensemble, à part cette 3ème partie un peu moins « catchy », j’ai vraiment bien aimé et j’ai eu du mal à décrocher !

 

Cet article, publié dans Fantasy/SF, Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Hunger Games : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s