Telle que tu me vois

Elodie Lenoir

avec Emmanuelle Belohradsky

Merci à Babelio et aux éditions de La Martinière pour ce livre !

Je l’avais vu en librairie et j’avais déjà été intriguée par le sujet.

Ce livre raconte l’histoire d’Elodie Lenoir, une jeune fille de 15 ans qui, alors qu’elle attend désespérément ses règles qui feront d’elle une femme, apprend qu’elle ne les aura jamais. En effet, l’échographie révèle un trou noir là où aurait dû se trouver son utérus. Elle a en effet un syndrome rare, elle est une femme XY. Une fille qui aurait dû être un garçon.

Déjà, je suis contente d’avoir pu lire ce témoignage, car j’ignorais que ce syndrome existait. Je trouve que la libération de la parole des femmes qui ont ce genre de syndrome ou de maladie (la stérilité chez les femmes peut être dû à de nombreuses choses et il y a un tabou autour de tout cela) est très importante. Ce témoignage nous fait vraiment rentrer dans le quotidien de cette jeune femme, non seulement du point de vue strictement médicale, mais surtout tout ce qu’elle a traversé psychologiquement pour comprendre et apprendre à vivre avec cette différence. Ses rapports avec ses parents, ses petits-amis, ses amis, avec son propre corps, mais aussi avec tous ses projets d’avenir.

Le livre est écrit sans pathos larmoyant, au contraire avec beaucoup de tendresse et même de l’humour, il est vraiment intéressant et nous donne une vraie leçon de vie !

Publicités
Publié dans Babelio, Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Défi 52 Semaines 2018

Oui, je vois d’ici ce que vous allez me dire, encore un défi ?!

Vous remarquerez que mes prétentions sont à la baisse, cette fois je ne vous propose qu’un défi par semaine, soit 52 défi. Le thème n’est qu’un seul (ou deux) mots, vous pouvez y répondre de la manière que vous souhaitez ! Photos, dessin, art créatif, cosplay, écriture, lecture, enfin tout ce qui peut coller de près ou de loin au thème ! Le but c’est de se faire plaisir et à la fin de l’année de pouvoir faire un bilan sympa !

Je vais mettre les 52 thèmes ici, ensuite si vous avez envie de participer, ça serait cool de m’envoyer vos réalisations si vous partagez sur internet !

Alors, qui est partant ?

 

Semaine 1 Nouvelle année ou galette des roi

participation de Ledessousdesmots  

participation pativore : ici

participation de randonnezvousdansceblog

Un peu prise de court, galette pas faite maison, mais temps de détente et lecture malgré tout ! 🙂

Semaine 2 Détail

participation de Ledessousdesmots

participation pativore

participation de randonnezvousdansceblog

3 petites photos prises en balade dans un village pas loin de chez moi :

participation de clicsclicsannicksb

Semaine 3 Après-midi à la maison

participation de Ledessousdesmots

participation pativore

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 4 Bleu

participation de Ledessousdesmots

participation pativore

participation de randonnezvousdansceblog

pas totalement bleu, mais ces jours, c’est compliqué !

Semaine 5 Piquant

participation de Ledessousdesmots

participation pativore

participation de randonnezvousdansceblog

Le seul truc qui pique dans ma vie en ce moment, ce sont mes courbatures dans les mollets, les cuisses, les épaules, partout en fait ! ça a été une semaine plutôt sportive !

erratum, ce qui pique aussi, c’est de prendre un café, faire un câlin au chat, la queue du chat qui renverse le café sur le clavier, la main qui se tend pour rattraper la tasse, le chat qui s’enfuit, paniqué, qui fout la trouille à l’autre chat, laissant au passage deux belles balafres sur la cuisse ! d’ailleurs, 4h après, on a toujours pas revu la minette !

Semaine 6 Horizon

participation pativore

participation de randonnezvousdansceblog

Horizon quotidien…

Semaine 7 Romantique

participation pativore

participation de Ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

la photo n’est pas de moi, je l’ai prise ici

Mais quoi de plus Rome-antique que le Colisée sous la neige ?

 

Semaine 8 A

A comme autocollants et aimants. J’ai récupéré plusieurs autocollants que j’aimais bien, je voulais les utiliser, mais les mettre à un endroit où je pouvais les voir, sans que cela soit définitif. Du coup, j’ai acheté des feuilles d’aimants souples, j’ai collé les autocollants dessus et découpé. Attention, les feuilles d’aimant collent au frigo des deux côtés, mais plus d’un côté que de l’autre, évidemment, j’ai collé du mauvais côté, sinon, ça n’aurait pas été drôle ! Maintenant il me manque juste des surfaces aimantées, le frigo risque de devenir trop petit à ce rythme !

participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 9 Léger

participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 10 Blanc

participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 11 Transport

participation de randonnezvousdansceblog

(je n’ai pas eu d’inspiration cette semaine, pourtant j’ai cherché !)

Semaine 12 Printemps

venue d’un crapaud dans notre salon, mais comment est-il arrivé là ???

Participation de clicsclicsannicksb : ici

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 13 Bois

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

avant/après

Semaine 14 Pâques

petits chocolats

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 15 Livre

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 16 Au hasard

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 17 Or

caillou peint, style mandala

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 18 Ville

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 19 Fleur

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

Semaine 20 Rose

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

galet galaxie
Semaine 21 Liquide

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

clafoutis fraises citron vert (pas cuit donc liquide avant d’aller au four !)
Semaine 22 Animal

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

2 jours passés à Paris, à part les pigeons, voilà les seuls animaux que j’ai vu ! ^^
Semaine 23 Météo

Participation de Ghislaine53

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

joli, joli mois de juin !
Semaine 24 Noir et blanc

couverture que je trouve très jolie d’un roman qui sort pour la rentrée littéraire (rendez-vous à ce moment-là pour la chronique !)

Participation ledessousdesmots

participation de randonnezvousdansceblog

participation de ghislaine53

Semaine 25 Été

les travaux d’été sur notre terrasse
(sous le soleil de plomb !)

participation de ghislaine53

Participation ledessousdesmots

 

Semaine 26 Chaleur

ou comment trouver un peu de fraîcheur dans les vieilles pierres d’une ville médiévale

Participation ledessousdesmots

Semaine 27 S

ok, ça ressemble à un x, mais elles sont rigolotes ces carottes !

Participation ledessousdesmots

Semaine 28 Macro

idées, détails…

Participation ledessousdesmots

Semaine 29 Jaune

pain perdu qui cuit dans mon four pendant que j’écris !
Semaine 30 Sauvage
Semaine 31 Rue
Semaine 32 Portrait
Semaine 33 Orange
Semaine 34 Technologie
Semaine 35 Violet
Semaine 36 Lourd
Semaine 37 Repas
Semaine 38 Métal
Semaine 39 Automne
Semaine 40 Mou
Semaine 41 Nuit
Semaine 42 Hygge
Semaine 43 Vert
Semaine 44 halloween
Semaine 45 Lumière
Semaine 46 Table
Semaine 47 Nature
Semaine 48 Argent
Semaine 49 Décoration
Semaine 50 Froid
Semaine 51 Hiver
Semaine 52 Noël
Publié dans Défi 52 semaines 2018, Ma vie de (presque) ancienne étudiante et de (bientôt) nouvelle jeune active | Tagué , , , , , , , , | 93 commentaires

Moins qu’hier (plus que demain)

Fabcaro

Avec cette courte BD, on entre dans le quotidien des couples, une page à la fois. Situation amusantes, parfois familières, l’auteur croque en quelques bulles les relations de couples de nos contemporains.

Entre humour et acidité, cette BD au style graphique épuré nous fait sourire, parfois rire jaune, et nous oblige aussi à nous remettre en question !

Ça se lit tout seul, et avec une bonne dose d’humour qui ne nous fait pas de mal !

Publié dans Bandes Dessinées, Lecture | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Qaanaaq

Mo Malø

Qaanaaq Andriesen est inspecteur de police à Copenhague. Lorsque plusieurs meurtres ont lieu au Groenland il accepte de retourner dans ce pays qu’il a quitté suite à son adoption lorsqu’il avait 3 ans et dont il ne garde aucun souvenir. Sur place, ce qui s’annonce l’affaire du siècle vu le taux de criminalité devient vite un vrai casse-tête. En effet, tout indique qu’un ours a tué des ouvriers des plateformes pétrolières, mais depuis quand les ours crochètent-ils les serrures ?

Qaanaaq fera donc une grande plongée dans la neige et la culture inuit grâce, entre autre, à l’inspecteur Apputiku qui le seconde du mieux qu’il peut.

Arrivé par hasard dans ma PAL, j’ai lu ce roman grâce aux bonnes critiques sur Babelio. Et je ne regrette pas cette immersion sur la banquise glaciale. L’auteur est en fait français et signe ici son premier thriller, mais il nous fait comprendre sans mal la politique du Groenland et son rapport avec Copenhague, ainsi que tout ce qui relève des croyances inuit, aspect que j’ai particluièrement aimé.

Le personnage de Qaanaaq (qui apprend à prononcer son nom en même temps que nous : Hraanaaq) est assez vite attachant. Même s’il est loin de chez lui, il a un background familial fourni : la relation à son père écrivain à succès, avec sa mère toujours bonne conseillère concernant les affaires criminelles ; ses enfants, adoptés eux aussi ; sans parler de ce qu’il apprendra sur sa famille biologique.

Avec son expérience et sa façon de traiter en douceur le plus possible, il nous entraînera dans cette enquête qui s’avérera plus embrouillée qu’il n’y paraît. Grâce à Appu, on rentre vraiment dans le quotidien et les coutumes ancestrales des Inuit. L’écriture est bien rythmée, on découvre le nord, en même temps que Qaanaaq et on grelotte assez vite avec lui !

A la fois polar du nord et thriller plus classique, l’auteur réussit son pari et nous donne même envie de retrouver son personnage principal dans un autre roman !

Publié dans Lecture, Policier/Thriller | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Les Lames du Cardinal

Pierre Pevel

Paris, année 1663, le temps des mousquetaires et des intrigues du Cardinal de Richelieu. Justement celui-ci rappelle le capitaine de ceux qui formaient jusqu’à 5 ans auparavant « les lames du cardinal ». Il a en effet une mission à lui donner, reformer les lames et reprendre leurs rôles de mercenaires et d’espions pour déjouer les plans machiavéliques des dragons ! Car si certains ne sont plus que de petites créatures apprivoisées, les plus anciens et puissants d’entre eux ont apparence humaine et d’incroyables pouvoirs.

J’avais envie depuis un moment de commencer cette trilogie. Même si je ne suis pas forcément fan de cette période historique, j’adore les romans de cape et d’épée. Et ici, à la fois intrigues, actions et fantastique se mêlent judicieusement bien. Le contexte historique et géographique est très bien travaillé et permet un réalisme poussé dans lequel les dragons se fondent sans problème.

Réputé pour son style qu’il arrive à varier et dont il joue beaucoup, Pevel ne démérite pas dans ce roman. Il nous entraîne avec ses personnages hauts en couleur et ne nous laisse aucun répit !

Seul bémol, l’apparition des personnages et la vitesse à laquelle on passe d’un chapitre à un autre nous fait parfois nous les mélanger et en tout cas brouille totalement les pistes entre les gentils et les méchants. On sent également qu’il s’agit d’un premier tome et que beaucoup de détails concernant le passé des personnages ne seront révélés en entier que plus tard.

Malgré ces petits défauts, le roman est prenant, haut en couleur et j’ai bien envie de lire la suite pour retourner dans ce vieux Paris au réalisme fantastique.

Publié dans Fantasy/SF, Lecture | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Rêves oubliés

Léonor de Récondo

En 1936, Aïta a dû s’enfuir pour retrouver sa femme et ses enfants qu’il avait laissé à Irun. Mais ils ont de toute évidence quitté les lieux de façon précipité. Il arrive finalement à les retrouver à Hendaye, chez une amie. Alors que la guerre avance à grands pas, ils n’imaginent pas encore les effets qu’elle aura sur leur vie, mais l’essentiel c’est pour eux de rester ensemble envers et contre tout.

J’avais été séduite par Amours, que j’avais lu il y a quelques temps. J’ai donc eu envie de retrouver l’écriture de Lénor de Récondo. Et j’ai en effet pris plaisir à lire cette histoire de famille, où on suit à la fois l’histoire du père, qui va devoir travailler dans une usine d’armement ; la mère qui couche ses pensées sur papier ; les trois enfants qui grandissent durant cette période troublée et les oncles engagés et mystérieux. Le sujet est vraiment intéressant, à la fois la façon dont la guerre touche les différents personnages et ce qu’ils cherchent à faire pour traverser ces épreuves. Malgré certaines épreuves, la famille est relativement épargnée par la guerre, la part psychologique est donc importante dans ce roman.

Néanmoins, il n’y a pas une grande intrigue, à part regarder passer le temps et la guerre, et la fin m’a parut un peu décalée par rapport au reste, il n’y a pas vraiment de lien direct avec le reste du récit, à part qu’elle permet d’y mettre un point final.

J’ai donc bien aimé la façon dont la guerre était vécue par la famille, racontée par l’auteur, mais je n’ai pas eu de coup de cœur comme j’avais pu en avoir pour Amours.

Publié dans Histoire/Romans Historiques, Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Le Sans Dieu

Virginie Caillé-Bastide

Durant l’hiver 1709, une vague de froid saisit toute l’Europe. En Bretagne, Arzhur de Kerloguen assiste impuissant à la mort du dernier de ses sept enfants. Désespéré, il perd sa foi en Dieu et disparaît. On le retrouve quelques années plus tard, devenu l’Ombre, le mystérieux et sombre capitaine du Sans Dieu, un bateau pirate redouté. À son bord, Morvan, le second ; Anselme, un prêtre jésuite fait prisonnier ; Tristan le jeune mousse embauché comme cuisinier.

Ce roman m’avait été vivement conseillé et en effet, on embarque dès les premières pages ! Les personnages sont hauts en couleur et décrit avec beaucoup de justesse ! La langue qui emprunte beaucoup au XVIIIème siècle, nous plonge également directement dans l’ambiance. Même si quelques expressions et tournures de phrases peuvent parfois perturber la fluidité de la lecture parce qu’on en a pas l’habitude, la plupart rajoutent du sel au récit et de l’authenticité. J’ai beaucoup apprécié la relation entre les personnages surtout le père Anselme et l’Ombre, mais aussi avec tous les autres pirates. L’ensemble est vraiment réaliste, on ne s’ennuie jamais entre les batailles, les tempêtes, les discussions animées et les révélations !

Seul petit bémol, il n’y a en fait pas vraiment de fil conducteur au récit, juste une succession de fait, mais l’ensemble se lit rapidement et de façon très agréable !

Si vous aimez les récits de pirates et d’aventure, lancez-vous, vous ne le regretterez sûrement pas !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La Couleur du Mensonge

Livre I

Erin Beaty

Dans la contrée de Demora, ce sont les entremetteuses qui font les unions, permettant d’allier la bonne entente des couples qu’elles forment avec la politique du royaume. Tous les 5 ans, a lieu le Concordium qui permet aux enfants des bonnes familles de faire les mariages les plus prestigieux.

Sage Fowler est quant à elle peu concernée par ces questions. Orpheline d’extraction modeste, elle a été adoptée par son oncle par alliance et fait la classe aux enfants de celui-ci. Mais celui-ci a décidé de la marier. Si la rencontre avec la marieuse se passe fort mal, celle-ci lui propose en revanche de devenir son apprenti. Le but de la manœuvre, en apprendre le plus possible sur les candidats du Concordium afin de pouvoir former les meilleures unions possibles. Pour cela, un long voyage les attend, escortés par des militaires sur le qui-vive à cause des agissements du pays voisin.

Comme la plupart des romans édités par Lumen, j’avais très envie de dévorer celui-ci ce que j’ai fait assez rapidement !

Le personnage principal est intéressant, à la fois instruite, intelligente, rusée et intrépide, mais également en apprentissage sur de nombreux points. Même si l’aspect borné du début est un peu caricatural, on s’attache facilement à cette héroïne. De même, lorsqu’on passe du côté des soldats, on entre dans leur univers et on s’attache à ces jeunes hommes en mission qui tentent de faire leurs preuves.

J’ai un peu regretté dans le début du roman que la phase d’apprentissage chez l’entremetteuse soit quasi inexistante. En effet, ça allège le roman qui est déjà pas mal long, mais d’un autre côté, on a l’impression de Sage apprend tout d’un claquement de doigt et sa relation avec l’entremetteuse est sous-exploitée. On sent qu’elles sont très proches dans la suite du roman, mais on ne peut pas comprendre pourquoi puisqu’on ne les voit pas faire connaissance, se faire confiance et l’apprentissage de Sage.

En revanche, le roman est très bien fait sur certains autres points, notamment la partie concernant les soldats et les stratégies militaires. La fin est également moins enfantine qu’elle aurait pu l’être, même si la toute fin est elle un peu rapide. Elle se suffit à elle-même, mais on comprend que ça sera plus sympa avec un second tome !

Pour conclure, une bonne lecture agréable, très sympa et divertissante !

Publié dans Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Millésime 54

Antoine Laurain

Un peu par hasard, Hubert, propriétaire d’un immeuble à Paris, Magalie restauratrice de porcelaine, Julien, barman timide, et Bob, touriste américain venu visiter la capitale, vont partager une vieille bouteille de vin datant de 1954.

Lorsqu’ils se réveillent le lendemain matin, ils comprennent vite qu’ils sont remontés dans le temps, jusqu’en 1954, l’année du vin, l’année où également des centaines de gens ont dit voir des soucoupes volantes.

Ce roman est court et vite lu. L’histoire est sympathique, mais ce n’est pas un gros coup de cœur. La rencontre des personnages et leurs caractères sont assez agréables et éclectiques. Après, le fond de l’histoire n’est ni très original, ni très travaillé, d’après moi. En effet, l’histoire des ovnis et de la bouteille qui fait revenir dans le passé, c’est sympa, mais ça se voit que ce n’est qu’un prétexte. Et également un prétexte à faire rencontrer au lecteur tous les personnages célèbres qui passent à Paris cette année-là. Il y a donc une accumulation de personnages célèbres qui finalement n’apporte vraiment rien au roman.

J’ai bien aimé l’histoire personnelle des personnages, qui est touchante, mais l’histoire en générale et la manière dont elle est menée ne m’a plus emballée que ça.

Un livre qui se lit bien, mais qui ne me restera sans doute pas longtemps en mémoire.

Vous l’avez lu ? Vous en avez pensé quoi ?

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Les Garçons de l’été

Rebecca Lighieri

Zachée et Thadée sont deux frères, beaux, intelligents et bons surfeurs. Thadée a décidé de prendre une année sabbatique entre ses études pour aller faire du surf à l’île de la Réunion. Son frère décide de l’y rejoindre pour une quinzaine de jours. Mais alors qu’il est là-bas, le drame survient et la jambe de Thadée est emportée par un requin. Au-delà de l’accident, c’est toute la famille qui est touchée par le drame qui réveillera les secrets enfouis.

Lorsqu’on m’a présenté le roman, je n’avais pas compris de quoi cela parlerait à part qu’il serait bien, j’étais donc un peu dubitative. Mais dès le début du roman, on est happé par l’histoire. Le drame, bien sûr, mais surtout la psychologie des personnages, qu’il s’agisse des deux frères, très différents, de Cindy, la copine de Zachée, d’Ysé, leur petite sœur beaucoup plus jeune qu’eux, ou encore de leurs parents. Et rapidement, on comprend que la famille parfaite est bien loin de l’être ! La psychologie des personnages est parfaitement rendue sur le papier. Même si c’est fait pour, j’ai trouvé qu’au début les noms trop ressemblants des deux frères nous mélangeaient un peu, mais j’ai vite accroché. J’ai adoré entrer dans la tête du père des garçons, ou dans celle d’Ysée.

Le récit est mené tambour battant, on ne s’ennuie pas, on a envie de connaître la suite, même si on penche de plus en plus vers le thriller psychologique bien sombre.

La fin, avec la narration par le dernier personnage, était un tout petit peu longue et prévisible, j’avais deviné la plupart des infos (ceci dit, ce n’est pas non plus un livre à suspens, ça ne gâche pas de comprendre plus tôt) et certains éléments ont eu la confirmation que j’espérais, pour mon plus grand plaisir !

Bref, je partais sceptique, c’est maintenant un gros coup de cœur ! J’ai été séduite, emballée, immergée dans ce récit qui reste en tête même lorsqu’on pose le roman ! J’espère en tout cas vous avoir donné envie de le lire !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , | 3 commentaires