Sœurs de Cœur

Salla Simukka

Lorsqu’il se met à neiger, tout le monde est heureux. Sauf que ça dure, ça dure, à ensevelir les maisons, les routes, la vie toute entière. Alice comprend que quelque chose en va pas, mais que faire ? C’est alors qu’elle suit une étrange libellule (que fait-elle alors que la neige est partout?) qui la fait tomber à travers la neige, jusque dans un pays merveilleux où l’été est là en permanence. Elle va rencontrer Océane, une jeune fille qui comme elle est arrivée par hasard. Mais si tout semble merveilleux, elles finissent par comprendre que les deux mondes sont liées et qu’elles deux seules peuvent ramener l’équilibre des saisons !

Avec cette couverture magnifique, je n’avais qu’une envie, dévorer ce petit livre, ce que j’ai d’ailleurs fait en quelques heures !

En effet, l’histoire est courte, adaptées aux jeunes lecteurs. Le roman nous entraîne dans un monde merveilleux, qui fait penser à Alice au pays des merveilles ou aux contes de fées ! Les animaux (même les fleurs) parlent, tout est beau, onirique, incroyable. Dans cette profusion, j’ai trouvé qu’il y avait un tout petit peu de trop, en effet, on a l’impression que l’auteur a voulu compresser en un seul roman court, donc l’histoire est par ailleurs tout à fait valable et charmante, un maximum des choses merveilleuses qu’elle avait inventé ou rêvé enfant. Et vas-y qu’on rajoute des roses qui parlent, des dragons, une « pouette » la chouette qui lit de la poésie, toujours le même poème d’ailleurs, ça fait une impression de fouillis, pas désagréable, mais qui m’a vraiment donné l’impression que l’auteur a voulu tout mettre d’un coup dans son petit roman !

Mais sinon, c’est un roman très agréable à lire, que je conseille à partir de 9 ans ! Une belle histoire d’amitié qui vous plongera dans l’imaginaire !

Publicités
Publié dans Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Strong girls forever

Holly Bourne

Evie est lycéenne et elle veut par-dessus tout être normale. En effet, elle souffre de TOC, des crises d’angoisse qui l’obligent à se laver à outrance, jusqu’à s’abîmer la peau. Depuis quelques mois, elle va mieux, elle réduit son traitement, mais la normalité est encore loin. Elle aimerait bien, par exemple, plaire à un garçon. Mais les garçons sont souvent loin de l’idée qu’elle espère, et elle se rapproche plutôt de Lottie une très jolie brune dont l’intelligence fait souvent peur aux garçons et d’Amber une très grande rousse qui n’assume ni sa taille, ni sa couleur de cheveux. A elles trois, elles décident de former un club de vieilles filles, pour se moquer de préjugés que les hommes peuvent avoir sur les femmes.

Ce premier tome d’une trilogie (peut-être que les suivants seront du point de vue des deux autres filles?) a été une bouffée de fraîcheur au milieu d’autres livres très sombres.

J’ai trouvé qu’il abordait des sujets très importants de l’adolescence, mais en s’attardant aussi sur un trouble psychologique qu’on connaît tous sans vraiment connaître. En effet, le roman est du point de vue d’Evie, et j’ai trouvé vraiment bien tous les encarts des « pensées négatives » qui montrent bien comme une pensée négative peut en entraîner une autre, et une autre, jusqu’à devenir tellement obsessionnelle qu’on perde pieds. Là il s’agit de TOC, mais je pense qu’on peut faire d’autres rapprochement et donc qu’on peut facilement s’identifier au personnage.

L’autre part du roman concerne les rapports homme/femme et le féminisme. C’est un sujet qui est de plus en plus à la mode, mais encore assez peu abordé dans les romans pour ados. Je crois que c’est le premier qui mêle autant humour et gravité et qui parle du test de Bechdel ou des règles.

Même si le sujet est grave à cause des conséquences des TOC d’Evie, des garçons plutôt peu recommandables qu’elle rencontre, on passe un bon moment, je ne pouvais plus lâcher ce roman et j’ai maintenant vraiment hâte de lire la suite ! Même dans les remerciements, j’ai souris et je vous le recommande vivement que vous soyez ados ou plus adulte !

Publié dans Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les Gratitudes

Delphine de Vigan

Michka est une vieille femme qui commence à perdre ses mots. Marie, qu’elle considère comme sa fille, l’aide à s’installer dans une maison de repos, tandis que Jérôme l’orthophoniste l’aide quant à lui à se battre contre les mots qui s’enfuient.

L’année dernière, j’avais lu Les Loyautés et j’avais été un peu déçue par ce roman que j’avais trouvé très sombre et pessimiste. Cette année, le sujet abordé n’est pas beaucoup plus gai, pourtant j’ai été transportée ! L’histoire, c’est celle de Michka qui se bat contre la vieillesse. Malgré tout, on sait qu’elle ne gagnera pas et que retarder l’inévitable n’empêchera rien. Et pourtant, j’ai trouvé une véritable fraîcheur et une grande tendresse dans ce roman. Marie est un personnage assez effacé, mais tout en douceur, qui tente d’aider avec ses petits moyens. Jérôme est plus présent, sur dans la deuxième partie, et son regard est très doux, alors qu’il aurait pu être aigri. Michka est un bout de femme attachant, et dans sa lutte, on ne peut s’empêcher de sourire avec elle, lorsqu’elle se trompe de mot, avec de jolies perles qui font sourire alors que l’histoire voudrait nous faire pleurer. Le texte est concentré vers l’essentiel, il se lit très rapidement, mais sans donner l’impression de s’effacer une fois le livre reposé.

J’ai donc vraiment aimé ce dernier opus, porteur d’un message que je trouve plus joli (malgré la fatalité) que celui du précédent roman. En tout cas, je vous le conseille, c’est un très joli livre !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Après Constantinople

Sophie Van der Linden

Un peintre, au XIXème siècle est envoyé à Constantinople. Alors qu’il devait rentrer chez lui avec ses compagnons, il décide de faire un détour pour acheter des fustanelles, une sorte de jupe blanche incroyablement plissée qui fascine le peintre par ses ombres et reliefs. Il arrive dans un grand domaine, coupé du monde, dirigé par une femme qui se fait appeler Sultane et qui lui demande des peintures en échange des fustanelles.

Ce roman très court, 150 pages à peine, nous plonge dans les mystères de l’Orient. La peinture est partout, dans les yeux du peintre comme dans les paysages qu’il voit et ses réflexions. Il y a également tout un autre pan du roman, plus politique, mais qui est plus sous-entendu qu’explicite. Ça ne facilite donc pas la lecture, vu que le roman est très court et que le contexte socio-politico-historique est très peu clair.

L’écriture est donc soignée et poétique, mais au final, le roman se perd dans certains passages concernant la peinture et n’est peut-être pas assez précis sur le côté historique et politique.

Un roman qui plaira plus aux passionnés de peinture qu’à ceux qui ont envie d’évasion !

Publié dans Histoire/Romans Historiques, Lecture | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nos éclats de miroir

Florence Hinckel

Dans ce roman très court, on découvre la jeune Cléo qui a bientôt 15 ans, 1 mois et 20 jours, l’âge auquel Anne Franck a écrit sa dernière entrée dans son journal avant sa rafle. Cléo décide alors d’écrire à Anne en reprenant le pseudo de Kitty, se demandant si elle pourra encore écrire après la date fatidique. D’autre part, elle nous raconte sa vie compliquée d’adolescente, avec une meilleure amie tyrannique, une grande sœur dont elle ne se sent plus aussi proche et une mère qui a dû mal à gérer son deuil.

Ce roman part d’une bonne idée, d’écrire à Anne Franck, ce qu’a également fait l’auteure lorsqu’elle était jeune. Mais dans un texte aussi court, il y a un peu trop d’informations, ce qui empêche que chacune soit traitée avec la profondeur qu’elle pourrait avoir. Du coup, même si le rapport à Anne Franck est vraiment bien fait, je ne sais pas si c’est un roman qui restera gravé dans ma mémoire. On passe néanmoins un bon moment et les adolescentes pourront sûrement y trouver leur compte !

Publié dans Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , , , , | 1 commentaire

L’Empathie

Antoine Renand

Alpha est un homme de la pire espèce, intelligent, sportif, calculateur, il est aussi incroyablement violent avec ses victimes chez qui il s’introduit de façon extraordinaire. Frappant le mari, violant la femme, il laisse des scènes insoutenables derrière lui et des vies brisées.

Anthony Rauch, surnommé La Poire en raison de sa silhouette alourdie, fait partie de la « brigade du viol », avec sa coéquipière Marion. Ils vont se lancer à la poursuite d’Alpha, bien décidé à ce que rien ne les arrête, pas même leur passé, qu’il s’agisse de la mère d’Anthony toujours déterminée à défendre même les pires assassins ou les démons surgit de leurs enfances respectives.

Honnêtement en lisant la 4ème de couv, voyant qu’il s’agissant en plus d’un 1er roman, j’avais quelques réticences. Mais si le roman est aussi sombre que prévu, voir plus, je n’ai rien à dire côté écriture, il se lit tout seul, j’ai même dû me retenir pour ne pas le finir dans la journée, mais il fallait bien prévoir quelques heures de sommeil !

J’ai apprécié le procédé certes classique, mais ici très efficace, des différents points de vue. Etre dans la tête d’Alpha nous permet de comprendre son mode de fonctionnement et de voir si Anthony va réussir à la coincer ou pas, sans chercher d’une quelconque manière ni à l’excuser ni à nous le rendre sympathique.

Du côté des mystères qui entourent Marion, et surtout Anthony, l’auteur nous donne des miettes plusieurs fois pour nous faire attendre, mais toujours en sachant capter et garder notre attention.

Par contre, attention âmes sensibles, c’est un roman dont on ne ressort pas intact, les scènes de viol et même de pédophilie sont nombreuses et si elles sont justifiées pour la plupart, elles peuvent choquer, en tout cas elles dérangent et sont là pour ça.

Malgré ce point, particulier, dirons-nous, j’ai beaucoup aimé ce roman. De nombreux sujets sont abordés, comme l’enfance, la relation aux parents, comment les traumatismes de l’enfance se répercutent chez l’adulte, etc.

Un roman policier très sombre, mais dont l’intrigue est menée tambour battant jusqu’au bout, avec intelligence et justesse, que je recommande donc si vous osez l’ouvrir !

Publié dans Lecture, Policier/Thriller | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Octobre

Soren Sveistrup

Une macabre découverte est faite, une jeune femme sauvagement battue et assassinée, une main coupée alors qu’elle était encore vivante et au-dessus d’elle, un petit bonhomme en marron. Plus surprenant, l’empreinte digitale sur le bonhomme correspond à Kristine Hartung, la fille de la ministre des affaires sociales, disparue plus d’un an auparavant et déclarée morte ! Naia Thulin et Mark Hess (dépêché là à cause d’un burn out) sont mis sur l’affaire.

Ce gros pavé commence avec une scène automnale de massacre qui ne trouvera son explication que bien plus tard, mais pose déjà l’ambiance. On est bien vite pris dans le roman, comme les inspecteurs, on essaye de comprendre qu’elle peut être le lien entre des jeunes mères assassinées de façon atroce et une gamine enlevée et tuée un an plus tôt. Bientôt c’est un jeu de course contre la montre qui s’instaure, ce qui empêche au (pauvre) lecteur que nous sommes de poser le roman. J’espère que vous avez la nuit devant vous !

En effet, l’écriture est efficace, l’intrigue nous tient en haleine et les personnages sont suffisamment bien travaillés pour nous donner envie de rester à leurs côtés afin de résoudre enfin cette enquête. Plusieurs thématiques sont abordées ici, notamment les maltraitances sur les enfants et les relations mère-enfant. Tout cela sur fond d’automne et d’innocents bonhomme en marrons que vous ne pourrez plus jamais regarder pareil !

Bref, un premier roman policier très efficace, bien ficelé, qui tient en haleine jusqu’au bout et qui réjouira sans aucun doute les fans du genre !

Publié dans Lecture, Policier/Thriller | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Un Macaron pour deux

Suzanne Nelson

Lise doit emménager quelques temps avec son père, sa belle-mère enceinte et sa demi-sœur insupportable. Lors de sa première soirée, la St Valentin, alors qu’elle est déguisée en Princesse Grenouille, elle tombe sur une pâtisserie française qui fait une soirée de dégustation en attendant d’ouvrir ses portes alors qu’elle vient de se sauver d’une soirée désastreuse. Entre deux petits gâteaux, elle rencontre un jeune artiste. Le courant passe instantanément entre eux deux ! Mais ils sont séparés sans même avoir eu le temps d’échanger leurs prénoms et lui ne connaît même pas son visage ! Pourtant, elle est bien décidée à le retrouver, cette ville n’est pas si grande !

Les éditions Cœur Grenadine reviennent après des années d’absence, je me souviens de ces livres « pour filles » que mes copines lisaient lorsque j’étais à l’école ! J’en avais lu un ou deux, et ce dont je me souviens colle assez bien avec cette nouvelle génération, même si le côté parents séparés, nouvelle famille et petits gâteaux surfent sur une vague plus moderne lancée par Cathy Cassidy avec les filles au chocolat.

J’ai apprécié qu’elle devienne amie avec la fille cool et super belle du collège, ça change un peu ; la suite reste une histoire d’amour qui se cherche assez classique, mais rafraîchissante.

Les jeunes amatrices de séries romantiques américaines y trouveront totalement leur compte ! à déguster en quelques heures, avec du thé et un macaron, bien évidemment !

Publié dans Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Ragnvald et le loup d’or, tome 1

La Saga des Vikings

Linnea Hartsuyker

Au IXème siècle, en Norvège. Ragnvald est un jeune homme élevé par son beau-père, meilleur ami de son père décédé il y a déjà plusieurs années. Mais alors qu’il revient de sa première expédition, il échappe de peu à une tentative de meurtre perpétuée par le capitaine du bateau, Solvi, mais dont Ragnvald comprend vite qu’il était commandité par son propre beau-père ! Alors que lui-même est bien décidé de se venger des deux hommes et à récupérer ses terres, il va rencontrer celui qui semble être désigné pour devenir le premier roi de Norvège. De son côté sa propre sœur, Svanhild, a une forte personnalité et n’a pas l’intention de se laisser marier à n’importe qui, d’autant plus qu’elle ne rêve que d’aventure et de navigation.

J’avais vu passer le livre à la sortie, sans avoir pris le temps de le lire, puisqu’on me l’a offert, je n’avais plus d’excuse et c’est chose faite.

Pour être parfaitement honnête, je trouve qu’on voit des vikings un peu à toutes les sauces, maintenant, entre la série (que j’apprécie beaucoup, par ailleurs), et les harlequins qui alternent entre highlander et vikings (je ne les lis pas, mais à force de les mettre en rayon ou en retours, lorsque je lis les 4ème de couv’, j’ai l’impression de voir toujours la même histoire !) j’avais peur qu’on tombe dans les clichés et le déjà-vu. Bon, l’avantage de ce roman, c’est qu’il est fondé sur une base historique solide. Même s’il y a une histoire d’amour contrarié, et même si elle prend une part importante, le roman n’est pas basé uniquement là-dessus et heureusement ! on rencontre beaucoup de personnages, parfois il faut faire un petit effort de mémoire pour se souvenir de qui est avec qui, etc, mais on est rarement perdu. L’action nous entraîne dans le roman à un rythme soutenu la plupart du temps, malgré quelques essoufflements.

Les personnages sont pour la plupart attachants. Ragnvald, notre héros, peut faire sourire parce qu’il gère assez mal ses propres affaires, mais à toujours la vision et le conseil justes pour celles des autres, et son regard sur le « jeune » Harald qui a le malheur d’avoir 3 ans de moins que lui, si je me souviens bien, est assez amusant. Svanhild, sa sœur, est un personnage intéressant dans la mesure où elle sait ce qu’elle veut, elle n’est ni une guerrière, ni une fermière, mais bien décidé à gagner sa liberté. Malgré tout, son jugement est aussi altéré en ce qui la concerne (dans sa relation avec Solvi). Quant à ce dernier, il en fera craquer plus d’une avec son côté bad boy ténébreux au passé douloureux, mais il apporte également un point de vue intéressant au récit.

Donc dans l’ensemble, j’ai été séduite par le roman, malgré quelques longueurs (ou bien ne l’ai-je pas lu aux moments les plus propices), je suis bien partante pour découvrir l’histoire, la dimension historique étant justement l’un des points les plus importants et original de ce roman.

Publié dans Histoire/Romans Historiques, Lecture | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La Vie rêvée de Margaret

Katherine Center

La vie de Margaret était toute tracée, un job incroyable qu’elle allait décrocher, un amoureux formidable qui allait la demander en mariage. Jusqu’à ce qu’un accident face voler le rêve en éclat. Clouée à son lit d’hôpital, Margaret doit réapprendre et réinventer sa vie.

Ce n’est pas forcément le genre de lecture que je recherche, mais il a m’avait été vivement conseillé par mon repré et c’est également un public que je peux cibler dans ma librairie.

Le début du roman est un petit long à se mettre en place, mais ensuite ça « roule » tout seul. J’ai aimé que la majorité du roman se passe en très peu de temps, au jour le jour, ce qui permet de saisir l’évolution de l’était d’esprit du personnage, même si dans la « vraie vie », ça va sûrement plus lentement. La relation de Maragaret avec ses proches est très humaine et touchante. En revanche, j’ai trouvé que certains arcs du roman était cousu de fil blanc, dès qu’on voit un certain kiné, on comprend comment va évoluer leur relation, pas beaucoup de surprise de ce côté-là.

La 4ème de couv’ promettait émotion et humour, pour l’émotion il y a la dose, sans tomber non plus dans le pathos, quant à l’humour, je n’ai réellement souri qu’à 2 ou 3 reprises, même si on passe un bon moment.

Une jolie leçon de vie, sans originalité folle, mais sympathique à découvrir !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , | 2 commentaires