Le prince cruel

Holly Black

Jude a été enlevée à 7 ans avec Taryn, sa sœur jumelle et Vivi, leur sœur aînée, pour être emmenées au royaume de Faerie. En 10 ans, la jeune humaine a bien grandi. Considérée comme inférieure parce que mortelle, ne pouvant manger la nourriture faerie, Jude a décidé de se battre comme elle le pouvait et de devenir soldat. Car ces « camarades » faés ne lui font aucun cadeau et ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent mentir qu’ils sont inoffensifs !

J’ai été vraiment contente de pouvoir lire un roman de Holly Black qui est la co-auteur du Magisterium, série jeunesse que j’avais adoré. La retrouver sur un roman plus ados me tentait vraiment !

J’ai adoré l’univers mis en place. Il reprend exactement les codes des royaumes faés des légendes (la nourriture dangereuse pour les humains, qu’ils ne puissent pas mentir, leur cruauté, certaines créatures, le fait que des humains aient été enlevé dans des danses sans fin, etc). Dans cet univers c’est l’héroïne qui est « faible et sans pouvoir », mais elle a une force de caractère qui force le respect, même si des fois on se demande si elle ne cherche pas les ennuis ! Sa sœur au jumelle, au contraire, s’est plutôt bien adaptée et préfère faire profil bas pour vivre aussi tranquille qu’heureuse. Quant à Vivi, qui n’est pas humaine, elle ne craint rien et elle aussi est une ado qui fait tourner son père en bourrique et souhaite plus que tout retourner dans le monde des mortels.

Si j’ai trouvé la relation entre Jude et Taryn assez décevante (à aucun moment, même au début je n’ai senti de lien fort comme il en existe souvent entre les jumeaux), j’ai grandement apprécié la relation de la jeune fille avec son père et sa belle-mère.

Car dans ce roman, rien n’est manichéen. Les personnages sont tous ambivalents, souvent cruels, mais parfois animés de bonnes intentions. Ou l’inverse… on ne sait plus trop. Et c’est dans ce panier de crabe que Jude se retrouve à devoir tirer son épingle du jeu !

Même si je n’ai pas pu complètement profiter du caractère addictif du roman parce que j’étais malade avec la capacité d’attention d’un bulot mal cuit, j’ai malgré tout hâte de lire la suite !

Publié dans Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Le Fléau des rois

Le Chœur des dragons

Tome 1 : Le Fléau des rois

Jenn Lyons

En prison, Khirin se voit obliger de faire la conversation à sa gardienne. Il décide de lui raconter sa vie, à partir du moment où il a été vendu comme esclave. Mais Serre, la gardienne, le connaît (et même très bien) depuis de nombreuses années. Elle décide alors de raconter également l’histoire de jeune homme, mais en commençant par sa jeunesse, lorsque, voleur et fils de ménestrel, il se retrouva face à un démon, première de toutes ses mésaventures.

Pour un tome 1, ça envoie du lourd, au sens propre puisque ce pavé frôle les 800 pages ! Pourtant, le début est quand même un peu ardu et il faut être assez attentif pour rentrer dans l’histoire. Si avoir deux narrateurs est intéressant pour montrer les différents points de vue, c’est également une difficulté, surtout dans le début. Sans connaître les personnages, on se retrouve face au même héros, certes, mais avec deux galeries de personnages très complexes. L’univers n’est expliqué qu’à petites doses rendant encore une fois le début ardu à lire. Et rien ne s’arrange lorsqu’on se rend compte que certains personnages changent d’apparence et/ou de nom plusieurs fois ! Donc vraiment, si vous avez envie de le lire, il ne faut pas faire autre chose en même temps !

En revanche, l’histoire est plutôt prenante. Relativement classique dans un premier tome, elle nous montre l’évolution du jeune héros au fil du temps. La fin est beaucoup plus rapide (sans doute trop par rapport à la lenteur du début), mais a le mérite de nous tenir en éveil.

J’ai bien aimé cette lecture, et pourtant, je lui trouve plein de défauts, c’est un peu paradoxal… Je pourrais dire que pour un premier tome, c’est peut-être un peu trop. A la fois beaucoup de clichés, une narration compliquée et un tome très long qui accélère vraiment à la fin, nous perdant quand même à plusieurs reprises. Et malgré tout, c’est agréable à lire, on finit par s’attacher aux personnages.

Je ne sais pas si la série évoluera ainsi que la plume de l’auteure, pour devenir une saga incontournable, mais ce premier tome est à la fois plein de promesses et peut malgré tout décourager certains lecteurs !

Publié dans Fantasy/SF, Lecture | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Hunger Games : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur

Suzanne Collins

10 ans après la guerre qui a détruit Panem, Coriolanus Snow a 17 ans. Il fait parti de la noblesse qui essaye de sauver les apparences, mais sa famille est ruinée et il a aussi souvent faim que les gens des districts. Mais pour la première année, la haute juge des Hunger Games décide de modifier un peu la formule pour l’instant très basique, et de donner à chaque tribu, un mentor parmi les étudiants de Panem. Coriolanus Snow se retrouve donc être le mentor du tribu féminin du 13. Une catastrophe ? peut-être pas, car la jeune fille semble avoir un sacré caractère !

J’avais hâte de lire cette préquelle, c’est rien de le dire ! Même si je ne m’attendais pas à ce que l’histoire soit centrée sur Snow avant de voir le synopsis du livre, j’étais curieuse de voir comment tout se passait bien des années avant Katniss ! et comme je ne m’attendais pas à quelque chose en particulier, j’ai été bien surprise !

Le roman se découpe en 3 parties (un peu comme le 1er Hunger Game) : avant le jeu, pendant les Hunger games et après.

J’ai beaucoup aimé les 2eres parties qui sont très rythmées et dynamique. La 3ème est plus déséquilibrée, d’autant plus que malgré certaines longueurs, elle est presque trop rapide sur la toute fin.

J’ai également beaucoup aimé tout le background qui est bien travaillé. On arrive dans un pays encore marqué par la guerre et en reconstruction. La faim est omniprésente, et pas seulement par les jeux. Ceux-ci ne sont pas du tout ceux qu’on a connu avec Katniss, il a fallu 75 ans pour y arriver et ce n’était pas aussi cadré dès le début, on sent une véritable évolution. Même si j’ai trouvé qu’il y avait peut-être un peu trop de clins d’œil appuyés à la trilogie originale (la référence à la plante, katniss, qui donne son nom au personnage est pour moi vraiment de trop ; mais il y a beaucoup de « coïncidences » qui veulent expliquer pourquoi Snow a autant Katniss en grippe.

Concernant le personnage de Snow, si j’ai trouvé certains aspects cohérents et réalistes ; d’autres le sont moins, surtout ses réactions vers la fin (qui ont malgré tout une certaine logique, mais qui sont peut-être amenées de façon maladroite).

Mais dans l’ensemble, à part cette 3ème partie un peu moins « catchy », j’ai vraiment bien aimé et j’ai eu du mal à décrocher !

 

Publié dans Fantasy/SF, Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

La Théorie des poignées de main

Fabienne Betting

Alors qu’Antoine doit présenter sa thèse sur la théorie des poignées de main, un professeur le met au défi de réussir à prouver sa théorie. Il choisira une personne au hasard, donnera à Antoine son nom, sa date et sa ville de naissance et Antoine devra (une fois l’avoir retrouvé) prouvé qu’il est lié à cet inconnu avec un maximum de 5 personnes ! et dans un temps limité ! Une course contre la montre qui fera voyager et grandir Antoine, lui réservant bien des surprises !

J’avais lu il y a quelques années Bons baisers de Mesménie, que j’avais adoré. Lorsque j’ai vu qu’un nouveau roman de Fabienne Betting sortait, j’ai tout de suite eu envie de le découvrir et j’ai eu la chance d’être contactée directement pour pouvoir le lire en avant-première !

Avec ces 145 pages, ce roman se dévore !

J’ai bien aimé le postulat de départ et toutes les réflexions que cela induisait sur les liens dans le monde (entre les gens directement, via les réseaux sociaux, etc). La quête d’Antoine nous permet un petit tour du monde bien sympathique avec des plongées hautes en couleurs dans plusieurs endroits.

Les personnages sont attachants, on a envie rapidement d’en savoir plus. D’un autre côté, ils sont également très humains et simples, proches de nous.

L’histoire est moins axée sur l’humour que dans Bons Baisers de Mesménie, mais du coup, c’est un livre plus facile d’approche, qui pourra plaire à un large public !

Alors filez le découvrir et le lire !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Mauvaise graine

Nicolas Jaillet

Merci la masse critique de babelio et les éditions La Manufacture des livres, pour avoir pu découvrir ce roman.

Julie est une institutrice trentenaire, célibataire ; ce qui n’est pas du goût de ses copines qui essayent de la caser. Mais la soirée tourne mal et Julie se réveille avec une bonne gueule de bois et des nausées qui ne passent pas. Elle se découvre enceinte alors qu’elle n’a pas eu de relations depuis des lustres ; mais ce n’est pas tout ! Cette grossesse lui donne une force et des pouvoirs surhumains… dont elle aura bien besoin !

Le pitch m’avait tapé dans l’œil, je trouvais cool l’idée de cette femme qui a des supers-pouvoirs parce qu’elle est enceinte. La description, entre Bridget Jones et Kill-Bill donnait envie, même si j’imaginais des pouvoirs à la X-Men et un roman du même temps, c’est-à-dire plus léger. Sans doute parce qu’il faisait parti de la masse critique jeunesse alors que ce n’est ABSOLUMENT PAS un livre pour la jeunesse ! L’héroïne jure toutes les pages, le sexe est très présent et bizarrement c’est le côté hémoglobine qui est le moins décrit. Mais en tout cas, à ne pas mettre dans les mains d’un enfant, même un ado trop jeune, de toute manière, pas sûre que ça plaise.

Parce que personnellement, je suis restée sur ma faim. Si certaines scènes sont cocasses, je n’ai pas vraiment rit. Les raisons de ces super-pouvoirs sont quand même à peine ébauchées, la fin est trop rapide et même si Julie est une héroïne bad-ass et a des côtés réalistes, je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Alors qu’elle est enceinte, elle se comporte comme si elle ne l’est pas (mention une fois d’un coup de pied et une fois ou deux fois d’un ventre trop rond pour bouger comme on en a l’habitude), mais on ne sent pas de lien affectif se développer entre la mère et l’enfant. Elle vit au jour le jour, pour survivre et s’éclater avec ses pouvoirs, mais ne pense pas au reste.

Bref, je suis restée sur ma faim, peut-être déçue par un pitch qui m’avait trop tenté !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Les Indomptables

Dawn O’Porter

Camilla est une blogueuse lifestyle influente qui assume ses choix de vie et notamment le fait qu’elle ne veuille pas d’enfant. Stella est porteuse du gène BRCA, ce qui signifie que comme sa mère et sa sœur jumelle, elle risque d’avoir un cancer assez jeune. Elle peut tenter d’avoir un enfant rapidement si elle le souhaite, mais pour avoir une chance d’éviter la maladie, elle devra se faire opérer et enlever tout le système reproducteur. Quant à Tara, c’est une maman célibataire qui essaye de percer le plafond de verre dans son milieu professionnel, mais une vidéo d’elle va faire voler sa vie en éclat.

J’avais mis ce roman sur ma table pour la journée de la femme et effectivement, je ne regrette pas ce choix ! Ce livre est vraiment très contemporain et parle de sujets importants pour les femmes d’aujourd’hui. Même si on peut penser dans un premier temps que c’est de pratique et/ou liberté sexuelle dont on va parler, le roman traite en réalité de deux sujets : la maternité (ou son absence) ; et les réseaux sociaux et médias.

Les trois personnages sont tous intéressants et même si on peut être plus ou moins d’accord avec leurs agissements et opinions, ce sont trois portraits de femmes comme on peut en croiser partout (ou presque). La décision de ne pas faire d’enfant et la volonté d’être considérée comme une femme « normale », voir comme un « individu normal » et ne pas être enfermées dans des cases et jugées par ma société selon une norme qui ne convient pas à toutes, est de plus en plus répandue, mais souvent mal perçue, mal comprise. D’un autre côté, avec Stella, on se rend bien compte de quelle manière ces femmes peuvent être perçues par celles qui veulent, mais ne peuvent avoir des enfants. Quant à Tara, c’est la place du père qui est remise en question.

Ce roman ne plaira peut-être pas à toutes (et tous), mais il a le mérite de défendre des points de vue et la liberté de parole des femmes, peu importe le rôle qu’elles choisissent d’avoir. Avec une écriture dynamique, on ne s’ennuie jamais et on a toujours envie de savoir ce qui va leur arriver (surtout à Tara qui est l’un des moteurs principal du roman).

Si vous avez envie d’un livre féministe, coup de poing, « féroce et drôle » selon le Daily Telegraph et je suis bien d’accord, terriblement actuel, lisez-le ! peu importe votre propre situation, il fera réfléchir et donnera envie de se dépasser !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Les Lendemains

Mélissa Da Costa

Amande doit faire face à un deuil terrible. Ne pouvant plus gérer le quotidien comme avant, l’appartement où ils vivaient, le monde, le bruit, le soleil ; elle se trouve une petite location dans une maison perdue au fin fond de l’Auvergne. Là, petit à petit, jour après jour, elle essaye de survivre et peut-être, d’avancer.

Après Tout le bleu du ciel qui avait été un énorme coup de cœur (et le coup de cœur de toutes les personnes à qui je l’ai fait lire !), j’avais très envie de découvrir ce deuxième opus. Dès les premières phrases, les premières lignes, j’ai été happée. L’histoire commence mal, de façon terrible, même, mais l’écriture est sublime et nous accrocher dès le début. Ayant dû le refermer après seulement une 20n de pages pour aller travailler, je n’ai pas pu me l’enlever de la tête, pourtant je n’étais qu’au début !

L’histoire est très belle et les personnages bien travaillés, humains, réalistes et attachants. Les actions qui permettent à Amande de survivre à son deuil ne sont pas d’une originalité immensément folles ; mais l’écriture est tellement maîtrisée et belle que peut importe le sujet, on est captivé (en cela, l’auteure me fait penser (sur un genre bien différent) à Diana Gabaldon qui arrive de la même manière à capter notre attention, même dans les passages d’Outlander où il ne se passe quasiment rien ^^). Et surtout, elle a une écriture très visuelle, très cinématographique ; mais qui fait aussi appel à nos souvenirs, ramenant à la pointe de sa plume de petits détails anodins mais qui font les souvenirs heureux ; et ça, c’est très fort !

Bref, même si l’histoire est peut-être un peu plus convenue que pour Tout le Bleu du ciel ; j’ai adoré ce roman que j’ai dévoré en 3 jours (en me retenant !) et je vous le conseille vraiment vivement !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Je suis une Viking

Andrew David Macdonald

Zelda a 21 ans, elle est une fan absolue des Viking (elle apprend même l’ancien norrois), mais elle n’est pas une fille comme les autres. Sa mère buvait lorsqu’elle était enceinte, et Zelda souffre de retard mental. Leur père disparu et leur mère décédée, c’est Gert, son grand-frère, qui s’occupe d’elle. Mais Zelda est bien décidée à faire comme les vikings, à écrire sa propre légende !

Entre le titre et la couverture, j’avais déjà très envie de lire ce roman, et je ne regrette pas ! C’est frais, lumineux et même si certains passages sont durs, si l’histoire de ces deux jeunes adultes est pleine de coups du sort, on espère que leur courage finira par vaincre !

Zelda est une jeune fille attachante. Malgré son retard mentale, elle a une capacité à apprendre et à devenir autonome ; même si le second degré reste quelque chose d’assez énigmatique pour elle. Elle a une forte conscience de qui elle est, mais veut toujours aller de l’avance et que les autres en fassent autant (comme avec son petit ami, dont on comprend assez vite qu’il n’aura jamais les mêmes capacités et l’indépendance qu’elle). Son grand frère (vu par ses yeux) est tout d’abord un héros, mais elle s’aperçoit vite que lui aussi à des failles et qu’il n’a pas encore non plus écrit sa légende.

Même si j’ai regretté que par moment, on ait vraiment pitié de l’héroïne, l’écriture est très juste, il y a beaucoup de tact et des choses gênantes sont écrites de façon simples et dénuées des préjugés qu’on peut avoir nous (comme sa vie sexuelle débutante).

Les personnages sont vraiment tous attachants, que se soit Zelda et Gert, mais aussi Kalash, l’ex de Gert, le psy qui la suit ou la bibliothécaire un peu revêche qui va finalement ma prendre sous son aile.

C’est donc un très joli roman, à la fois sur la tolérance, mais aussi sur le dépassement de soi, un exemple inspirant pour tous !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , , | 1 commentaire

Fermer les yeux

Antoine Renand

Attention Spoilers

En 2005, dans un petit village d’Ardèche, la petite Justine, 7 ans, disparaît. Elle est retrouvée peu de temps après, morte après avoir été violée et horriblement torturée. Près d’elle, un homme qui vit à l’écart du village. Même s’il clame son innocence, il finit par craquer et part en prison.

15 ans plus tard, le policier chargé de l’enquête à l’époque, désormais à la retraite (et sobre !) entend parler d’une affaire similaire, une fille retrouvée morte et ayant subit les mêmes sévices. Un innocent est-il donc en prison depuis tout ce temps ?

Après l’Empathie, j’avais très envie de lire ce second roman. Comme le précédent, il se lit d’ailleurs vraiment tout seul et s’il y a un peu moins de scènes choquantes, il y en a quand même, je préfère prévenir !

Ce deuxième livre m’est apparu comme un peu plus classique sur certains points. Tout d’abord, l’ex-flic à la retraite qui rouvre une enquête, c’est du déjà vu. Le fait qu’il ait été alcoolique (et qu’il ne le soit plus) est un peu original, mais on reste dans les clichés. Nathan l’expert en tueur en série semble très inspiré de Stéphane Bourgoin (qu’il mentionne d’ailleurs à la fin) et l’avocate, bien qu’attachante, n’a pas vraiment un gros background, par rapport aux personnages très forts de l’Empathie.

L’intrigue en revanche est vraiment bien menée on a envie de savoir si le tueur va se faire attrapé et si l’homme envoyé en prison sera enfin innocenté. En revanche, la seconde partie parallèle, avec le tueur qui essaye d’assassiner le flic, est résolu avec peut-être certes un retournement de situation, mais un peu trop de rapidité.

Donc j’ai bien aimé cette lecture, certaines scènes sont très marquantes et ça se lit tout seul, mais je l’ai trouvé un peu plus convenu que le 1er roman qui était pour moi un coup de maître ! ça ne m’empêchera pas de lire un troisième lorsqu’il sortira !

Publié dans Lecture, Policier/Thriller | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Les os des filles

Line Papin

L’auteure/narratrice raconte la vie de sa grand-mère et de ses trois filles (dont la mère de l’auteure) au Vietnam, jusqu’à son histoire à elle, déracinée de sa terre natale et ses difficultés à se faire sa propre identité.

J’avais énormément entendu parlé de ce livre lorsqu’il était sorti en grand format, je voulais donc absolument le lire. Et vu qu’il est court, ça a été vite fait. Pourtant, autant le dire tout de suite, je ne comprends pas l’engouement autour de ce livre. Tout d’abord ce n’est pas un roman. En soit, pourquoi pas, mais pourquoi alors nous l’avoir présenté ainsi ? Ensuite, j’ai trouvé que l’écriture, qu’on peut trouver moderne, poétique et tout ce qu’on veut, manquait cruellement d’émotions. La vie de la grand-mère de Line, de sa mère et de ses tantes, aurait pu être passionnante, mais ça reste froid, distancié également par le fait que la plupart n’est pas de prénom (les filles sont justes H, la première H, la deuxième H, etc).

Quant à l’histoire de Line, si elle est en soit touchante, un déracinement, une crise d’identité et l’anorexie ; j’ai déjà lu des romans où ces thèmes étaient mieux exploités, plus touchants, plus marquants ?. Là, je n’ai vraiment rien ressenti, à part l’impression de voir l’autobiographie d’une jeune fille qui a certes souffert, mais qui n’a peut-être pas assez de recul pour en parler.

C’est vraiment dommage, après, je sais que certains ont adoré, mais personnellement, je n’ai vraiment pas accroché !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , | 1 commentaire