Ralentir et Automne Rouge

Ralentir

Alexis Horellou et Delphine Le Lay

David, cadre commercial, vient d’avoir une promotion. A la fois content mais aussi un peu ennuyé de devoir encore consacrer plus de temps à son travail, il s’arrête sur le bord de la route et prend une jeune auto-stoppeuse trempée par la pluie. Lorsque lors d’une pause la jeune femme les fait repartir sur les chapeaux de roue après avoir voler une gorgée de coca qu’elle ne pouvait pas payer, ils commencent à parler du temps et de l’argent, de la liberté que peuvent procurer l’un ou l’autre. Leurs avis semblent diamétralement opposés…

Cette BD dans les teintes orangées est agréable à lire et donne des pistes de réflexions sur le vivre mieux, se détacher de la société actuelle, toujours dans la course et la surconsommation. L’histoire est donc intéressante, les échanges entre Emma et David bien menés.

Néanmoins, ça n’a pas été un coup de cœur pour moi, mais on passe un moment sympa malgré tout !

Automne Rouge

André-Philippe Côté et Richard Vallerand

Au Québec, un jeune garçon doit faire un devoir pour son prof de français : créer un super-héros. ça serait certainement facile si sa vie de famille n’était pas si compliquée, rendue plus ardue encore par la situation économique instable et le mouvement pour le Québec libre qui posent des bombes et font monter les tensions.

Alors, 1er petit « défaut » de cette BD, en voyant les personnages, j’ai cru qu’ils étaient beaucoup plus âgés que 13 ans, ce qui a créé au départ un petit décalage. En revanche l’histoire est bien menée et intéressante (peut-être un peu rapide sur la fin), elle se place dans un environnement et des problématiques qui sont pour nous assez lointaines. J’ai beaucoup aimé qu’ils aient gardé les expressions québécoises, ça donne du charme (surtout si on lit avec l’accent), mais il faut un peu plus rentrer dedans (je pense que je n’ai pas compris certains mots 😉 ).

Pas un coup de cœur non plus avec cette seconde BD, mais un agréable moment passé, une nouvelle ouverture sur le monde !

Publié dans Bandes Dessinées, Lecture | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’Avatar, Kushiel, tome 3

Jacqueline Carey

Dans ce troisième tome, 10 ans ce sont passés depuis les événements à la Serenissime. Phèdre continue de recevoir quelques clients, Jocelin s’en accommode à sa manière, mais surtout ils profitent de ce calme pour essayer de résoudre le problème de Hyacinthe, maître du détroit, prisonnier de sa propre situation. C’est alors que Mélisande fait appel à Phèdre pour retrouver son fils, disparu alors qu’il était élevé à l’écart de la société, promettant un indice pour délivrer Hyacinthe. De toute manière toujours incapable de résister à l’appel de Mélisande, Phèdre se lance dans un voyage qui dépassera tout ce qu’elle aurait pu imaginer pour retrouver Imriel. Du pire au plus beau, ce long voyage recèle encore bien des aventures.

Avec ce tome, la trilogie est clôturée parfaitement, me donnant juste envie de lire la seconde trilogie sur Imriel (certes Phèdre ne serait plus que personnage secondaire), mais pour retrouver cet enfant/adolescent attachant et continuer à explorer ce monde qu’on pourrait dire parallèle du monde, d’une richesse incontestable.

Comme dans les autres tomes, la première partie est toujours un peu plus lente à se mettre en place (avec d’ailleurs quelques répétitions pour mémoire dans les premiers chapitres, un tout petit peu trop à mon goût), mais impossible à lâcher de toute manière. Le personnage de Phèdre se détache un peu du rôle de l’anguissette des deux premiers tomes (pas de visite avec des clients, son rôle à Darsanga certes détaillé pour nous faire comprendre l’horreur de la situation, mais à part quelques lignes, l’auteur nous épargne de longues scènes de plusieurs pages qui seraient vraiment sordides). On lui découvre un caractère toujours aussi déterminé, et elle reste de toute manière, une héroïne attachante et humaine. Sa relation aux autres évoluent également, que se soit avec Jocelin ou Imriel, et c’est à la fois réaliste et appréciable.

Ainsi que je l’ai déjà dit, j’aime beaucoup le background que développe Jacqueline Carey, avec cette réécriture de l’histoire de notre monde. Ça apporte une force et une profondeur au récit que n’ont pas certains autres romans de fantasy. Fantasy qui reste d’ailleurs très légère, appréciable également.

Donc malgré 3 tomes d’environ 1000 pages chacun, on ne regrette pas du tout le temps passé à la lire ! Je me suis régalée et j’ai même envie de lire la suite, ce que je ne pensais vraiment pas, même après avoir fini le 2ème tome !

et avec le tome 2, je classe ces derniers tomes de la trilogie dans mon challenge pavé !

Publié dans Challenge Pavé, Fantasy/SF, Lecture | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Cessez d’être gentil, soyez vrai !

Thomas D’Ansembourg, illustrations d’Alexis Nouailhat

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre, mais c’est de retour de formation où sa lecture m’a été très vivement recommandé que j’ai finalement décidé de le lire. Ce qui m’a pris moins de 2h dans cette édition illustrée, et donc facile d’accès, agréable à lire (argument pour vous convaincre de le lire aussi ^^)

Thomas D’Ansembourg a découvert la communication non-verbale assez tardivement dans sa vie et a compris que son mode de fonctionnement (poussé par la société, la culture, les attentes des autres) n’était pas sain, ni pour lui ni pour ceux qui l’entourent. Après avoir fait beaucoup de travail sur lui-même, il a réussi à mettre des mots sur ce que nous vivons tous et nous les partage.

Cette édition est donc facile d’abord, joyeuse, tournée avec humour, mais aborde en profondeur les sujets auxquels nous sommes tous sensibles. J’aurais peut-être aimé un peu plus d’exemple et la façon dont ces personnes avaient réussi à résoudre certaines tensions, mais ça donne au moins les clés pour commencer la démarche, donner peut-être envie de se renseigner d’avantage et en tout cas, mettre en marche la réflexion afin d'(essayer d’)y voir plus clair !

Vous l’avez lu ? il vous a été utile ?

Publié dans Lecture, Petits livres pratiques | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Comment faire face au blues du dimanche/lundi soir

Même avec un job qu’on aime, on a souvent une baisse de motivation à la fin du week-end. On commence à repenser à tout ce qu’on va devoir faire dans la semaine, les journées de boulot, les transports, les repas à préparer, les courses, les activités, les rendez-vous, les proches à gérer (enfants, pour ceux qui se sentent concernés ^^)

Alors comment faire pour éviter le blues de fin de week-end ?

C’est une question que je me suis posée, à laquelle nous avons tous des solutions différentes, mais voilà quelques idées, la dernière étant ma préférée, testée et approuvée :

1/ passer un moment privilégié en famille : autour d’un jeu de société, d’un repas « spécial » dimanche, etc.

2/ regarder 1 épisode d’une série qu’on aime bien (attention à ne pas enchaîner avec le deuxième, troisième, etc jusqu’à point d’heure!)

3/ prendre soin de soi : un petit bain, une manucure

4/ prendre soin de soi, mais plus sportivement : yoga, etc, attention à ne pas non plus vous fatiguer inutilement avant la reprise !

5/ s’organiser : préparer les affaires pour s’habiller, pour le petit-dej, noter les choses à faire sur la semaine pour ne rien oublier.

Mais mon astuce préférée, que je teste depuis quelques temps, c’est évidemment la lecture ! Alors attention, pour passer un bon moment si vous devez déjà lire pour votre boulot, c’est :

1/ ne pas choisir une nouveauté. 2 raisons : une nouveauté on doit la lire vite pour pouvoir la conseiller et si le livre vous passionne il va être BEAUCOUP plus compliqué de s’arrêter après un seul chapitre puisque vous aurez envie de connaître la suite. Alors que si vous choisissez un livre que vous avez déjà lu, vous n’aurez pas ce problème. Ce qui amène au point 2 :

2/ en profiter pour relire un livre que vous aimez. Avec 1 ou 2 chapitres par semaine, il ne prendra pas trop de temps sur vos autres lectures urgentes, mais vous aurez le plaisir de relire un livre sympa.

3/ je vous conseille de relire un roman assez long, voir une série, ça fait durer le plaisir et permet d’instaurer un rituel.

4/ prenez un livre qui vous avait beaucoup plût, mais qui vous remettra également dans l’ambiance où vous étiez la première fois que vous l’avez lu. Je parle surtout des romans lus dans l’enfance ou l’adolescence, qui ont eu beaucoup d’importance pour vous à l’époque. Ça vous redonnera sans doute envie de renouer avec votre âme d’enfant, mais également de retrouver des envies oubliées que vous aviez à l’époque.

Par exemple, j’ai décidé de relire (sans beaucoup d’originalité) les Harry Potter ! (et j’ai décidé d’enchaîner avec les Ewilans, lus il y a bien trop longtemps à mon goût;) ! )

Eh bien avec un (deux max) chapitre par semaine, j’ai l’impression de beaucoup plus en profiter et de retourner à l’école avec eux, plutôt que si je le lisais en 2 jours ou regardais 1 film en 2 heures !

Alors, que pensez-vous de cette solution ? Et vous, vous avez des astuces pour ne pas se laisser abattre par la semaine à venir après un week-end trop court ?

Publié dans Divers témoignages, Ma vie de (presque) ancienne étudiante et de (bientôt) nouvelle jeune active | Tagué , | 3 commentaires

L’Esclave islandaise

livre 1

Steinunn Johannesdottir

Ce roman raconte l’histoire de centaines d’Islandais enlevés au XVIIè siècle et vendus en esclavage en Algérie. Parmi eux,

Guðríður Símonardóttir, jeune femme arrachée à son mari, mère d’un petit garçon de 5 ans. Après l’enlèvement, Guðríður doit supporter la traversée, la mise aux enchères, l’éloignement, la perte (au moins de vue) des amis enlevés avec elle, mais aussi l’esclavage, les taches pénibles et des maîtres possessifs.

Évidemment en France, c’est un événement historique dont on ne connaît quasiment rien. Apparemment Guðríður est la plus célèbre de ces esclaves (son nom apparaît dans des documents officiels, on a retrouvé une partie d’une lettre envoyée à son époux), mais d’après certaines sources, elle aurait été esclave sexuelle et aurait fait des choses qui l’ont mises au ban de la société. Néanmoins, l’auteur prend le parti d’en faire une femme très humaine, victime d’événements qui la dépassent, fidèle dans sa foi et ses valeurs. Qu’elle ressemble ou non à la Guðríður historique, le personnage est attachant. Son amour pour son fils et son mari très présent et sa ténacité force l’admiration.

Le roman est bien mené, malgré les années d’esclavage, on ne s’ennuie pas, il y a des éclipses bien amenées. J’ai juste trouvé quelques petits défauts (peut-être dus à la traduction au moins pour l’un d’eux), des passages où on ne comprend pas exactement si une personne est vivante ou morte et il faut attendre plusieurs pages avant d’en avoir le cœur net.

Mais j’ai été transporté d’Islande en Algérie, j’ai appris plein de choses sur cette période et ces cultures, en bref, j’ai passé un excellent moment avec ce roman !

Publié dans Histoire/Romans Historiques, Lecture | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

Le Tour du monde du roi Zibeline

Jean-Christophe Rufin

Benjamin Franklin, vieil homme lassé par tous les quémandeurs qui arrivent à sa porte, reçoit une couple qui sort de l’ordinaire, Auguste Benjowski et sa femme Aphanasie. L’homme se prétend roi de Madagascar et à tour de rôle avec sa femme, il décide de raconter leur histoire. Lui a été élevé en Hongrie, a eut un précepteur français, a fait la guerre, a été prisonnier, déporté, avant de rencontrer sa femme. S’échappant, ils continuent leur tour du monde par le Japon, la France et évidemment Madagascar.

Pour être honnête, je n’avais jamais entendu parlé de cet homme (apparemment la France a vite essayé d’étouffer l’histoire de sa vie et de le remplacer dans les mémoires par d’autres explorateurs). Rufin nous propose donc un roman historique qui sort des sentiers battus. Ainsi qu’il le dit dans la postface, s’il a respecté la vie de l’aventurier, il a néanmoins inventé les traits de sa personnalité et sans doute brodé sur sa relation avec Aphanasie dont on ne sait finalement pas grand chose.

L’auteur nous emmène donc dans un grand voyage, l’alternance des voix permet de conter cette histoire avec différentes sensibilités et de donner à la fois le côté historique, mais également le côté plus personnel qui permet de nous attacher aux personnages. A part la fin que j’ai trouvé peut-être un peu rapide par rapport à la place que prend le récit dans le roman, j’ai passé un très bon moment. Baigné de philosophie, d’aventures et de rebondissements, ce roman est tout à la fois intéressant et agréable à lire !

Tenté(e)s par l’aventure ?

Publié dans Histoire/Romans Historiques, Lecture | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Récidive

Sonja Delzongle

A Saint-Malo, Erwan Kardec sort de prison après y avoir passé 25 ans pour le meurtre de sa femme. Il n’a qu’une idée en tête, se venger de sa fille qui l’a dénoncé. Hanah, depuis, a grandi et est devenu profileuse aux États-Unis. Lorsqu’elle apprend la libération de son père, elle se met à redouter sa vengeance, mais ce n’est malheureusement pas le seul problème qui l’attend.

Il s’agit du 3ème roman de Sonja Delzongle avec cette héroïne, mais on peut le comprendre, même si on a pas lu les précédents. D’ailleurs, je ne sais pas exactement comment se déroulent les autres, mais dans celui-ci ce n’est pas réellement Hanah qui enquête et elle ne « profile » pas grand chose. Il y a deux intrigues, mais elle en est plus la victime que la détective. Le roman se divise donc en 3 parties, Hanah à New York, Erwan Kardec à Saint-Malo et son désir de vengeance, et les policiers de Saint-Malon confrontés à des cadavres plus ou moins récents.

Tout d’abord, attention aux âmes sensibles, il y a des scènes un peu détaillées et glauques. Ceci dit, on est vite pris dans l’histoire et on a envie d’en savoir les différents tenants et aboutissements. Notamment tout ce qui concerne le bateau naufragé m’a beaucoup plût. Si sur certains points l’histoire est un peu prévisible, ça reste une lecture agréable et assez prenante.

D’après ce que j’ai pu voir, ceux qui avaient aimé les précédents romans devraient beaucoup aimé celui-ci ! Et pour les autres, c’est l’occasion de découvrir cette auteure !

Publié dans Lecture, Policier/Thriller | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Frigiel et Fluffy, tome 2 : Les Prisonniers du Nether

Nicolas Digard, Frigiel

Encore merci à Babelio et aux éditions Slalom qui m’ont permis d’enchaîner directement avec le tome 2 des aventures de Frigiel !

On retrouve donc nos héros dans le Nether, un endroit pas très sympathique où tout n’est que lave, chaleur, monstres dangereux autant que puants ! Mais bon, c’était soit ça, soit se faire croquer par un dragon, donc le choix a été vite fait ! Nos héros vont donc en voir des brûlantes et des trop cuites dans ce monde où la magie n’a peut-être pas autant disparu qu’on aimerait nous le faire croire !

Dans ce deuxième tome l’histoire est un peu plus mise en place, on fait mieux connaissance avec les personnages tout en se jetant dans le feu de l’action. Je suis rentrée plus facilement dans ce tome et même si je suis peut-être un peu trop âgée et surtout pas du tout joueuse de Minecraft pour apprécier tout dans les moindres détails, on passe un agréable moment avec ce roman. Révélations, aventures, apprentissages, humour, il y a tous les ingrédients pour en faire une série sympa. J’ai apprécié de dossier d’images au milieu du volume ce qui permet de remettre en situation les personnages et leurs mésaventures.

Si ça n’a pas été un coup de cœur et qu’à part occasion, je ne pense pas lire la suite (j’ai tout simplement beaucoup trop d’autres livres à lire !) c’est un livre que je peux facilement conseiller à de jeunes aventuriers !

Publié dans Lecture, Littérature Jeunesse/Young Adult | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Je te vois

Clare Mackintosh

Clare Mackintosh revient avec son deuxième roman !

Zoe prend tous les jours le métro, même station, même wagon, des habitudes qu’ont tous les gens qui vont au travail en transport en commun. Mais alors qu’elle regarde d’un air distrait les petites annonces d’un journal quotidien, elle voit sa photo sur une annonce pour ce qui semble être un téléphone rose. Inquiète, elle essaye de se convaincre qu’il ne s’agit pas d’elle, mais lorsqu’elle remarque dans d’autres journaux, d’autres photos de femme, dont l’une s’est fait voler et l’autre tué, elle commence à avoir peur.

Kelly est une jeune policière déléguée à la sécurité du métro et intriguée elle aussi, se mettra sur la piste.

Ce roman est peut-être plus classique que le précédent (il n’y a pas de gros twist au milieu du livre comme dans Te Laisser partir), mais il est bien mené. Jusqu’au bout on va de surprises en surprises, l’auteur nous donne de fausses pistes, de fausses révélations et on ne sait plus trop où on en est !

L’histoire est bien trouvée, elle parlera à tous ceux qui prennent toujours les transports en commun (et leur donnera peut-être envie de changer parfois quelques habitudes !) et l’angoisse de Zoe monte progressivement dans le roman, nous tenant en haleine. Les personnages sont bien trouvés, on s’attache aussi à Kelly qui a déjà eu de nombreux soucis dans sa vie personnelle et professionnelle. Clare Mackintosh ayant été policière durant 12 ans, leur façon de travailler est réaliste (notamment elle précise bien qu’en zoomant sur une image de vidéo surveillance on ne voit essentiellement que des pixels, et pas l’ombre du tueur se reflétant dans le bouton d’une chemise comme dans certaines séries télévisées !).

Que vous ayez aimé, lu ou pas encore son premier roman, je peux vous conseiller celui-ci, une lecture facile et agréable, avec potentiellement de quoi faire une suite ou réutiliser les personnages (on verra), on passe en tout cas un bon moment !

Publié dans Lecture, Policier/Thriller | Tagué , , , , , , , , , | 3 commentaires

Mon midi, mon minuit

Anna McPartlin

Après avoir adoré Les Derniers jours de Rabbit Hayes, il fallait que je lise son nouveau roman !

Emma a 27 ans, en couple depuis ses 16 ans avec John et un avenir paisible et plein d’amour devant elle. Sauf qu’après une soirée, John est fauché par une voiture. Emma, ses amis Richard et Anne, Clo, Sean, Nigel, se retrouvent tous orphelins de leur ami. Comment continuer à vivre après un tel drame. A 27 ans, comment accepter d’avancer, peut-être de tourner la page et de continuer à vivre ?

Ce roman, comme le précédent, aborde le thème du deuil, mais aussi de nombreux autres thèmes de la vie quotidienne : l’amour, la maternité, la fraternité, la religion, etc. Je dirais que ce roman est un peu plus classique que le précédent. C’est à la fois un défaut et une qualité. Un défaut parce qu’il aborde finalement de nombreux thèmes en commun avec son précédent roman, et, j’ai trouvé, avec peut-être un peu moins d’humour. Une qualité parce que le fait de commencer par le deuil et de finir par la vie qui se redéploie est plus classique, plus optimiste et donc plus facile à aborder, notamment auprès des clients qui cherchent des romans feel good.

Sinon, j’ai bien aimé les personnages de ce groupe d’amis, avec leurs préoccupations de fin de vingtaine (ça me parle), leur humour (même si j’ai moins ris que dans le précédent) et surtout la force qu’ils puisent les uns en les autres malgré les drames, l’éloignement géographique, etc. L’histoire est relativement prévisible, mais reste très agréable à lire.

ça n’a peut-être pas été un coup de cœur comme Rabbit Hayes, mais j’ai passé malgré tout un bon moment de lecture !

Publié dans Histoires de vie, Lecture | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire