Et nous ne vieillirons jamais

Jennie Melamed

parution 2 mars

Vanessa, Janey, Caitlin et Amanda vivent sur une petite île, dernier endroit de paix alors que le monde entier a brûlé. Leur société est dirigée par les hommes et pour contrôler les naissances, les couples n’ont droit qu’à deux enfants. Mais mettre deux enfants au monde en bonne santé est de plus en plus rare. Les filles savent qu’une fois pubère, elles devront se marier et passer sous l’autorité de leur mari. Pour certaines, comme pour Amanda, tout vaut mieux que l’autorité de son père. Les autres attendent l’été avec impatience, quelques mois de pluie, de boue et de moustiques, mais aussi de totale liberté qui leur est offerte. Toutes savent que ces temps de liberté ont une fin. Sauf Janey qui refuse de manger pour contraindre son corps à rester dans l’enfance.

Même si on peut considérer la société dans laquelle vivent les filles comme une secte, je considère ce roman comme une dystopie. En effet, on retrouve de nombreux thèmes qui reviennent dans ce genre-là, un monde en flamme, quelques survivants, une société avec des règles en défaveur des femmes pour faire perdurer l’espèce, et justement des adolescentes en rébellion contre ces règles. Ce roman se lit comme du Young Adult, mais pour le coup, vraiment pour adulte. S’il n’y a pas de descriptions vraiment choquantes malgré tout ce qui est décrit, c’est sur le psychologique que le roman joue. Et est admirablement bien construit, j’ai trouvé ! En effet, on est tout le temps du point de vue des filles. De cette manière, certains détails se construisent peu à peu, permettant de dévoiler l’horreur de certaines situations sans tomber dans le pathos, parce que les filles ont été élevées ainsi et qu’elles considèrent normal ce qu’on leur fait subir. Même Janey, la rebelle, qui refuse de grandir, refuse la vie qu’on lui promet, ne remet pas forcément en cause certaines choses considérées comme normales, mais refuse que cela lui arrive à elle.

Les 4 filles sont vraiment attachantes, chacune avec leurs idéaux et leur caractère.

J’ai trouvé le roman vraiment bien construit et très prenant. L’auteur est en revanche sans concession avec ses personnages et d’une certaine manière, est extrêmement réaliste quant à la cruauté de la vie.

De nombreux sujets sont abordés dans le roman, pas forcément fouillés, mais suffisamment mis en avant pour nous pousser à réfléchir. En tout cas, c’est un roman qui reste et auquel on repense.

Je vais d’ailleurs ne pas vous en dire plus pour ne pas spoiler, mais il y a quantité de détails sur lesquels je pourrais revenir et analyser ! Ce roman est une vraie mine !

Alors, attention, certaines scènes et sous-entendus peuvent être choquants pour le lecteur, mais ça a été un gros coup de cœur et si vous êtes curieux, je vous le conseille vivement !

Cet article, publié dans Histoires de vie, Lecture, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s