C’est le cœur qui lâche en dernier

Margaret Atwood

C’est une auteur dont on parle pas mal en ce moment avec la mise en série de la Servante écarlate, que je suis en train de regarder, mais que je ne lirais pour comparer qu’une fois la série finie. C’est le cœur qui lâche en dernier est donc le 1er roman que je lis de l’auteur.

Dans ce roman d’anticipation, l’Amérique s’est appauvrie, les riches sont partis, les autres essayent de survivre, couverts de dettes, les plus chanceux dans leurs voitures, ce qui est le cas de Stan et Charmaine.

Mais cette existence est précaire, aussi lorsque Charmaine voit une publicité pour une ville d’un nouveau genre, sélective, mais qui promet le plein emploi et un toit sur la tête, elle convainc Stan de postuler. Ils arrivent donc à Consilience où les conditions sont malgré tout un peu étranges, puisque pendant un mois ils travaillent normalement et que le mois suivant est passé en prison, au service de la ville. Méthode qui permet que deux couples vivent en alternance dans la même maison, et qui doit également réduire le taux de criminalité.

Tout semble bien se passer jusqu’à ce qu’un grain de sable ce glisse dans la machine lorsque Stan trouve un billet d’amour enflammé écrit par leur alternante qu’il se met à fantasmer.

Ce roman d’anticipation aborde de nombreux sujets. D’après ce que j’ai pu voir de la Servante écarlate, si de nombreux thèmes sont identiques, ils sont traités de manière tout à fait différente. Ici l’auteur n’essaye pas tant de faire peur que de montrer l’absurdité de notre société et de ce qu’elle pourrait devenir. Si l’histoire reste cohérente, il y a de nombreuses scènes vraiment décalées, burlesques, qui tournent en ridicule la société.

Stan et Charmaine sont un couple comme tous les autres. Stan aimerait que Charmaine soit un peu plus participative au lit, Charmaine semble se contenter de sa petite vie, mais n’hésite pas à tomber dans les bras d’un amant exhubérant. Stan s’occupe des poulets lorsqu’il est en prison, puis des possibilibots, les « sexybots », des robots à visages et corps humains destinés à des relations sexuelles. Charmaine tricote lorsqu’elle est en prison; lorsqu’elle n’est pas amenée à supprimer les condamnés à mort. L’auteur alterne entre les personnages et leur fait vivre un tas d’aventures rocambolesques, dénonçant les sociétés corrompues par l’argent, le commerce du sexe, etc.

Dans l’ensemble, j’ai donc apprécié ma lecture, mais le côté burlesque était plus accentué que ce à quoi je m’attendais. Je vais donc sans doute ne pas tarder à lire la Servante écarlate pour me faire une idée, mais si le ton est plus sérieux comme je le suppose, je pense plus apprécier que ce dernier roman. Ceci dit, il n’est pas mauvais, mais je pense qu’il vaut mieux avoir en tête qu’il s’agira d’une anticipation plus burlesque que réaliste et grave !

Alors, tentés ? Vous avez déjà lu la Servante écarlate ?

Cet article, publié dans Fantasy/SF, Lecture, Nouveautés, rentrée littéraire 2017, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour C’est le cœur qui lâche en dernier

  1. LadyButterfly dit :

    J’aime Atwood, et sa maîtrise de la dystopie (Maddadam, la trilogie). 👍
    Pour la Servante Écarlate, c’est amusant de voir le succès … plus de 30 ans après la publication.
    Sinon, la série est très fidèle au roman. Très intéressant à lire ou relire.
    Et il va y avoir l’adaptation de «Alias grace» (Atwood toujours) en série. 😉

    J’aime

    • j’avoue que je découvre comme tout le monde avec la série et la nouvelle sortie. Mais c’est souvent les livres qui comme ça sont redécouverts grâce aux adaptations, et si elle est fidèle, c’est une bonne chose ! on m’a déjà demandé plusieurs fois le livre à la librairie 🙂

      J’aime

  2. entrelespages dit :

    J’ai lu La servante écarlate. Je pense en effet qu’il est très différent. Cette nouvelle parution m’attire mais j’ai peur du côté « burlesque » justement. Je n’ai rien contre, je le comprends mais ce n’est pas ce que je préfère en littérature. Merci pour ton avis !!!

    J’aime

  3. Je ne savais que c’était aussi l’auteure de La Servante écarlate. Depuis l’adaptation série, je compte m’intéresser de plus près à cette auteure. La couverture de ce livre m’intrigue depuis que je l’ai vu, je pense me laisser tenter.

    J’aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s