Sauvage

Jamey Bradbury

Tracy a 17 ans et vit en Alaska. Depuis toute petite, ce qu’elle aime par-dessus tout c’est partir dans la forêt, chasser, ou s’entraîner avec ses chiens. Mais un jour, elle rencontre un homme dans la forêt, après une lutte courte dont elle n’a plus qu’une idée vague, elle est assommée. Peu de temps après, revenue chez elle, l’homme de la forêt arrive, mortellement blessé. Tracy comprend alors qu’elle lui a donné un coup de couteau lorsqu’elle se défendait, mais n’en parle à personne. Mais si l’homme guérit, ne cherchera-t-il pas à se venger ?

Avec ce premier roman, Jamey Bradbury frappe un grand coup. Ce nature writing s’inscrit dans la droite ligne de deux succès des années précédentes Dans la forêt, de Hegland et Absolute Darling de Tallent. A chaque fois les auteurs mélangent les grands espaces, de personnages féminins jeunes, en pleine construction d’eux-mêmes, mais forts. Dans le début du roman, J Bradbury répond vraiment à ces critères. On s’attache vite à Tracy et à ses proches. Les descriptions de la nature, forêt, chasses, courses en traîneau, sont tellement vivaces qu’elles nous engloutissent. Mais un élément de fantastique se mêle petit à petit au tableau, nous entraînant sur des chemins qu’on n’attendait pas. Sans spoiler, ça amène une dimension différente au récit. D’autant plus que cet élément prend de plus en plus de place avec la venue de Jesse, dont le destin semble lié à celui de l’homme blessé.

J’ai beaucoup aimé ce roman, j’ai été surprise, parfois choquée, heurtée dans mes sentiments de façon plus forte que je ne le pensais (les passages avec la vieille chienne ou le dernier passage avec Helen). La relation entre les personnages est pleine de justesse, parfois simple, parfois plus complexe à cause de ce qui anime aussi Tracy. J’ai beaucoup la façon dont son rapport à Jesse évolue, sans qu’il y en ait des tonnes.

Seul bémol, mais qui laisse un petit goût amer : la fin. Non seulement il y a certains détails que je n’ai pas compris, mais en plus, l’auteure nous laisse sur notre faim par rapport à la fin de l’histoire pour certains personnages. J’aurais aimé en savoir plus, pourquoi et comment !

Mais dans l’ensemble une très belle lecture, un virage à 180° assez surprenant mais qui nous empêche de lâcher le roman !

Publicités
Cet article, publié dans Histoires de vie, Lecture, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Sauvage

  1. C’est un roman qui a l’air vraiment surprenant ! Rien que le résumer annonce un récit vraiment original et peu commun. Avec une telle couverture et titre, jamais je n’aurais pensé qu’une telle histoire se cachait derrière. Maintenant j’ai vraiment envie de lire ce roman, en plus j’aime beaucoup le nature writing, mais je tâtonne encore un peu à la recherche de titre ! Merci pour la découverte 😀

    J'aime

  2. Ping : Jamey Bradbury – Sauvage | Sin City

  3. Le nature writing n’est pas du tout ma tasse de thé donc je passe mon tour. Mais j’ai été étonnée de voir un autre Bradbury écrivain ^^

    J'aime

Laissez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s